V pour Vendetta

13295278_1327194840627255_1853786025_n

Titre Original : V for Vendetta

De : James McTeigue

Avec Hugo Weaving, Natalie Portman, Stephen Rea, Stephen Fry

Année: 2006

Pays: Etats-Unis

Genre: Science-Fiction

Résumé:

Londres, au 21ème siècle…
Evey Hammond ne veut rien oublier de l’homme qui lui sauva la vie et lui permit de dominer ses peurs les plus lointaines. Mais il fut un temps où elle n’aspirait qu’à l’anonymat pour échapper à une police secrète omnipotente. Comme tous ses concitoyens, trop vite soumis, elle acceptait que son pays ait perdu son âme et se soit donné en masse au tyran Sutler et à ses partisans.
Une nuit, alors que deux « gardiens de l’ordre » s’apprêtaient à la violer dans une rue déserte, Evey vit surgir son libérateur. Et rien ne fut plus comme avant.
Son apprentissage commença quelques semaines plus tard sous la tutelle de « V ». Evey ne
connaîtrait jamais son nom et son passé, ne verrait jamais son visage atrocement brûlé et défiguré, mais elle deviendrait à la fois son unique disciple, sa seule amie et le seul amour d’une vie sans amour…

Avis :

James McTeigue est un réalisateur australien qui s’est fait connaître dans les années 80 et 90 en étant l’assistant réalisateur de Martin Campbell, Alex Proyas, John Hillcoat, George Lucas et bien entendu les sœurs Wachowski. D’ailleurs, une très belle collaboration va naître entre lui et les deux réalisatrices, puisque c’est elles qui vont produire ses deux premiers longs et James McTeigue va les retrouver pour réaliser des scènes de leur série « Sense8« .

Pour son premier film, on peut dire que James McTeigue fait fort et commence sa filmographie avec un film critique qui a marqué les années 2000. Film polémique, culte pour certains, détesté par d’autres, « V pour Vendetta » est l’adaptation d’un Comic signé Alan Moore (à qui l’on doit entre autre « From Hell » ou « Watchmen« ). Traitant de thèmes très lourds, James McTeigue livre un film aussi passionnant dans sa critique et le portrait qu’il va peindre qu’étonnant, car il est bien loin des grosses productions habituelles pour ce genre de film et surtout, il s’ancre tristement dans une réalité contemporaine.

13271866_1327195307293875_677741116_o

L’Angleterre du 21ème siècle a basculé et est tombé dans une dictature au nom du bien commun. La population est totalement soumise au pouvoir d’un chancelier et de l’omniprésence de la police qui agît en maître. Un soir, alors qu’elle viole le couvre-feu obligatoire, Evey Hammond est agressée par deux « policiers » en civil. Cette nuit-là, elle est sauvée par un homme masqué. Cet homme se fait appeler V et cette nuit-là, c’est le début de sa révolution pour libérer l’Angleterre d’un tyran. Une révolution qui commence en musique, avec une explosion et un feu d’artifice.

 » – Sous ce masque, il y a plus que de la chair. Sous ce masque, il y a une idée Creedy… Et les idées sont à l’épreuve des balles. »

Pour son premier film, James McTeigue bouscule le cinéma pour nous offrir un premier film intelligent, pertinent et qui ne passe vraiment pas très loin du chef-d’œuvre. Pas très loin car même si le scénario, les thèmes développés, l’esthétisme, la musique et ses acteurs sont fabuleux, « V pour Vendetta » a tout de même ses petits défauts, ses maladresses et ses côtés un peu kitsch qui atténuent quelque peu « l’excellence » qu’il dégage.

« V Pour Vendetta« , dans son scénario, est peut-être l’un des films les plus riches et engagés sortis au cours des années 2000. Adaptant la BD d’Alan Moore, le film dresse une critique acerbe et sans détour d’un régime totalitaire, d’une dictature, du pouvoir des médias, du fascisme, du racisme, de l’intolérance, des différences sur la couleur de peau, de la sexualité ou des religions. Le film parle aussi d’amour, de la liberté d’expression, de restriction et surtout et plus particulièrement de la peur. Ou comment cette peur, aidée par le support des médias, par le sensationnalisme et les manipulations, peut faire basculer un régime et un ordre établi dans une dictature, au nom d’une liberté.

