Les Visiteurs en Amérique

12992264_1297795310233875_1509558885_n

Titre Original : Just Visiting

De : Jean-Marie Poiré

Avec Christian Clavier, Jean Reno, Christina Applegate, Matthew Ross

Année : 2001

Pays : France, Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

Durant la guerre de cent ans, le duc français Thibault de Malfète s’apprête à épouser Rosaline, la fille du roi de Grande-Bretagne. Cependant, Earl de Warrick a l’intention de s’opposer au mariage. Une sorcière lui a concocté une potion à offrir au duc Thibault.
Celui-ci, ne soupçonnant pas la traîtrise, l’ingurgite. Aussitôt victime d’hallucinations, il tue accidentellement sa bien-aimée. Un geste irréversible qui lui vaut la peine de mort. Le duc Thibault est toutefois sauvé par son fidèle serviteur, André le Pâté, et le magicien anglais. Celui-ci leur prépare un breuvage qui leur permettra de remonter le temps et ainsi de pouvoir empêcher la mort de Rosaline. Mais il oublie d’inclure dans la potion un élément crucial et les deux hommes se retrouvent plongés dans les couloirs du temps.
Les deux lascars aboutissent en l’an 2000 à Chicago, dans une chambre reconstruite dans un grand musée à l’occasion d’une exposition sur le Moyen-Âge. Cet événement culturel a été organisé par la conservatrice Julia Malfète qui n’est autre que la descendante de Rosaline et constitue la clé de leur retour chez eux.

Avis :

Si vous cherchez la filmographie de Jean-Marie Gaubert, vous risquez de ne pas trouver grand-chose, puisque ce remake américain est son seul film. Alors on pourrait croire qu’au vu de la qualité de ce remake, la carrière du réalisateur débutant fut tué dans l’œuf, ce qui justifierait qu’il n’a rien fait depuis. Mais non, l’idée est plus dure et perverse que ça, puisque derrière le nom de Jean-Marie Gaubert se cache en réalité Jean-Marie Poiré, le célèbre réalisateur français qui a fait entre autres les deux premiers « Visiteurs » et sa suite qui sortira dix-huit ans plus tard. « La légende » raconte que le résultat de ce remake est si mauvais que Poiré aurait tenu à changer de nom pour que le film ne figure pas dans sa filmographie.

Et à la vue du résultat parfaitement lamentable de ce remake, on peut aisément comprendre le réalisateur. Dans une vie de cinéphile, on en voit des films et si pour la plupart, on passe de bons moments, le cinéma est aussi fait de déceptions et de mauvais films. Mais ce remake américain de nos pauvres « Visiteurs » est l’une des plus grosses merdes qu’on ait pu voir. Un film si mauvais qu’on finit même par se demander si Jean-Marie Poiré, ses acteurs, ses techniciens et ses producteurs ne l’ont pas sabordé volontairement.  Oui, on est en droit de se poser la question tant on ne peut rien retenir de valable.

12992105_1297795396900533_1136096022_n

Durant la guerre de Cent Ans, le Duc français Thibault de Malfète se voit offrir la fille du roi d’Angleterre en épousailles. Mais Earl de Warrick ne le voit pas de cet œil, ayant jeté son dévolu sur la jeune femme. Pour débouter le Duc, il fait donc appel au pouvoir d’une sorcière. Cette dernière devra ensorceler le Duc et ainsi, pris d’hallucination, il devrait tuer le roi. Mais rien ne se passe comme prévu et le Duc finit par tuer sa future épouse. Jeté en prison, il fait appel à un grand enchanteur pour que celui-ci le renvoie dans le passé quelque temps avant que l’accident n’arrive. Mais l’enchanteur bafouille et à la place d’envoyer le Duc et son écuyer André le Pâté dans le passé, il les envoie dans le futur, à Chicago.

Alors qu’il vient de passer une décennie à faire les bons jours de la comédie française, Jean-Marie Poiré commence les années 2000 avec une blague de très mauvais goût. Au vu du succès des deux premiers films sur « Les visiteurs« , l’Amérique a voulu s’emparer du phénomène et lui offrir un remake digne de ce nom. Mais voilà, peu de remake arrive à égaler leurs origines et bien souvent, c’est l’inverse qui se produit et faire un remake des « Visiteurs » ne sentait déjà pas très bon. Pourquoi ? La question est posée, car le film n’en avait pas besoin et pour être franc, l’humour « Jacquouillet » qui se trouve dedans est difficilement adaptable.

Qu’importe, à Hollywood, ils ont John Hughues, qui viendra prêter main forte à Jean-Marie Poiré et Christian Clavier et l’on aura bien du mal à croire qu’ils étaient trois pour écrire un scénario pareil. Ces « Visiteurs en Amérique » est désastreux, il faut le subir pour le croire. L’intrigue déplacée et revisitée pour l’occasion ne tient pas debout. Elle est inintéressante et agaçante, tant on reconnaît « Les visiteurs » et surtout le charcutage qu’ils en ont fait. C’est ridicule, l’intrigue est bourrée de facilité, d’incohérence, d’invraisemblance avec une touche de fan service qui ne marche pas. Puis l’humour est lourdingue, les personnages se caricaturent eux-mêmes essayant en vain de reproduire ce que l’on avait aimé dans le premier. Filmer Clavier faire Jacquouille ne veut pas dire que le film et le personnage seront bons. Et cette règle s’applique aussi à Jean Reno qui est très loin d’être impliqué. On ne sait même pas comment Jean-Marie Poiré a réussi à rendre Reno, mais aussi Clavier, mauvais et finalement insupportables.

Les petites intrigues et autres détails que le réalisateur à rajouter dans son film sont tout aussi lamentables. Pourquoi avoir rajouté l’histoire d’adultère avec le mari véreux de Christina Applegate ? C’est lourd et cela n’apporte pas grand-chose et puis franchement, on s’en fout. Dame Ginette n’est plus une clocharde quelque peu vulgaire, mais une femme de ménage ultra canon et très désespérée. Imaginez un peu que Jacquouille se tape Tara Reid, la blonde d’ »American Pie« . Et pour être sincère, et aller dans la continuité de la médiocrité du film, on n’y croit pas un seul instant. C’est certainement le couple le plus mal assorti de l’histoire du cinéma. Et l’on n’abordera pas la question en ce qui concerne Malcolm McDowell qui joue l’enchanteur et qui se ridiculise à chaque instant.

Enfin, le tableau ne serait pas des plus chaotiques sans la magnifique réalisation que nous gratifie Jean-Marie Poiré. Ces « Visiteurs en Amérique » est effroyable à regarder. En plus d’être lourd, le film est d’une « fadesse » redoutable, ne dégageant aucune ambiance, aucun charme, aucune dynamique, aucun sens comique. Puis il a très mal vieilli, comme on est chez les Américains, il faut des effets spéciaux et ça fait mal aux yeux.

13016666_1297795590233847_208533811_o

Vous l’aurez donc compris, « Les visiteurs en Amérique » est l’une des plus belles merdes qu’on ait vues et on repose la question : avec un tel niveau de nullité, est-ce que ce film n’est pas volontairement sabordé par l’ensemble de son équipe ?

Note : 0,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net