septembre 28, 2020

Théo & Hugo dans le même Bateau

13181212_1312815715398501_96987061_n

De : Olivier Ducastel et Jacques Martineau

Avec Geoffrey Couët, François Nambot, Mario Fanfani, Bastien Gabriel

Année : 2016

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Dans un sex-club, les corps de Théo et de Hugo se rencontrent, se reconnaissent, se mêlent en une étreinte passionnée. Passé l’emportement du désir et l’exaltation de ce premier moment, les deux jeunes hommes, dégrisés, dans les rues vides du Paris nocturne, se confrontent à leur amour naissant.

Avis :

Ducastel et Martineau est un duo de réalisateurs français dont le cinéma séduit énormément. Arrivé sur nos écrans en Avril 1998 avec « Jeanne et le garçon formidable« , le duo s’est fait, discrètement mais assurément, sa petite place. Sans que leurs films soient révolutionnaires, ou même très populaires, le duo arrive tout même à proposer de nouveaux films régulièrement. Ainsi, courant 2000, on aura pu se délecter devant « Drôle de Félix« , « Crustacés et Coquillages » ou « Né en 68« . Leur dernier film, « L’arbre et la forêt« , datait de 2010.

Il aura donc fallu patienter six ans avant de ravoir des nouvelles du duo. L’homosexualité est un sujet qui leur tient à cœur et c’est de manière très régulière que le cinéma de Ducastel et Martineau est souvent peuplé de personnages gays. Mais si « Ma vraie vie à Rouen » et « Crustacés et Coquillages » abordaient la découverte de ce sentiment, que « L’arbre et la forêt » voyait « Guy Marchand » cacher ce sentiment, les deux réalisateurs n’avaient jamais fait un vrai film d’amour. Avec « Théo et Hugo dans le même bateau« , ce sera chose faite. Et ce film sera le plus osé du duo notamment grâce, ou à cause, de son ouverture fascinante, hypnotique et très très chaude !

13148188_1312815842065155_1452686305_o

Paris, un peu plus de trois heures du matin, Théo est à l’Impact, une backroom près de Chatêlet. Là, au milieu des corps qui s’embrassent, Théo n’a d’yeux que pour Hugo. Quand il ose enfin l’approcher, entre les deux garçons, il se passe quelque chose. Ensemble, à ce moment, ils ne baisent pas, ils font l’amour, ils créent de l’amour. Mais ce moment magique va très vite laisser place à la réalité une fois sortie du sex club.

« Théo et Hugo dans le même bateau« , on ne va pas se mentir, c’est tout d’abord une scène d’ouverte exceptionnelle de par son ambiance chaude, terriblement érotique, sans tomber dans la perversité. Un résultat qui est assez bluffant, vu l’endroit où se déroule cette scène, au milieu de cette immense orgie. Les deux réalisateurs ont su trouver le ton juste, presque pudique (tout en montrant presque tout) pour que cette scène soit d’une poésie fascinante, qu’elle soit intense, vraie, tendre, charnelle et passionnée. L’esthétisme est surprenant et chaud. Bercé dans une lumière tantôt bleue, tantôt rouge, accompagnée par une bande originale électro, on se laisse librement entraîner dans cet endroit si particulier.

Mais voilà, une fois sorti de cet endroit et cette ambiance incroyable, « Théo et Hugo dans le même bateau » va être un film qui a tendance à tanguer entre les vrais moments de grâce et d’autres plus embêtant.

Pour leur nouveau film, Duscatel et Martineau nous racontent donc un coup de foudre et une possible relation qui va être très vite mise à l’épreuve. « Théo et Hugo … » est un film qui est très intéressant à plus d’un titre. Premièrement, parce qu’il nous raconte le début d’une belle relation autrement, ce qui change et ça fait du bien. Ensuite, il aborde de vrais thèmes dont on ne parle plus tant que ça ces dernières années, comme le Sida, sa propagation, les rapports sexuels, la protection, l’information et la confiance, des sujets que le duo aborde de manière frontale, parfois de manière crue, mais tout en gardant en permanence une part de pudeur. On sent que derrière tout ça, il y a quelque chose de sincère venant de la part des deux réalisateurs. Mais voilà, ce qui est un joli point est aussi l’un des principaux défauts de leur film. Car si « Théo et Hugo … » délivre un bon message de prévention (on en fait jamais trop d’ailleurs), il manque cruellement de subtilité et bien souvent, à force d’appuyer telle ou telle chose, il finit par ressembler à une grande pub pour Sida info service. Certes, le message passe et l’on apprendra même certaines choses (par exemple, le traitement choc après une prise de risque), mais on aurait apprécié que cela fasse moins tract publicitaire, car même si l’on est emporté par les deux personnages, par leurs charmes, leur passion naissante et fauchée, on ne peut s’empêcher de sortir du film à certains moments.

Et c’est vraiment dommage, car le reste du film est bon. Le charme entre les deux acteurs opère. Théo et Hugo sont beaux ensemble, même si parfois ils ont des réactions quelque peu étranges, ils arrivent sans aucun mal à nous faire croire à leur histoire, belle et triste, mais toujours pleine d’espoir. Les deux acteurs Geoffrey Couët et François Nambot, qui tiennent là leur premier grand rôle pour le cinéma, s’en sortent avec les honneurs pour des rôles qui ne sont pas forcément très évidents. Et même si parfois on les sent un peu fébriles, en retenu, leurs charmes opèrent et on leur pardonne, on se laisse transporter.

On se laisse transporter aussi pas les dialogues d’une justesse magnifique que Duscatel et Martineau ont écrits. Des dialogues touchants, tendres, parfois injustes, d’autres fois durs, un peu théâtraux aussi, et même si certains sont mal placés et manquent de subtilité (sida info service bonjour), on a envie d’effacer le tout, pour ne garder que la sincérité de ce couple qui finalement est touchant face la difficulté qu’il rencontre.

13182997_1312815735398499_265794205_n

« Théo et Hugo … » est donc un beau film dans son fond, intéressant, osé et doté de plans magnifiques dans les rues d’un Paris étrange, poétique et seul (un peu comme leur rencontre, où il n’y a plus qu’eux finalement au milieu de cette orgie …) . C’est un film qui a ses défauts, qui est lourd parfois, appuyant trop sur son message, mais en fin de compte, on ressort charmé par ce couple, ses acteurs, leurs histoires et leurs rencontres et c’est déjà très bien.

C’est un film qui est intéressant d’aller voir, et ça même si l’on n’est pas gay, car leur histoire est universelle, les deux réalisateurs ne sont pas tombés dans les clichés gays ou le clientélisme et c’est très bien.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.