Caribou – Our Love

16511-our-love

Avis :

La musique électronique est souvent attachée à un groupe de fans complètement débiles qui ne pensent qu’à s’amuser en boîte de nuit et coucher avec le plus de personnes possibles sans jamais se soucier de l’avenir de la planète. Sauf que cette image néfaste est galvaudée et il ne faut pas croire que ce que l’on voit à la télé (notamment avec des reportages sur des festivals de musique électro) est forcément la réalité. Les amateurs de musique vous le diront, chaque cliché véhiculé est faux, tout comme les métalleux ne sont pas des nazis notoires mangeant des chauves-souris ou les fans de rap sont des racailles sortant la nuit pour brûler des voitures. Au niveau de la musique électro, il suffit de voir Caribou et son cursus complètement en dehors des clous. Fils de mathématicien, il est diplômé en mathématique et possède un physique hors-norme quand on écoute sa musique. Un peu comme Moby, il y a une réelle différence entre le physique du musicien et le style qu’il arpente pour conquérir les cœurs. Commençant sa carrière à l’aube des années 2000 sous le pseudonyme Manitoba, c’est en 2005 qu’il adopte son nom de scène actuel, Caribou et depuis, il a livré quatre albums qui ont tous reçu des critiques positives. Cependant, Our Love, son dernier album en date, et sûrement son plus personnel, n’est pas au goût de tout le monde, car non seulement il parait assez faible au niveau des rythmiques, mais en plus de cela, il sent un petit peu la malhonnêteté.

Le skeud commence avec Can’t Do Without You et il annonce clairement la couleur. Une rythmique pas forcément rapide, à base de beats légers et surtout une répétition pour faire durer la musique sur une durée décente. Dès le départ, on sent une certaine fainéantise dans la composition des titres. Peu ou pas de variations, une simple montée de son pour essayer vainement de faire croire à un changement de tempo, mais rien n’y fait vraiment, pas même l’arrivée de quelques infrabasses. En fait, c’est très vite redondant et quasiment tout l’album baigne dans la même rythmique. Silver change un peu la donne avec une ambiance plus éthérée, presque spatiale, mais il y a encore des scories franchement pénibles, comme cette voix aiguë détestable ou encore un gimmick sonore qui revient complètement gâcher la musicalité du truc, répétant sans cesse ce qui semble être un « ear it » mais dans la bouche d’une octogénaire. Néanmoins, le rythme est toujours le même et on a bien du mal à situer ce style entre deep house et électro lounge qui ne fera danser personne et fera planer en présence de substances illicites.

caribou_604-tt-width-604-height-630-fill-0-crop-1-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-1

On retrouvera les mêmes sensations durant tout le skeud et ce n’est pas le beat efficace de Our Love (unique mot qui revient sans cesse dans le titre) ou encore l’aspect électro pop de All I Ever Need qui changera la donne. En fait, à l’écoute de ce skeud (le quatrième sous le nom de Caribou), on a vraiment la sensation d’écouter un album froid sans grande personnalité. Et quand on y regarde de plus près, on est effectivement en présence d’un album de mathématicien, qui doit penser sa musique comme des formules d’algèbre et sans jamais penser à une harmonie chaleureuse dans tout ça. Même les voix semblent être informatisées, enlevant encore un peu plus ce qu’il reste d’humanité dans le skeud. Pour s’en rendre compte, il suffit d’écouter l’horrible titre Dive, ou encore le très commercial Second Chance, qui sonne presque faux à certains moments. Cette sensation de se retrouver face à des robots qui chantent est assez effrayante et on y ressent comme une certaine distance entre l’auditeur et le musicien. La fin de l’album n’est pas mieux, n’offrant aucune pièce intéressante et frôlant parfois l’aspect mercantile au gré de pistes transparentes et sans grand intérêt.

Au final, Our Love, le dernier album en date de Caribou, ne transmet pas beaucoup d’amour et il semblerait que l’on puisse facilement y passer au travers. Complètement déshumanisé, cet album ne transmet pas beaucoup d’amour et il semblerait que le musicien ait oublié quelque chose d’important dans la musique, une certaine chaleur, une certaine notion de l’autre et de ce que la musique doit apporter. Bref, un album très décevant et relativement froid.

  1. Can’t Do Without You
  2. Silver
  3. All I Ever Need
  4. Our Love
  5. Dive
  6. Second Chance
  7. Julia Brightly
  8. Mars
  9. Back Home
  10. Your Love Will Set You Free

Note: 04/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net