octobre 28, 2020

Irréprochable

13599025_1354082934605112_1427770723_n

De : Sébastien Marnier

Avec Marina Foïs, Jérémie Elkaïm, Joséphine Japy, Benjamin Biolay

Année : 2016

Pays : France

Genre : Thriller

Résumé :

Sans emploi depuis un an, Constance revient dans sa ville natale quand elle apprend qu’un poste se libère dans l’agence immobilière où elle a démarré sa carrière, mais son ancien patron lui préfère une autre candidate plus jeune. Constance est alors prête à tout pour récupérer la place qu’elle estime être la sienne.

Avis :

« Irréprochable » est le premier film de Sébastien Marnier, un jeune romancier, scénariste et auteur qui aura su s’installer peu à peu. On sait peu de chose sur Sébastien Marnier, sa jeune carrière de réalisateur se résume à deux courts-métrages que le réalisateur a fait au début des années 2000. Il a aussi écrit pour la série « Salaire net et monde de brutes« . Et cela fait maintenant trois années qu’il travaille sur ce premier long métrage qui voit enfin le jour.

« Irréprochable« , c’est une affiche qu’on remarque pour ses couleurs, puis c’est une bande-annonce qui attise la curiosité. Pour son premier film, Sébastien Marnier nous promet un drame malsain porté par une Marina Foïs à contre-emploi et sans être le meilleur film français qu’on verra cette année, on peut aisément dire que le réalisateur s’en tire haut la main en nous offrant un film à la fois sombre et très drôle. Un film qui nous plonge dans les obsessions et les folies d’une femme. Puis enfin, « Irréprochable » est un film qui est divinement porté par Marina Foïs qui trouve-là un rôle qui lui va à merveille.

13565382_1354082974605108_1953759504_n

Constance vient d’avoir quarante ans. Dans sa vie, plus rien ne va, on peut même dire qu’elle a tout perdu. Très bon agent immobilier sur Paris, Constance est aujourd’hui sans emploi, sans mec et à la rue et cette situation la pousse alors revenir habiter chez sa mère. Du moins dans la maison de son enfance, car sa mère est malade et hospitalisée. Constance espère pouvoir faire jouer ses anciens contacts dans la ville et elle va donc voir son ancien patron, mais ce dernier qui cherche pourtant un nouvel agent, va lui préférer la jeune Audrey. Pour Constance, c’est un drame de plus, elle décide alors de suivre et de se rapprocher d’Audrey afin de récupérer la place qui lui est due !

« Irréprochable » est une jolie surprise tout à fait efficace malgré des défauts et des maladresses qu’on mettra sur le compte d’un premier film. Avec ce premier long-métrage, Sébastien Marnier a fait le choix du drame psychologique et va ainsi nous faire entrer dans la vie de Constance, une femme qui a de sérieux problèmes et surtout un sérieux déni de ses problèmes.

Si dans les apparences, Constance est une femme forte qui s’assume comme elle est, force de caractère, elle ne désespère pas malgré les problèmes qu’elle rencontre, si toujours dans ces apparences, Constance est une femme qui est bien dans son corps et dans sa sexualité, assumant les coups d’un soir, on va très vite  se rendre compte que tout ceci n’est que camouflage. Car en réalité, Constance est une femme perdue, qui a peu confiance en elle et qui bien souvent se réfugie dans le harcèlement pour s’assurer un certain pouvoir. Un harcèlement qui la conduit à tout perdre.

Sur un scénario bien écrit, Sébastien Marnier nous fait donc entrer avec une certaine tension dans le quotidien de cette femme. Son intrigue sera alors tout le temps sur un fil, puisque Constance, de par de petits détails, se révèle presque imprévisible et démoniaque. Et c’est cette imprévisibilité qui nous tient, car on ne sait jamais la tournure que peu prendre une scène. Et c’est avec beaucoup de subtilités que Sébastien Marnier nous fait comprendre que son personnage n’est qu’une bombe à retardement et que son film ne pourra que se finir dans le drame.

« Irréprochable » jouit d’une bonne ambiance du côté de sa réalisation. Sébastien Marnier a bien su faire monter la tension crescendo tout au long de son intrigue. Le réalisateur tient de bons moments puis les relâche pour mieux nous rattraper plus tard, et même nous surprendre avec des moments qui seront pourtant attendus.

Des moments qui seront très bien habillés musicalement parlant, grâce aux notes de Pascal Meyer du groupe Zombie Zombie qui donne un joli cachet au film de Sébastien Marnier.

« Irréprochable » n’aura pas que des qualités non plus, et son principal défaut sera son rythme. Alors que l’intrigue reste intéressante tout du long, il est vrai que Sébastien Marnier a du mal à tenir un bon rythme sur tout le long de son film. Sans qu’on décroche de son histoire, il est vrai qu’ »Irréprochable » pêche parfois par des longueurs qui se font sentir. Parfois, le réalisateur s’attarde à répéter certaines scènes qui finalement, ne seront pas utiles, car le personnage et sa folie destructrice sont suffisamment forts et le réalisateur n’avait pas besoin d’insister là-dessus. C’est donc de petites erreurs qui ressemblent plus à des maladresses. Sébastien Marnier voulait trop en montrer, trop en faire, et au vu des qualités que ce premier long détient, on ne peut lui en vouloir, car « Irréprochable« , à bien des arguments, s’avère plus intéressant, bien plus sombre ou encore drôle (quel humour noir !) que bons nombres de films qui sortent chaque année.

Après nous avoir fait rire pendant des années, Marina Foïs s’aventure de plus en plus dans des rôles sérieux (« Darling« , « Polisse« , « L’Homme qui voulait vivre sa vie« , « Happy Few« ) et on peut dire que ce passage lui va à merveille. On peut même dire qu’elle démontre qu’elle est une actrice capable de tout jouer. Capable de nous émouvoir, de nous tenir en tension, et même être flippante à certains moments et avec « Irréprochable« , elle continue de jolie manière sur sa lancée. Constance est un personnage ô combien fascinant et Marina Foïs s’est complétement enfermée dans ce personnage. On est surpris, on est conquis et à la sortie, on se dit qu’on aimerait la voir bien plus souvent dans ce genre de rôle. On ira même jusqu’à dire que malgré ce casting impeccable, d’où ressort la jeune Joséphine Japy ou encore le très sexuel et brutal Benjamin Biolay, c’est principalement Marina Foïs et son personnage qui nous reste en tête.

13595804_1354082957938443_1412517169_n

Pour un premier long-métrage, l’écrivain et scénariste Sébastien Marnier nous livre un bon drame qui dépeint avec une certaine authenticité la folie d’une femme en plein déni. Et finalement, ce premier film éveille la curiosité pour un second, qui au vu des qualités de ce premier, une fois que le réalisateur aura retenu de ses erreurs, pourrait bien nous livrer un prochain métrage encore meilleur… Du moins, on l’espère…

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.