octobre 24, 2020

Dead Rats – Nothing to Win, Nothing to Lose

13912687_10209066325674080_1983572364340073035_n

Avis :

Le rock, comme tous les autres styles musicaux, possède une tonne de sous-genres, qui ont eux aussi des sous sous-genres. Entre le hard, le blues rock, le métal, le heavy, le ska ou encore le punk, il y en a pour tous les goûts et c’est résolument le genre musical le plus riche. Cependant, étant de moins en moins mis en avant dans le commerce, les grands distributeurs préférant miser sur des valeurs sûres et de grands groupes, il devient très difficile de dénicher de nouveaux groupes et encore plus compliqué pour les groupes naissants de trouver les chemins des maisons de disque. De ce fait, surtout en France, il faut faire la tournée des bars, il faut aller à des concerts et découvrir des premières parties, mieux encore, il faut aider parfois certains groupes qui veulent se lancer dans l’auto-production. Formé en 1995 du côté d’Arras, les Dead Rats sont un exemple d’abnégation, de bagarre et de volonté. Il faut dire que le chemin des disquaires est très difficile, surtout dans le punk, genre qui a eu son heure de gloire dans les années 70/80 et qui a connu une petite renaissance dans les années 2000 avec des groupes californiens comme Blink-182, mais le groupe de Didier Lefevre, à force de volonté et d’envie de partager son amour pour cette musique, a réussi à sortir un deuxième album, Nothing to Win, Nothing to Lose, et rien n’est d’autant plus vrai que cet adage.

D’ailleurs, dès le départ le ton est donné avec The Lonely One, qui démarre tranquillement avec un joli riff de gratte avant de partir dans une tonalité typiquement punk, notamment grâce à une batterie qui scande un rythme effréné La voix du chanteur fait le reste sur ce titre qui se révèle efficace et qui n’hésite pas à envoyer le pâté sur le refrain avec l’aide de voix supplémentaires. Le groupe surprend par l’évolution de sa maîtrise technique, mais aussi et surtout par la qualité de l’enregistrement qui est d’une qualité très professionnelle. Mais l’autre surprise viendra de la longueur du titre, qui malgré son rythme dépasse allègrement les trois minutes sans jamais faiblir ou lasser, et c’est très fort de faire cela dans le punk. D’ailleurs, le groupe réitèrera cela plusieurs fois dans le skeud, avec notamment She Hung Herself, un morceau plus sombre, moins sur l’instant, mais qui montre aussi que le groupe peut proposer des compositions plus sophistiquées avec un élan punk bien marqué. Le terme utilisé par le groupe de punk n’roll n’est pas du tout galvaudé tant la formation arrive à mélanger les deux styles dans une osmose parfaite qui permettra aux amateurs des deux genres de trouver leur compte. Ainsi, des titres comme Lost, Le Sourire au Bord des Larmes ou encore Le Repos de mon Ame (qui commence comme un AC/DC et donne directement envie de taper du pied) mixent de façon intelligente et parfaite le rock et le punk pour un résultat détonnant et qui donne immédiatement envie de bouger la tête et les jambes.

14030740_10209066331634229_1796157904_n

Mais le plus intéressant dans cet album, outre les compositions plus riches et plus longues, c’est que le groupe n’oublie pas ses premiers amours avec un punk bien senti et des titres plus courts, plus denses et résolument plus dans l’esprit keupon. Ainsi, Plein les Poches lance la machine avec des paroles bien incisives et des riffs plus légers mais dans une rythmique rapide et qui colle parfaitement au style punk si cher au groupe. Le break du morceau est très bien trouvé et permet, encore une fois, de montrer toute l’évolution technique du groupe, qui se permet même des solos de gratte, emportant le titre vers un final parfait et énergique. Nihilismo est certainement le titre le plus virulent, mais aussi le plus proche du punk anglais, si rapide et si dense dans sa composition. Véritable tour de force du groupe qui tient parfaitement son titre et ne le lâche jamais pour fournir un morceau d’une énergie folle. Bien évidemment, on pourrait aussi parler de Last Bed ou encore de Dead Drunk, qui sont des pistes punks d’une grande qualité et dotée d’une vigueur incroyable. Mais il faut aussi aborder les pièces maîtresses du skeud, et notamment Mors Ultima Ratio (Drag me to Hell), qui débute avec une ligne de basse parfaite et qui explose dans une rythmique infernale, qui doit fonctionner du tonnerre en live. L’Horizon Funèbre est aussi un excellent titre, doté de paroles plus poétiques qu’à l’accoutumée, mais qui rentre directement en tête et qui détient presque un petit élan de rock irlandais pas dégueulasse. Enfin, le groupe n’hésite pas non plus à évoquer les souvenirs de jeunesse, avec le titre Gérard Janvion, un morceau qui parle de football et qui allie parfaitement la musique avec les anciens commentaires sportifs de Thierry Roland.

Au final, Nothing to Win, Nothing to Lose, le dernier album des Dead Rats, est une franche réussite et montre tout le chemin effectué par le groupe pour fournir un album d’une belle qualité et surtout, surtout, des titres bien plus riches et des compositions bien plus élaborées. On se retrouve donc devant un skeud généreux, varié et qui allie parfaitement le rock et le punk pour fournir un objet hybride parfaitement réussi. Il est juste dommage que le groupe n’ait pas plus de lisibilité, même dans le monde du punk, car leur qualité technique équivaut celle des Shériffs, des Wampas ou encore de Parabellum.

  1. The Lonely One
  2. She Hung Herself
  3. Plein les Poches
  4. Piètres Larmes
  5. Nihilismo
  6. Mors Ultima Ratio (Drag me to Hell)
  7. Monday in a Sad Town
  8. Lost
  9. L’Horizon Funèbre
  10. Le Sourire au Bord des Larmes
  11. Le Repos de mon Ame
  12. Last Bed
  13. Kneel Down
  14. J’me Vendrais Bien au Diable
  15. Gérard Janvion
  16. Dead Drunk
  17. A Man’s Life

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.