Ne s’égarant jamais, James McTeigue aborde des sujets durs et controversés, qui sont surtout d’actualité (la montée en flèche des extrêmes et le climat tendu qui règne ces derniers mois, les conflits d’intérêts, les violences dans les rues). Passionnant, le film traite ses sujets avec intelligence et une subtilité parfaite, basant le tout autour d’une révolution vengeresse et libératrice. Menant son film sur plusieurs fronts, on aura le plaisir de découvrir que « V pour Vendetta« , c’est plusieurs films en un, qui ont tous pour but de faire éclater des libertés. Le scénario explore le totalitarisme et la comparaison avec le troisième reich est plus qu’évidente, mais il s’aventure aussi autour d’une enquête que deux flics en quête de vérité vont mener pendant que V, en parallèle, amène le pays vers la révolution. L’enquête qu’expose le film est rudement menée, apportant son lot d’intrigues, de manipulations et de mystères. On reste accroché et passionné pendant tout le film, car les éléments que les deux inspecteurs découvrent apportent des pièces pour construire un puzzle.

Le scénario s’aventure aussi sur l’évolution et la libération du personnage d’Evey qui va affronter plusieurs épreuves pour être libre et pouvoir être maîtresse de ses propres choix et de sa propre vie. D’ailleurs le film est excessivement bien écrit et plusieurs répliques (pas seulement autour de ce personnage) sont assez percutantes, posant beaucoup de questionnements. « V pour Vendetta » est vraiment un film qui pousse à la réflexion en plus d’être un bon divertissement.

Comme dit plus haut, « V pour Vendetta » est loin d’être un film à gros budget commun. Ayant son propre esthétisme, James McTeigue a l’intelligence de ne pas trop en faire. Il évite la surenchère, préférant offrir un vrai film d’enquête à l’ambiance sombre. Il démontre ainsi que l’on n’a pas besoin pour ce genre de film de se vautrer dans les effets spéciaux pour emporter les spectateurs dans son histoire. D’ailleurs, c’est même quand il tombe dans les effets et les combats « communs » que le film perd un peu de son intérêt. Sur ces quelques scènes-là, « V pour Vendetta » ressemble à n’importe quel autre film et c’est dommage. On pourra même critiquer certains choix esthétiques tape à l’œil qui donnent un effet un peu kitsch, comme l’utilisation de ralentis ou encore les traînés que laissent les couteaux dans l’air.

Pour son film, James McTeigue a fait d’excellents choix aussi du côté de son casting. Natalie Portman est très touchante dans un rôle qui lui sied à merveille. Hugo Weaving arrive à être touchant, sans jamais, ô grand jamais que l’on ne voit son visage, ce qui est une prouesse. L’acteur joue donc beaucoup avec son physique et sa voix et arrive ainsi à communiquer tout ce que peut ressentir V. De la haine à l’amour, en passant par la colère ou le regret, l’acteur trouve le ton juste et s’avère tout simplement bluffant. C’est John Hurt qui hérite du rôle du dictateur et ce qui est terrible avec son rôle, c’est qu’il se vautre de manière totalement géniale dans la caricature, renvoyant à Hitler, mais alors qu’il aurait pu être ridicule, John Hurt y va tellement à fond qu’il en est flippant et génial. On composera aussi avec le duo de flics joué par Stephen Rea et Rupert Graves. Puis on comptera sur l’humour parfaitement venu de Stephen Fry. Puis enfin, comment ne pas évoquer Natasha Wightman, Imogen Poots et Cosima Shaw qui sont absolument parfaites et bouleversantes dans des scènes qui résonnent comme de véritables fulgurances de poésie, de mélancolie, de regrets, d’amour, mais aussi d’injustice et d’intolérance.

13271953_1327194873960585_351414445_o.png

Pour son premier film, James McTeigue a vu juste et livre un film d’anticipation assez flippant et exaltant à la fois. Un film intelligent, qui parle très bien des ravages de la peur. Il offre un film à la fois pessimiste et plein d’espoir. Un film somptueux de par sa critique et son ouverture d’esprit. Bref, c’est un excellent film qui arrive même à faire excuser les petits ratés qui le parcourt. Et dans le contexte actuel, c’est même un film à revoir.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net