décembre 2, 2020

The Leftovers Saison 1

13472335_1344104095602996_1588228000_n

D’Après une Idée de : Damon Lindelof et Tom Perrotta

Avec Justin Theroux, Amy Brenneman, Christopher Eccleston, Liv Tyler

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame

Nombre d’Episodes : 10

Résumé :

Du jour au lendemain, un 14 octobre en apparence ordinaire, 2% de la population disparaît mystérieusement de la surface de la terre. Ces gens, de tout âge, se sont évanouis dans la nature, sans explication, laissant leurs proches dans l’angoisse, voire le désespoir.

Trois ans plus tard, la vie a repris son cours dans la bourgarde de Mapleton, une petit ville près de New York, mais rien n’est plus comme avant. Personne n’a oublié ce qui s’est passé, ni ceux qui ont disparu. A l’approche des cérémonies de commémoration, le chef de la police locale, Kevin Garvey, est en état d’alerte maximale : des affrontements dangereux se préparent entre la population et un groupuscule comparable à une secte…

Avis :

Arrivé courant des années 2000, Damon Lindelof est une belle révolution dans l’univers de la télévision. Scénariste et créateur de génie, sur le grand écran, son travail est quelque peu partagé entre les excellents « Star Trek, Into Darkness » ou le boudé « A la Poursuite de Demain« , mais il a souvent du mal à vraiment convaincre, « Prometheus« , « Cowboys & Envahisseurs » ou encore « World War Z » en sont de bons exemples. Mais là où le scénariste et showrunner excelle, c’est dans le domaine de la télévision, puisque c’est à lui et J.J. Abrams que l’on doit l’une des séries les plus cultes de la décennie 2000, j’ai nommé « Lost« .

Cette série fut un tel chamboulement dans l’univers des séries télés durant ses saisons que l’on attendait avec beaucoup de curiosité la prochaine série de Damon Lindelof. Et c’est l’année passée que Lindelof, accompagné du scénariste Tom Perrotta (scénariste du magnifique « Little Children » avec Kate Winslet) a fait de nouveau parler de lui avec cette première saison de « The Leftovers« , une série pour le moins étrange et captivante, même si on a l’impression qu’elle nous échappe à plusieurs instants. « The Leftovers » s’annonce donc aussi torturée et alambiquée que « Lost » et l’on n’en attendait pas moins !

13453162_1344104135602992_1236133880_o.png

Le 14 Octobre est une date que personne ne pourra jamais oublier. Une date parcourue de mystères et de doutes. Alors que ce matin-là s’annonce comme tous les autres, 2 % de la population mondiale a disparu. Des gens de tout âge, de toute origine, de tout milieu se sont tout simplement volatilisés « sous les yeux » de leurs proches. Depuis cette date, il s’est passé trois années. Trois années où chacun fait face et essaie encore de passer au-dessus de ce mystère. Si certains y sont relativement parvenus, pour d’autres le mystère est si dur, si incompréhensible, qu’ils restent comme prisonnier de ce 14 Octobre.

« The Leftovers » est une série pour le moins particulière qui sème le trouble et le mystère de façon délicieuse. Mais autant être honnête, c’est aussi une série qui ne va pas plaire à tout le monde, car au fur et à mesure de cette première saison, elle saura garder son mystère entier. Les personnes terre à terre, ou encore celles qui détestent être largués, devraient alors rester hermétiques devant « The Leftovers« . Par contre, pour les autres, la série s’avère être un envoûtement qui au fur et à mesure va devenir addictif.

