Avec tes Yeux – Sire Cédric

couv3311284

Auteur : Sire Cédric

Editeur : Presses de la Cité

Genre : Thriller

Résumé :

Depuis quelques temps, Thomas fait des rêves atroces. Après une séance d’hypnose destinée à régler ses problèmes d’insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit au travers les yeux d’un autre torturant une jeune femme.

Avis :

Si le thriller favorise autant les ambiances macabres qu’une bonne histoire d’épouvante, le genre n’hésite pas à surenchérir quand il s’agit de suivre le parcours d’esprits dérangés ou d’explorer leur psyché. Comme son titre l’indique, Avec tes yeux nous emporte dans la tête d’un tueur en série et nous permet d’assister à ses exactions. La psychologie n’est pas forcément de rigueur, mais l’intrigue tente de renouer avec les précédentes œuvres de Sire Cédric, exception faite de La mort en tête. Ce dernier s’était révélé une petite déception au regard de son excellente bibliographie, même si, reconnaissons-le, l’histoire s’avérait dynamique et rondement menée.

Ce qui semble aussi le cas pour le présent ouvrage. La structure du roman est propre à entretenir le suspense. Chapitres très courts, style enlevé, sans oublier des péripéties qui succèdent aux investigations, on ne s’ennuie guère et les pages défilent assez rapidement. En cela, on retrouve bel et bien l’efficacité de l’auteur à nous emporter dans son imaginaire, et ce, sans heurt particulier. Seulement, on constate également que la trame sombre assez vite dans les travers de La mort en tête. À savoir, une progression simpliste qui délaisse quelques méandres horrifiques au profit d’une traque assez conventionnelle, n’en déplaise à certains éléments qui s’invitent en cours de route.

Certes, il y a bien les visions cauchemardesques et une violence sans nom pour nous rappeler au domaine du surnaturel et du fantastique. Pour autant, les hallucinations sont sporadiques et agissent comme un prétexte au bon déroulement du récit. Le point de départ (et donc le catalyseur) ne trouve que peu d’explications. Tout juste justifie-t-on ces apparitions par une pirouette narrative qui aurait mérité que l’on s’y attarde un peu plus. Au moins, explorer la cause et les symptômes pour parvenir à la résolution du problème. Ici, les poncifs du thriller sont usés pour permettre une distraction immédiate en délaissant l’atmosphère si particulière des autres romans de l’auteur.

Pour autant, il continue de développer des thèmes intéressants, comme la paranoïa ou la notion de mal (en tant qu’entité propre ou inhérente à l’être humain). En cela, le traitement reste pertinent et opère dans l’inconscient du lecteur sans empiéter sur l’histoire. Rien de tel qu’une mise en abîme dans les pires penchants « humains » pour exposer ces propos. Les exécutions, ainsi que les scènes les plus glauques, sont saisissantes et généreuses en hémoglobine. Si l’ensemble demeure très classique et dépourvu d’une véritable ambiance, la trame fait montre d’une efficacité sans faille quand il s’agit de choquer ou d’intriguer.

Une fois n’est pas coutume, l’auteur délaisse ses personnages fétiches (Alexandre Vauvert et Eva Svärta) pour dépeindre de nouveaux portraits. Là encore, les protagonistes sont bien campés, sans pour autant se montrer marquants ou singuliers. On a droit à des descriptions physiques sommaires, ainsi que des comportements ou des réactions des plus prévisibles, voire redondantes, à certains égards. On a la fâcheuse impression que les événements sont distincts des intervenants alors que ceux-ci devraient les influer pour tisser un fil de progression cohérent. Autrement dit, leurs caractères et leur présence se révèlent en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre d’un écrivain de l’envergure de Sire Cédric.

Au final, Avec tes yeux est du même gabarit que La mort en tête. Il ne s’agit pas d’un mauvais roman, bien au contraire. On retrouve des sujets chers à l’auteur, ainsi qu’un rythme tendu qui entretient un suspense de rigueur. Cependant, l’histoire se montre trop simpliste et directe pour trouver l’équilibre adéquat entre le fantastique et le thriller. Les faits s’enchaînent sans qu’on s’attarde vraiment sur des éléments particuliers. On songe notamment aux séances d’hypnose, aux cauchemars et aux hallucinations qui sont soumis à une explication discutable et sans profondeur, même si l’originalité était présente au départ. Il en ressort un livre distrayant, mais trop classique et prévisible (certains retournements sont assez grossiers) pour faire la différence. Une efficacité toute mesurée pour un résultat en dents de scie.

Note : 12/20

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net