décembre 2, 2020

La Canonnière du Yang-Tse

13180958_1315755631771176_1881613552_n

Titre Original : The Sand Pebbles

De : Robert Wise

Avec Steve McQueen, Richard Attenborough, Richard Crenna, Candice Bergen

Année : 1967

Pays : Etats-Unis

Genre : Guerre

Résumé :

En 1926, le San Pablo, une canonnière américaine avec à son bord le mécanicien en chef Jake Holman, remonte le fleuve Yang-Tsé. Le patrouilleur se retrouve bientôt au cœur de la guerre civile chinoise qui oppose communistes et nationalistes…

Avis :

Robert Wise est un immense réalisateur, dont le cinéma est toujours plaisant. De « La mélodie du Bonheur« , en passant par « Le jour où la terre s’arrêta« , sans oublier « Star Trek« , « West side story » ou « Star« , le réalisateur a toujours su trouver le ton juste pour raconter ses histoires et c’est toujours avec un immense plaisir qu’on se lance dans un film que l’on ne connaît pas encore. Surtout quand on trouve dans ce film l’indémodable Steve McQueen devant la caméra d’un maître.

Deux ans après le culte « La mélodie du Bonheur« , le tout aussi culte Robert Wise délaisse les collines autrichiennes pour les fleuves de Chine avec « La Canonnière du Yang-Tse« , un film fleuve de trois heures sublimes. Réalisateur touche-à-tout, Robert Wise place son film en plein cœur de la révolution chinoise, avec un point de vue intéressant, puisque ce sera celui des Américains et plus précisément celui d’un simple soldat, matelot et mécanicien, qui sera le témoin impuissant des évènements. Avec ce film, Robert Wise signe un film dur, pessimiste, qui oscille parfaitement entre l’amour et la haine, la paix et la guerre et finalement, les désillusions de son personnage, rattrapé par la fatalité. Bref, un récit prenant qui est un joli plaisir à découvrir.

13161050_1315756238437782_2007504189_o

1926 sur le fleuve Yang-Tsé, Jake Holman est un jeune soldat qui vient d’être muté sur le San Pablo, une canonnière américaine qui sillonne le fleuve. En Chine, la tension est à son comble, le pays est ravagé par des seigneurs de guerre. Une révolution gronde et la Chine essaye de s’unir pour devenir une nation. Et peu de temps après l’arrivée d’Holman, le conflit s’amplifie.

Majestueux, c’est bien le mot qui qualifie le mieux ces trois heures impeccables que dure « La canonnière du Yang-tse« . Pour ce film, Robert Wise s’arrête sur un conflit, une révolution et l’un des plus grands bouleversements de l’histoire du siècle dernier. C’est à travers les yeux d’un simple soldat qui sera tiraillé entre son devoir de soldat et sa conscience d’homme que le réalisateur nous entraîne dans ce conflit.

C’est sur la base d’un scénario solide, intelligent et surtout sans jugement aucun, que Robert Wise nous entraîne dans un film qui va être aussi bien un grand spectacle qu’intime. Parfaitement raconté, Robert Wise aborde des sujets difficiles tels que la politique de l’époque, les stratégies et les envies de son peuple, le début de la guerre civile, l’esprit de corps dans l’armée, le colonialisme ou encore la présence imposante et pas si justifiée que ça des Américains. Une présence qui fait penser à la guerre du Viêtnam. D’ailleurs, le film a été réalisé pendant que le pays était en guerre, ce qui a créé un scandale au moment de sa sortie, car le ton du film est clairement opposé à ces présences. Robert Wise traite donc tous ces sujets avec simplicité, lisibilité, classe et c’est avec plaisir qu’en plus d’un bon film d’aventure, on regarde aussi un film très instructif, qui nous en apprendra beaucoup sur l’époque dans laquelle il évolue.

Même si le scénario est très bon, il aura aussi ses petites faiblesses et la principale, sans qu’elle soit ennuyante, c’est que le film s’embarque dans une intrigue amoureuse avec le personnage joué par Steve McQueen qui n’était pas forcément nécessaire. Alors que celle que va vivre le personnage joué par Sir Richard Attenborough est très touchante, celle de McQueen, même si elle est jolie, bien filmée et jouée par ses acteurs, ne fait pas forcément avancer l’intrigue et finalement, on se demande si elle n’est pas posée là comme un prétexte pour étoffer le récit, alors même que le film n’en a pas besoin, puisqu’il est déjà très riche en péripéties, aventures et autres détails dans son fond. Après, ça reste joli, pas désagréable, c’est simplement dispensable.

Robert Wise sait faire un film et « La canonnière du Yang-tse » en est encore une magnifique preuve, car son film est de toute beauté. Parfaitement reconstitués, les décors, les costumes et les autres détails sont incroyables. Le réalisateur nous plonge en plein cœur de cette époque et n’oublie rien. Magnifiquement mises en images, ces trois heures que durent le film passent très vite. À aucun moment on ne s’ennuie, Robert Wise, ayant le sens du rythme, de l’aventure ou de la dramaturgie, oscille à la perfection entre des scènes tendues, intenses et démesurées et d’autres plus simples, plus touchantes, plus intimes où le réalisateur laisse ses acteurs nous toucher et même nous bouleverser avec ce final aussi grandiose que simple et palpitant.

Bien entendu « la canonnière du Yang-tse » est tenu par un Steve McQueen grandiose, excellent dans la peau de ce soldat tiraillé et perdu. Pour le soutenir, l’aider ou encore le juger, Robert Wise a réuni un sacré casting où l’on trouvera Richard Attenborough, Richard Crenna, Candice Bergen ou Mako.

13169963_1315755935104479_1015533790_o

« La canonnière du Yang-Tse » est donc un grand film majestueux. Avec ce film, Robert Wise a réalisé un film très plaisant à suivre, mais aussi particulièrement passionnant de par ce qu’il raconte, ce qu’il nous apprend et le parallèle qu’on peut y faire avec la guerre du Viêtnam. C’est aussi un film passionnant à écouter grâce à la sublime BO que le grand Jerry Goldsmith nous a concoctée.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.