Etalée sur dix épisodes d’une cinquantaine de minutes chacun, la série navigue entre la science-fiction et le drame humain qui pousse à la réflexion. L’intrigue de base est soignée et les mystères, révélations ou encore les jeux de pistes et autres péripéties qui peuplent tous les épisodes de cette première saison sont une excellente entrée en matière. Ce qui est terrible avec « The Leftovers« , c’est que la série arrive à être captivante alors même que l’on ne va pas tout comprendre à ce que l’on va suivre. Bien souvent, les questions du pourquoi et du comment s’imposent dans notre esprit et ne trouvent pas (encore) de réponses et pourtant, on ne peut s’empêcher de se lancer dans l’épisode suivant. « The Leftovers » rappelle ce plaisir qu’on avait à suivre « Lost » et tout le mystère qui allait avec. Avec son pitch original et mystérieux, « The Leftovers » en profite pour aborder des sujets difficiles et principalement le deuil bouleversant et même choquant de proches qui sont littéralement arrachés à leur famille du jour au lendemain. Que sont-ils devenus ? Où sont-ils allés ? Intervention divine ou « bug dans la matrice » ? Comment passer à autre chose, sans même avoir de corps à enterrer ? La série aborde et parle très bien de ces sujets et de tant d’autres (l’espoir de revoir ses proches, la culpabilité d’être resté, d’être un survivant du 14 Octobre, les regrets, la folie allant même dans la schizophrénie…) et malgré la tristesse qui parcourt chaque épisode, « The Leftovers » est loin d’être déprimante, les créateurs ayant gardé à l’esprit que la série est avant tout un divertissement.

« The Leftovers » est aussi une série qui, visuellement, est prenante et elle a su s’entourer de bons réalisateurs pour lui offrir et nous offrir cette esthétisme sublime. Le pilote est signé Peter Berg, et pour les différents épisodes, on trouvera tour à tour derrière la caméra l’excellente et trop rare Mimi Leder, ou encore le spécialiste série Daniel Sackheim. On trouvera aussi Keith Gordon, Carl Franklin, Lesli Linka Glatter… Bref, que du beau monde qui s’accorde parfaitement pour donner cette ambiance si particulière à « The Leftovers« .

La série doit aussi énormément à sa bande originale composée par Max Richter. Si la réalisation est belle, si les intrigues sont prenantes, si les acteurs sont exemplaires, c’est bien la bande originale qui est l’un des atouts percutants de la série. Max Richter nous offre un chef d’œuvre auditif, qui véhicule en grande partie toutes les émotions qui vont nous parcourir au fil des épisodes. Ces notes installent une mélancolie et un regret incroyable à la série. Si bien que la musique finit par être un personnage à elle seule et l’on s’en délecte tant elle est envoutante.

Enfin, le dernier atout de « The Leftovers« , c’est son casting. Un casting étonnant et inattendu, pour lequel on retrouve des acteurs très connus et d’autres plus anonymes qui seront autant de belles révélations. Porté par le très bon Justin Theroux, un acteur qu’on aime beaucoup et qui se faisait rare ces derniers temps, il trouve là un rôle plus qu’intéressant et le comédien le tient à bras-le-corps, étant aussi touchant qu’il peut être agaçant parfois. On trouvera aussi la belle Liv Tyler, qui est vraiment touchante de par la confusion que le mystère du 14 Octobre a provoqué en elle. Dans les connus, on trouvera aussi l’anglais Christopher Eccleston dans un rôle plutôt troublant. Puis on aura le plaisir de revoir Scott Glenn dans un rôle psychédélique.

La loi des séries, c’est aussi de nous présenter de belles révélations et ici, c’est clairement Ann Dowd, qui pourtant n’est pas une inconnue, mais l’actrice d’une soixantaine d’années trouve enfin le rôle qui la révèle et on peut dire qu’elle est complétement hypnotique. À chacune de ses apparitions, elle est incroyable ! Elle apporte tant de tensions, véhicule tant de mystère qu’elle en serait presque flippante. C’est vraiment LA révélation de « The Leftovers » et c’est avec un sacré plaisir qu’on attend de la revoir dans la suite !

13493360_1344104202269652_1306564758_o

« The Leftovers » est donc une série hautement recommandable qui envoûte petit à petit celui qui la regarde. Distillant des indices qu’on ne serait trop interprété immédiatement, tenant son mystère, Damon Lindelof a très bien réussi son coup et à la fin de cette première saison, on a qu’une envie, c’est de savoir la suite, surtout après ce dixième épisode qui est surement le bijou cette première saison (quoi que le neuvième vaut son pesant d’or aussi !).

Note : 16,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.