mars 7, 2021

S.O.S Fantômes

19681642

Titre Original : Ghostbusters

De : Ivan Reitman

Avec Bill Murray, Dan Aykroyd, Harold Ramis, Ernie Hudson, Sigourney Weaver, Rick Moranis

Année: 1984

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Peter, Raymond et Egon effectuent des recherches sur la parapsychologie. Virés par le Doyen de la faculté, ils décident de fonder une société destinée à chasser les revenants. Son nom : S.O.S. Fantômes. Le succès frappe tant et si bien à leur porte qu’ils en sont bientôt à travailler à la chaîne.

Avis:

Le cinéma des années 80 possède ce charme indémodable qui fait que chaque film possédant l’étiquette culte est devenu une petite madeleine de Proust qui se déguste avec une certaine délectation. Il faut dire que la liberté de création était à son paroxysme et que malgré quelques contraintes financières, les studios de production n’hésitaient pas à lancer des projets fous et audacieux. Et c’est ainsi qu’entre la fin des années 70 et la fin des années 80 naquit un nombre incalculable de films devenus aujourd’hui des incunables du septième art. Les Goonies de Richard Donner, Gremlins de Joe Dante, Maman j’ai Raté l’Avion de Chris Columbus, Piège de Cristal de John McTiernan, bref, une liste qui fait rêver et que l’on pourrait presque regretter quand on voit l’état du cinéma actuel qui se contente de reprendre ces films pour en faire des remakes bien souvent fades, enlevant tout ce qui faisait le charme d’antan. Et parmi tous ces films qui font faire l’objet d’un remake, il y a le mythique S.O.S. Fantômes d’Ivan Reitman.

Mais pourquoi cette comédie fantastique est-elle devenue presque instantanément culte ?

a587f3e1c0d858573dc2f3572f6311fd8902df5785fdd0e34f055cc3b279fae8e

Tout d’abord pour l’originalité de son scénario. Ecrit par Dan Aykroyd et Harold Ramis tous les deux acteurs sur le métrage, S.O.S. Fantômes est certainement l’une des premières comédies qui essaye aussi de faire peur en mettant en avant des fantômes et une histoire de possession dans un contexte plutôt drôle. En fait, le film arrive à trouver le ton juste entre la comédie et un aspect fantastico-horrifique cohérent. Et c’est bien là toute la force du film, c’est qu’il reste pertinent dans son univers et dans la mythologie qu’il essaye de créer. Les fantômes existent, laissent des traces derrière eux et l’un d’eux a vraiment envie de faire un retour fracassant sur Terre. Et cet aspect fantastique s’insère parfaitement dans la société présentée, où tout un chacun demeure sceptique sur l’existence des esprits et dans laquelle les rouages politiques font toujours des ravages.

Parce que finalement, quand on gratte un peu le fond de ce film, ce n’est pas seulement drôle ou cohérent, c’est aussi pertinent. Le film utilise à bon escient la comédie pour critiquer plusieurs choses et notamment une politique qui se laisse aller à quelques libertés sans savoir de quoi elle parle. Ce sujet est parfaitement synthétisé avec le personnage de l’élu à l’environnement et à l’écologie qui voit d’un mauvais œil le succès de l’entreprise des Ghostbusters et qui va tout faire pour les couler. Ce qui déclenchera une réaction en chaine épouvantable. On y voit aussi les manipulations du maire de New-York, qui aime qu’on le flatte et qui se rend compte tardivement de son erreur. Là aussi, le film se veut cynique envers une politique qui n’a pas l’esprit ouvert et qui croit détenir le savoir universel. Mais ce n’est pas tout. En filigrane, le film s’amuse à faire un pied de nez à l’Eglise et à la religion au détour d’une scène savoureuse, ne rentrant pas à fond dans la critique, mai montrant la mauvaise foi d’un spiritisme au rabais. Du coup, quand on regarde S.O.S. Fantômes, on se rend compte que le film est riche, mais qu’il arrive à rester divertissant et fun grâce à une parfaite gestion de la tonalité et gardant les critiques en second plan.

Mais que serait ce film sans les prestations des acteurs et cette fraîcheur candide. A certains moments, on a l’impression que les acteurs ne jouent pas, mais sont de vraies personnes dans la vie de tous les jours. Le moment le plus emblématique est lorsque Bill Murray commence une diatribe humoristique et que Dan Aykroyd peine à se retenir de rire. Il y a une vraie complicité entre les acteurs et il se dégage de ce film une véritable osmose. D’autant plus que chaque acteur est bien à sa place et possède une caractéristique bien définie. Ainsi, Bill Murray est le sceptique sarcastique, Dan Aykroyd est le candide courageux, Ernie Hudson est celui qui fait le taf sans trop se poser de questions tant qu’il y a de l’argent et Harold Ramis est le sérieux de la bande. Chaque personnage, même secondaire, a une importance propre et joue son rôle à la perfection. D’ailleurs, en dehors de l’aspect fantastique du métrage, on retrouve aussi des backgrounds très travaillés et des relations entre personnages qui sont parfaites et totalement cohérentes et crédibles, ce qui montre la richesse d’écriture des deux acteurs.

stay-puft-124333

Au final, S.O.S. Fantômes est un incunable du genre, un film dont on ne se lasse jamais et qui n’a pas perdu de sa superbe depuis plus de trente ans. Alors on pourrait émettre un petit bémol sur la mythologie facile de Zuul ou encore sur certains effets spéciaux qui ont vieilli, mais globalement, le film d’Ivan Reitman est un véritable bijou qui aura bercé la jeunesse de beaucoup de cinéphiles. Il est juste dommage que maintenant, on se serve du film pour en faire un remake féministe qui, quoi qu’il advienne, ne sera jamais à la hauteur de l’original, ne serait-ce que pour les effets spéciaux qui donnent un charme certain au métrage.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.