Rayman Legends

rayman-legends-ps4-us

Résumé :

Pendant un siècle entier, les héros de la Croisée des Rêves (Rayman, Globox et les deux Ptizètres) ont passé leur temps à dormir profondément. Selon les dires du Bulleur de Rêves, ces derniers sont sous l’emprise d’un puissant somnifère mystérieux… ou alors ils avaient juste besoin de prendre beaucoup de repos. Cependant, à cause de ce phénomène qui priva le monde de protection, les cauchemars du Bulleur de Rêves se sont multipliés, se sont répandus et ont engendré de nouveaux monstres issus de vieilles légendes connues. Pour étendre leur suprématie, ils ont créé dans la Croisée des Rêves des mondes à leur image, et ont capturé tous les Ptizètres. Murfy, sous les ordres du créateur du monde, s’en est allé réveiller les héros à l’aide d’une bonne claque. En ouvrant les yeux, Rayman comprend le drame. En allant voir le Bulleur de Rêves, il constate que l’intérieur de sa demeure est rempli de tableaux magiques menant à chacun de ces mondes. À partir de maintenant, fini le grand sommeil, la troupe héroïque reprend du service !

Avis :

Avec Rayman Origins, l’une des sagas phares d’Ubi Soft se parait (une fois de plus) d’un jeu de plates-formes des plus recommandables. Doté de mécaniques simples à prendre en main, d’une ambiance enchanteresse, d’un humour percutant, sans oublier des personnages hauts en couleur, le titre a réuni un public jeune et moins jeune autour d’un genre indémodable. Deux années s’écoulent pour que les gars de Montpellier récidivent, et ce, après avoir tâté du mort-vivant sur WiiU avec ZombiU. Si l’on ne modifie pas une recette qui gagne, la magie fonctionne-t-elle toujours pour satisfaire une horde de fans fidèles ?

jpg

Il est vrai qu’aux premiers abords, rien ne semble avoir changé au sein de la croisée des rêves. On retrouve ses marques sans mal avec une patte esthétique reconnaissable entre toutes. Pour l’occasion, le moteur graphique a subi un lifting afin d’offrir une nouvelle dimension à l’univers de Rayman. Couleurs splendides, animations aussi fluides que la progression, décors interactifs… Rarement, un jeu de plates-formes est parvenu à flatter les rétines avec une simple « 2D » qui donne l’impression de pouvoir évoluer sur plusieurs plans et, en un sens, c’est bien le cas. Cette même 2D pousse à son paroxysme les possibilités d’un level design déjà fort inspiré par le passé.

Les développeurs délaissent les habituels niveaux aux thématiques éculées (volcan, jungle, montagne gelée…) pour proposer des festivités autrement plus réjouissantes et originales. Un petit détour chez les Mexicains pour célébrer la fête des Morts, une incursion en eaux profondes avec 20 000 lieues sous les mers avant de côtoyer les sommets du Mont Olympe dans la mythologie grecque. Aussi disparate qu’inventif dans leur structure, chaque monde jouit d’un charme particulier pour renouveler le plaisir de jeu. Si l’on demeure sur un plan linéaire pour terminer chaque niveau, il faut se montrer plus habile qu’escompter pour dénicher tous les ptizètres et obtenir un score maximal.

Chaque stage possède des zones cachées et des secrets à découvrir. Pour les explorer tous, l’efficacité du gameplay n’est plus à démontrer. La caméra s’adapte à votre progression (le constat est d’autant plus flagrant avec d’autres joueurs), la maniabilité est irréprochable avec une exécution des commandes qui répond au doigt et à l’œil. Dans la majorité des cas, la difficulté est équivalente à Rayman Origins. Autrement dit, accessible à tous, sans pour autant être facile. Il est vrai que les checkpoints ne sont guère pénalisants (hormis une ou deux exceptions) et le nombre de vies illimitées écarte toute frustration.

Pour autant, le challenge est bel et bien présent si l’on souhaite tout découvrir. Les développeurs ont pensé aux joueurs les plus perfectionnistes (et même aux speed-gamers) avec des niveaux où les objectifs évoluent sensiblement. Stages musicaux, courses contre la montre, sauvetage de la princesse ou combats de boss, la variété des tableaux offre un plaisir intact et demande de s’adapter et de tester ses réflexes dans des situations différentes. De plus, certains scores sont publiables en ligne et des défis viennent agrémenter l’aventure principale par un esprit de compétition bienvenu.

Il n’y a pas d’ordre prédéterminé pour choisir un niveau, une fois celui-ci débloqué. Le schéma des mondes a beau être identique et se répéter, il n’en demeure pas moins un travail conséquent qui sait occuper les joueurs. Cet aspect classique s’insinue dans les grandes lignes d’une histoire qu’on devine anémique. Le scénario est sans surprise, pour ne pas dire un simple prétexte à retrouver Rayman. Une fois de plus, le magicien capture vos amis (les ptizètres) et tente d’asseoir sa domination dans la croisée des rêves. À vous de lui botter les fesses hors de la planète ! Rien de préjudiciable, mais un sentiment de déjà-vu qui s’appuie uniquement sur une excellente réalisation.

Au même titre que son prédécesseur, Rayman Legends brille par une durée de vie conséquente. Outre les 120 niveaux à parcourir en long, en large et en travers, le jeu nous offre également l’occasion de redécouvrir une sélection des meilleurs moments de Rayman Origins (revu et corrigé sur le plan esthétique). À cela, on ajoute la libération des 700 ptizètres, la récolte des lums qui permettent d’obtenir de nouveaux personnages, les scores pour débloquer les coupes, et les nombreux défis proposés en ligne. On l’aura compris, faire le tour d’un tel titre demande du temps, de la patience et, parfois, de la persévérance pour certains passages délicats.

Rayman-legends-pc

Au final, Rayman Legends ne se contente pas de faire aussi bien que le précédent opus de la saga. Il le surpasse en révisant ses ambitions à la hausse. Level design soigné, patte esthétique sublime, gameplay maîtrisé… Loin d’être moribond, le domaine de la plate-forme offre de véritables pépites qui exploitent à merveille tous les codes du genre. Il est vrai qu’on remarquera quelques limites, notamment au niveau d’un scénario simpliste (et presque inutile) ou d’une formule qui reste inchangée dans ses grandes lignes. Pour autant, Rayman Legends demeure une référence qui s’adresse à un panel de joueurs des plus éclectiques. Une valeur sûre qui ne prend pas une ride.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Dante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net