octobre 26, 2020

La Pirogue

13933029_1383947678285304_1694434388_n

De : Moussa Touré

Avec Souleymane Seye Ndiaye, Malamine Drame, Laïty Fall, Balla Diarra

Année : 2012

Pays : Sénégal, France, Allemagne

Genre : Drame

Résumé :

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, d’où partent de nombreuses pirogues. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, elles vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol.
Baye Laye est capitaine d’une pirogue de pêche, il connaît la mer. Il ne veut pas partir, mais il n’a pas le choix. Il devra conduire 30 hommes en Espagne. Ils ne se comprennent pas tous, certains n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui l’attend.

Avis :

Moussa Touré, s’il n’est pas bien connu par chez nous, est considéré comme un réalisateur très important au Sénégal. Ayant réalisé une dizaine de films, ayant sa propre maison de production, œuvrant beaucoup dans le documentaire, Moussa Touré a même un festival à son propre nom « Moussa invite ». Après « Nosaltres« , un documentaire sur deux communautés africaines qui s’ignorent sorti en 2006, Moussa Touré va mettre six années avant de revenir, avec cette fois-ci une fiction, qui n’est pas si loin de la réalité.

De retour donc avec « La Pirogue« , Moussa Touré s’aventure dans le sujet ô combien difficile et tendu de l’immigration clandestine africaine. Filmé et raconté comme un huis-clos en mer, Moussa Touré livre un film fort et humain sur les rêves et les espoirs d’hommes et de femmes qui sont prêts à braver tous les dangers afin de peut-être trouver une vie meilleure. « La Pirogue« , sorti il y a maintenant quatre ans, est un film qui n’a jamais été autant d’actualité qu’aujourd’hui.

13918908_1383947764951962_1370686982_o

Dans un petit village en banlieue de Dakar, Baye Laye est un pécheur qui se voit engager comme capitaine d’une pirogue. Baye Laye doit conduire une trentaine de personnes de Dakar vers les îles Canaries. La traversée est longue et bien souvent meurtrière. Baye Laye n’a pas envie d’un tel travail et surtout d’une telle responsabilité, mais il n’a pas le choix, pour faire vivre sa famille, il doit accepter.

Une affiche magnifique qui invite à l’aventure, un titre pour le moins énigmatique, et une citation d’Hemingway, « La Pirogue » est le genre de film qui fait de jolies promesses autant qu’il intrigue. Et si le film est bien différent de ce que l’affiche laisse présager, « La Pirogue » est un beau drame humain qui décrit avec beaucoup de réalité et de réalisme l’enfer des traversées.

Très dépaysant, « La Pirogue » s’ouvre sur des traditions africaines. D’emblée, on est séduit par l’ambiance que dégage le film. La photographie est magnifique. Après avoir planté le décor, présenté ses personnages, Moussa Touré nous emporte donc dans cette traversée en plein océan. Si le début passe très vite sans pourtant négliger les traditions et les conditions qui poussent son personnage principal à accepter ce voyage, à partir du moment où on met les pieds dans cette pirogue, Moussa Touré va alors baisser le rythme de son film afin de nous immerger totalement dans cette longue et difficile traversée. On pourra même dire que le réalisateur nous piège lentement, comme ses personnages, dans ces quelques mètres de bateau, si fragiles face à la puissance de mère nature.

Malgré le fait que le rythme baisse, Moussa Touré a parfaitement su insuffler une tension dans son film. Si au départ, elle se fait discrète, laissant place à des dialogues superbes, sur les désirs et les espoirs de ces gens réunis dans ce bateau, le réalisateur va peu à peu augmenter l’intensité pour finalement perdre ses personnages en mer. On ressent une impuissance palpable à la vision de ce petit navire laissé à la dérive des courants. Le réalisateur nous tient alors en haleine sur le sort qu’il réserve à ses personnages. « La Pirogue » devient imprévisible, tout comme ces traversées en mer le sont véritablement. Moussa Touré a très bien su capter l’impuissance de l’homme dans ces conditions-là. Il a très bien su capter les doutes, les horreurs et les conditions extrêmes que ces hommes et ces femmes affrontent « au quotidien » pour une vie meilleure, qui bien souvent n’est qu’un fantasme par rapport à la réalité de leur condition une fois arrivé sur place, étant des sans-papiers très souvent rejetés.

« La Pirogue » est donc un sujet fort, dur, parfaitement rendu et parfaitement ancré dans l’actualité. Mais « La Pirogue » n’a pas que ces arguments-là comme point positif. Et la première chose qui nous saute aux yeux quand on regarde ce film, avant même l’intrigue, c’est la qualité incroyable et exceptionnel de la mise en scène de Moussa Touré. « La Pirogue » est un film aussi magnifique visuellement qu’il est touchant dans son propos. La photographie est extraordinaire et le réalisateur, sans qu’il ne se passe grand-chose au final dans cette pirogue, nous réserve des scènes fabuleuses. Des scènes pleines de chaleur humaine. Des scènes pleines de doute que l’on ressent ou encore des scènes impressionnantes, comme toutes les scènes en pleine tempête qui dégagent une sacrée puissance.

13941001_1383947704951968_576626174_n

« La Pirogue« , encore plus aujourd’hui qu’il y a quatre ans au moment de sa sortie, résonne comme un cri d’alarme dans l’actualité. Moussa Touré met en images des destins brisés, des espoirs qui bien souvent ne se réaliseront jamais et peint les conditions extrêmes qui sont aujourd’hui banalisées dans les horreurs. « La Pirogue » est un film courageux, ambitieux, actuel, dur, réaliste, fatal, et surtout très humain. Donc pour tout ceci, mais aussi pour sa photographie, sa tension, ses acteurs incroyables, il faut voir ce petit film africain !

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.