Trolls de Troy

9782302000513FS

Auteurs : Christophe Arleston et Jean-Louis Mourier

Editeur : Soleil

Genre : Fantasy, Humour

Résumé :

Troy est un monde fascinant, où la magie intervient dans le quotidien de tous. Chacun en effet, possède un pouvoir, petit ou grand, plus ou moins utile. L’un a le don de figer l’eau en glace, l’autre de fondre le métal d’un regard. On trouve sur Troy toutes sortes de créatures, mais les plus redoutables pour l’être humain sont sans nul doute les trolls. Pourtant, ces terribles prédateurs sont sympathiques. Ils chassent le dragon, cueillent le paysan, et possèdent d’innombrables recettes pour les accommoder. Mais un jour, les hommes décident d’exterminer les trolls et forment un groupe de chasseurs aux terribles pouvoirs. Teträm, brave troll, accompagné de sa fille adoptive, l’humaine Waha, va tout tenter pour sauver les siens. Deux siècles avant l’histoire de Lanfeust, la quête pleine d’humour d’un troll sauvage et d’une jeune fille.

Avis :

Il fut un temps où la bande-dessinée était un médium lu par beaucoup de personnes, tant et si bien que même les ventes assez moyennes connaissaient un destin agréable. Aujourd’hui, la donne a complètement changé. Il n’y a plus de demi-mesure et les séries se vendent soit bien, voire très bien, soit pas du tout. C’est comme cela que certaines séries ne connaissent jamais de fin et que de nombreux dessinateurs vivent sous le seuil de pauvreté en France. Néanmoins, parmi les grosses ventes, Lanfeust de Troy a permis quelque chose de presque inévitable maintenant, des spin-off. Armé d’un monde intéressant et pouvant donner libre cours à une imagination fertile, Christophe Arleston, le bandit manchot de l’éditeur Soleil a fait fertiliser son monde de magie et a scénarisé plusieurs séries, dont la plus connue, Trolls de Troy.

34967062_8133079

Trolls de Troy se concentre exclusivement sur le village troll de Phalompe et sur quelques-uns de ses habitants, dont Teträm, sa fille humaine adoptive Waha et le fiancé de sa fille, Profy. Bien entendu, toutes les intrigues vont tourner autour de ces personnages avec parfois des personnages secondaires qui vont graviter un temps autour des héros. Mais plutôt que de faire une seule longue histoire, Trolls de Troy se permet de faire un premier scénario sur quatre tomes, puis de balancer des histoires one shot ou parfois en diptyque, essayant à chaque fois de coller un maximum soit à l’information, soit à un phénomène de société. Car il ne faut pas croire que cette série est juste un récit fantasy pur jus. Les deux auteurs s’évertuent sur chaque tome à fournir des éléments assez contemporains et à jouer avec cela. Si ce n’est pas dans les paroles des chansons ou des incantations magiques, on retrouve beaucoup de jeux de mots foireux ou encore des situations qui rappellent notre monde d’aujourd’hui.

En ce sens, Trolls de Troy est assez drôle et assure le spectacle sur les sept premiers tomes. Si les one shot restent tout de même moins intéressants et approfondis que les histoires plus longues, on ne peut nier le talent des deux auteurs pour livrer parfois des histoires loufoques ou faisant référence à la culture geek cinématographique. Mais ce n’est pas que ça, puisque la série s’amuse aussi à blaguer sur la politique ou encore à verser vers l’érotisme pur. Cependant, tout n’est pas parfait dans cette série qui compte maintenant 21 tomes et qui ne compte pas encore s’arrêter. En effet, il y a un gros déséquilibre de qualité entre les tomes et certaines histoires tutoient le foutage de gueule. Et notamment le huitième tome Rock n’Troll Attitude, ou encore l’Histoire de Waha qui est un condensé de plusieurs strips déjà parus dans des magazines. Très clairement, certains tomes sont de purs produits marketing et on peut y voir comme un déni du lecteur qui n’est finalement qu’une machine à fric.

D’ailleurs, par bien des aspects, Trolls de Troy est une machine à pognon qui a perdu la notion de générosité au fil des ans. Si les premiers tomes dépassaient parfois les 50 planches, les derniers sortis n’arrivent même pas à 48 planches, le format pourtant standard, alors que les prix ont fortement augmenté. Manque d’inspiration ? Volonté de faire moins mais d’en sortir plus vite ? La question est posée mais il faut savoir que cela entache sur la lecture. En effet, si l’on regarde le tome 20 ou même le tome 19, les résolutions des histoires se font sur les deux dernières planches, à la va-vite, alors que le départ est rempli de vide ou alors de gore sans grand intérêt si ce n’est de montrer la puissance des trolls. Il manque clairement quelque chose à cette série pour devenir un peu plus sympathique et faire moins commercial. Trolls de Troy a souvent du mal à s’affranchir des codes cinématographiques comme lorsqu’ils sont rétrécis ou lorsque Waha change de corps avec une humaine et on a parfois une sensation de facilité qui est assez désagréable, comme si les deux auteurs ne voulaient pas arrêter de faire quelque chose qui marche.

trollsdetroy06_pl_

Au final, Trolls de Troy est une saga très importante dans l’univers de Lanfeust puisqu’elle dépasse aujourd’hui les 20 tomes Malheureusement, cela n’est pas pour approfondir le mythe de Lanfeust, ou pour le préparer, mais seulement pour présenter des personnages surpuissants, drôles et à qui il arrive des bricoles. Il est évident que Trolls de Troy n’est qu’un produit marketing, dont le fond tient sur quatre albums et où le reste brasse très souvent du vide, à défaut de développer la rivalité entre les trolls et le vénérable Rysta Fuquatou, qui n’en a plus rien à braire du jour au lendemain. Bref, une série qui s’essouffle depuis un long moment mais qui ne semble pas prête de s’arrêter.

Note : 11/20

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net