décembre 2, 2020

Batman Année 100

Couverture

Auteurs : Paul Pope et José Villarrubia

Editeur : Urban Comics

Genre : Super-Héros

Résumé :

Gotham City, 2039. Batman, une icône oubliée du passé, est recherché pour meurtre. Lancés à la poursuite d’une légende, le commissaire Gordon, petit-fils de l’original, prend rapidement conscience des ramifications de l’affaire lorsque ses hommes se trouvent secondés sur le terrain par une unité d’élite, débarquée de Washington.

Avis :

C’est en 1939 que Bob Kane crée l’un des personnages les plus emblématiques de la pop culture avec Batman. Tout d’abord détective avec un arsenal impressionnant pour capturer des malfrats, il va vite devenir un emblème avant de mourir à petit feu avec des ventes qui dégringolent. Fort heureusement, DC réussit son pari en ressuscitant tous ses héros, en leur donnant une nouvelle jeunesse et en changeant ainsi leur activité. Et si Batman reste un détective hors-pair, il est aussi devenu un combattant redoutable et un personnage avec un background très sombre. Il s’agira d’ailleurs du super-héros le plus sombre de l’univers DC et c’est sûrement cela qui plait tant. Mais Batman va devenir bien plus que cela et c’est à travers divers films et séries animées qu’il va asseoir son statut de champion de la maison d’édition et qu’il va avoir droit à des histoires courtes de grande qualité à l’image de Un Long Halloween ou encore Amère Victoire, sans oublier Silence.

G_6652_03

Mais Batman Année 100 va explorer une nouvelle facette du super-héros. Ici, il ne s’agit pas de réécrire son histoire en partant de sa jeunesse, mais de se poser la question de la présence du chevalier noir cent ans après son apparition dans les rues de Gotham. Sans s’embêter avec des présentations qui sentiraient la redite, Paul Pope entre directement dans le vif du sujet, arpentant le chemin de l’anticipation avec une période sombre où la technologie n’a pas tant évolué. Ce qui a évolué durant ces quelques années, c’est la présence policière et le changement de régime judiciaire, avec des milices qui semblent avoir tous les droits. Plus proche d’un V Pour Vendetta, ce Batman Année 100 est assez désespéré dans son ambiance, tout en gardant la moiteur si caractéristique de Gotham. Les couleurs, très souvent sombres ou baignant dans un vert sombre, apportent une réelle dimension à l’ambiance et à l’environnement si lourd de cette histoire. De ce fait, le background général de ce one shot est plutôt plaisant et donne une vision cohérente et pessimiste qui sied parfaitement à l’environnement du Batman.

Mais le principal défaut de ce Batman, c’est son scénario global. Partant d’une chasse à l’homme après un homme déguisé en chauve-souris (le Batman a été oublié depuis), l’intrigue va s’articuler autour d’un complot instauré par la nouvelle police et qui vise à détruire une grande partie de l’humanité. Sans être horrible, cette histoire reste très binaire, très classique et le schéma narratif linéaire ne fait rien pour mettre plus de tension là-dedans. Alors certes, il y a de l’action, les traits grossiers et nerveux de Paul Pope rendent tout ça plutôt sympathique, mais il manque vraiment un aspect épique à cette histoire pour pleinement convaincre.

L’autre défaut de ce livre, c’est que l’on rendre trop vite dans le vif du sujet. En fait, il n’y a pas de temps d’adaptation pour le lecteur qui se retrouve propulser dans ce nouvel univers, avec un nouveau Batman encore tâtonnant, et même si l’on retrouve les schémas classiques de l’équipe de base, il manque vraiment une présentation afin de plus s’attacher aux personnages. On ne sait pas vraiment pourquoi Batman revient, ni qui il est vraiment. On ne sait pas comment les archives sur le chevalier noir ont disparu. On ne sait pas la légitimité des Wolves de Gotham et de leur chef qui ressemble plus à un bandit qu’autre chose. En fait, il manque beaucoup de choses dans cette histoire et il faut vraiment du temps pour s’y faire sans se perdre. Par contre, l’édition de Urban Comics révèle quelques surprises en fin de l’histoire principale avec trois histoires très courtes mais qui ont le mérite d’être très efficace et notamment celle qui met les origines du Batman en Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale.

year100dodge

Au final, Batman Année 100 est un comics très intéressant de par le regard qu’il pose sur une société future et sur la présence d’un Batman tout neuf au milieu d’une police encore plus corrompue qu’auparavant. Un comics qui manque quand même de certaines choses, comme d’une présentation digne de ce nom aussi bien dans l’univers que dans l’équipe même du Batman et qui oublie une intrigue plus poussée, surtout avec cette atmosphère futuriste assez sale. Bref, une bonne lecture, un plaisir immédiat, mais une intrigue qui ne reste pas longtemps en tête, et c’est fort dommage.

Note : 14/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.