Ma Vie de Chat – Baby Cat

13942341_1381094215237317_539884544_n

Titre Original : Nine Lives

De : Barry Sonnenfeld

Avec Kevin Spacey, Jennifer Garner, Robbie Amell, Cheryl Hines

Année : 2016

Pays : France, Chine

Genre : Comédie

Résumé :

Tom Brand est un milliardaire qui a consacré sa vie à son travail et à sa réussite. Sa carrière trépidante l’a éloigné de sa femme Lara et de son adorable fille Rebecca. Pour l’anniversaire de cette dernière, Tom n’a d’autre choix que de lui offrir ce qu’il déteste par-dessus tout : un chat. En route pour la fête de Rebecca, Tom est victime d’un terrible accident et se retrouve mystérieusement coincé dans le corps du chat.
Répondant désormais au doux nom de Monsieur Fuzzypants, il est adopté par sa propre famille qui peine à maîtriser ce chat maladroit et peu obéissant… Tom va devoir tant bien que mal se faire à sa nouvelle condition tout en portant un nouveau regard sur son entourage. Il devra comprendre pourquoi il s’est retrouvé dans cette situation et tout mettre en œuvre pour reconquérir son apparence humaine.

Avis :

Barry Sonnenfeld est un réalisateur qui a été capable du meilleur, offrant des films très « chouettes » et divertissants dans son début de carrière, certains sont même devenus cultes comme « La famille Adams » et sa suite, mais aussi au premier « Men In Black« . Mais Barry Sonnenfeld est aussi un réalisateur qui est capable du pire et pour lui trouver un film sympathique, il faut commencer à remonter un sacré nombre d’années. D’ailleurs en y réfléchissant, son dernier bon film ne serait-il pas « Men in Black » ? Parce que si on jette un coup d’œil rapide à sa carrière depuis, on ne peut pas dire qu’elle brille de par sa qualité.

Son dernier film en date, c’est « Ma vie de chat » et autant l’avouer d’emblée, le film est moins catastrophique qu’il en a l’air. En fait « Ma vie de chat » ressemble plus à un téléfilm de luxe qui se paye Kevin Spacey en tête d’affiche mais qui sera ce que Barry Sonnenfeld a fait de mieux depuis une sacrée paye. Partagé entre sa jolie morale convenue, ses quelques gags drôles, son scénario évident et ses effets spéciaux dégueulasses, il faut bien le dire, « Ma vie de chat » est un film où l’on fait du tri. C’est un film qui sera agréable sur l’instant malgré ses défauts, mais qui au final, comme on s’en doute, ne restera pas dans les mémoires.

13936914_1381094285237310_975504833_n

Tom Brand est un homme multimillionnaire. Grand patron, il a monté sa boite à force de travail et a ainsi fait fortune. Depuis, Tom est un homme terriblement occupé, trop occupé. Tom est un homme qui néglige sa famille, on pourrait même dire qu’il ne la connaît quasiment pas. Le jour de l’anniversaire de sa fille, celle-ci lui demande un chat. Tom est un homme qui hait les chats, mais après avoir retourné le problème dans tous les sens, il finit par aller acheter un chat pour sa fille. Il entre dans une animalerie étrange qui se trouve au fin fond d’une rue et c’est là qu’il fait la connaissance de Felix Perkins, le patron du magasin. Très vite, Felix comprend que Tom a perdu le sens des réalités. Étant l’homme qui murmure à l’oreille des chats, Félix va alors envoyer Tom dans le corps du chat qu’il vient d’offrir à sa fille et si Tom veut un jour en sortir, il va falloir qu’il apprenne à écouter son cœur et celui de sa famille.

Avec « Ma vie de chat » on s’attendait à ce qui Barry Sonnenfeld nous livre une comédie familiale gentillette mais il n’en sera point, car même si le film est une petite comédie sympa, c’est plus à un public enfantin que le réalisateur s’adresse. Il faudra faire avec les bons sentiments, la caricature, la morale automatiquement jolie, un peu poussive et qui démontre les belles valeurs de la vie à nos chérubins. On devra aussi accepter un Kevin Spacey dans l’outrance, comme beaucoup d’autres acteurs d’ailleurs.

Une fois accepté ceci, on pourra peut-être accepter alors un film très simplet quelque peu manichéen et caricatural. Son scénario est plein de tendresse. La ligne directrice de « Ma vie de chat » est très convenue et l’on sait très bien, nous, adultes, où, comment et pourquoi le film va nous emmener de tels rebondissements à tels rebondissements. On appréciera toutefois plusieurs gags assez drôles, qui passent bien. Surtout les vannes de Spacey sur sa haine des chats. Puis certains gags trouveront même un double sens pour les plus grands et c’est bien dommage que le film n’ait pas été conçu ainsi. Après, à en entendre les rires des enfants en salles devant les bourdes de ce pauvre Kevin Spacey enfermé dans le corps de ce chat, on peut en conclure que le film touche bien sa cible et qu’il plaît énormément. On pardonnera donc à Barry Sonnenfeld la simplicité de son film, et finalement, on passera même un petit moment sympathique, ce qui est surprenant.

Par contre, là où l’on a plus de mal à pardonner aux réalisateurs, c’est du côté de sa mise en scène qui est parfois grossière, car elle baigne dans le fond vert. Et comme on dit, trop de fond vert tue le fond vert. Visuellement, dès que le film aborde des scènes où il doit incruster des effets spéciaux, on va devoir s’accrocher, car certains sont vraiment affreux, surtout les dernières scènes du chat. On pourra aussi se poser la question du pourquoi un chat numérique à plusieurs reprises, alors que ça ne se justifie pas dans certaines scènes.

13940124_1381094251903980_437739145_o

« Ma vie de chat » est donc un film sympathique et oubliable en même temps. En fait, « Ma vie de chat« , c’est surtout un film que l’on voit si l’on a des enfants, car c’est un film plutôt réussi pour les petites têtes blondes.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net