Point Zéro – Antoine Tracqui

9782363150950

Auteur : Antoine Tracqui

Editeur : Pocket

Genre : Thriller

Résumé :

1938, Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d’échapper à la police secrète de Mussolini. Dans sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises.

1944, États-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d’exception jettent les bases d’un projet qui pourrait bien changer l’issue de la guerre. De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un milliardaire excentrique pour rejoindre un point bien précis du littoral Antarctique où, quelques jours auparavant, un satellite espion a fait une incroyable découverte.

Très loin de là, au fin fond de la Russie, un vieil homme interrompt prématurément sa partie de chasse pour se mettre lui aussi en route…

Du tréfonds du sous-sol africain aux pentes de l’Etna en passant par les côtes désolées du continent austral s’enclenche une course contre la montre à la recherche d’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire.

Avis :

Pour son premier roman, Antoine Tracqui s’écarte de son domaine de compétences (il est médecin légiste) pour se pencher vers le techno-thriller. Un genre particulièrement prisé par les écrivains anglo-saxons qui sont passés maîtres en la matière. Pour ne citer que les plus connus, l’univers de Tom Clancy ou celui de Michael Crichton démontrent l’étendue de leur talent pour se projeter dans un avenir pas si lointain. Une entreprise exigeante sur la structure même de l’histoire et, surtout, une masse de documentation nécessaire pour demeurer réaliste. Point zéro se révèle-t-il maîtrisé pour donner corps à son intrigue ou n’est-ce qu’une timide incursion ?

Au vu de son épaisseur (plus de 1100 pages au format poche) et de la densité du texte, on peut craindre une surabondance de faits, de détails plus ou moins utiles pour servir le récit. Or, il n’en est rien ou presque. Il est vrai que le livre fait la part belle à des descriptions fouillées. L’auteur n’hésite pas à fournir une multitude d’éléments techniques sur le matériel employé, les technologies émergentes (on est en 2018), l’environnement lui-même ou sur les théories scientifiques évoquées. Pour autant, le texte ne ploie pas sous l’aspect magistral d’une narration froide et impersonnelle, mais il s’enrichit d’informations plausibles et pertinentes.

La grande force du roman étant d’équilibrer l’action et la réflexion dans un jeu alternatif parfaitement plausible. Les séquences nerveuses font preuve d’une certaine originalité en variant les confrontations sur de nombreux plans : souterrains, batailles aériennes et navales… Ajoutons à cela des fusillades (un arsenal impressionnant et tout aussi éclectique), des combats au corps à corps qui exploitent les contraintes et les spécificités de chaque environnement et l’on obtient des chapitres rythmés qui ne suscitent guère l’ennui. Malgré un texte peu aéré, un découpage structurel dense, la progression se fait sans heurt.

Exception faite de l’entame, on se retrouve plongé sur le continent le plus hostile de la planète : l’Antarctique. Un choix délibéré pour exposer un cadre singulier (même si déjà exploré ailleurs) tout en développant les propos qui motivent les forces en puissance. S’il n’est pas au premier plan, l’aspect géopolitique est également de la partie avec un affrontement des blocs Est et Ouest qui évoque les heures les plus tendues de la guerre froide. L’auteur use des griefs du passé, ainsi que du contexte actuel afin de concrétiser un futur plus qu’envisageable pour demain. En cela, il ne serait guère surprenant d’observer des corrélations qui rejoignent la réalité dans quelques années, comme l’a déjà fait Tom Clancy auparavant.

On remarque aussi une place non négligeable sur des hypothèses et des faits scientifiques du XXe siècle. Le projet Manhattan est en tête de gondole, mais ce sont les découvertes et le travail d’Ettore Majorana qui prévalent par la suite. L’intrigue parvient à jouer de la réalité pour extrapoler sur d’éventuelles avancées technologiques et résoudre une part des mystères entourant l’Antarctique et ce qui concerne le physicien lui-même. Théories des neutrinos, physique quantique, trous noirs, sans oublier les expériences effectuées en laboratoire ou à grande échelle selon les moyens utilisés, c’est à un véritable tour d’horizon exhaustif accompagné d’une documentation irréprochable que nous convie l’auteur.

Des situations nerveuses et variées, un sens de la narration évident pour entretenir le suspense (ce qui n’est pas une mince affaire pour un projet d’une telle envergure), Point zéro est un premier roman qui fait forte impression. Réaliste et immersive, la trame ne souffre d’aucune longueur ou errance, et ce, malgré de nombreux détails techniques. Outre une influence qui n’est pas sans rappeler Tom Clancy, Clive Cussler ou encore James Rollins, Antoine Tracqui parvient à offrir un livre réussi doté d’une intrigue aussi accrocheuse qu’entraînante. Entre techno-thriller et thriller historique, Point zéro recèle une grande richesse tant sur le fond que sur la forme.

Note : 16/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net