octobre 24, 2020

After Hours

13023561_1300910933255646_1822952115_n

De : Martin Scorsese

Avec Griffin Dunne, Rosanna Arquette, Verna Bloom, Thomas Chong

Année : 1985

Pays : Etats-Unis

Genre : Comédie

Résumé :

La nuit infernale d’un jeune informaticien, employé de banque et grand admirateur d’Henry Miller, dans le quartier bohème de Soho, à New York…

Avis :

Pendant les seize premières années de sa carrière, Martin Scorsese a réalisé des films sérieux, des films durs, des drames profonds. Puis dans les années 80, il a commencé à lorgner sur la comédie avec « La valse des pantins« . Si dans le fond, le film reste un drame critique, il possède aussi de vrais moments de comédie. « La valse des pantins » est donc un petit terrain d’essai pour le réalisateur et l’essai est concluant.

Alors après ce film, Martin Scorsese se lance dans sa première et seule vraie comédie. Une comédie déjantée et totalement absurde qui tient avec un scénario mince, mais aux petits oignons. « After Hours » est un film qui dénote dans la filmographie de son réalisateur, mais c’est aussi un film devant lequel on passe un moment très sympa, même si au départ, on se demande bien où l’on va. Mais c’est aussi et surtout un film qui démontre l’incroyable talent de Martin Scorsese, car le réalisateur prouve qu’il peut tout filmer !

13016686_1300910986588974_654147700_o

Paul Hackett est un informaticien dont la vie est loin d’être passionnante. Un soir dans un café, alors qu’il lit un livre, il fait la rencontre de la belle et aguicheuse Marcy Franklin. La belle lui laisse son numéro de téléphone. Une fois rentré chez lui, Paul décide d’appeler Marcy. Cette dernière lui propose de passer la nuit chez elle. Paul pense donc passer une nuit torride qui changera de son train-train quotidien. Pour ce qui est de changer son train-train, Paul n’aura rien à en redire, mais cette nuit va être très loin de ce qu’il avait imaginé.

Une comédie signée Scorsese, on se demande bien ce que cela peut donner ? Curieux, on se lance donc dans cet objet, vierge de tout avis, puisque « After Hours » fait partie de ces films quasi-inconnus de la filmographie du maître. Et pourtant, après visionnage, on peut dire que « After Hours » gagne à être connu, car c’est un film très drôle. Un film qu’on peut qualifier de « con mais bon ».

Sur un scénario qui tient avec trois fois rien, puisqu’on va suivre un type qui va passer la pire nuit de sa vie en cherchant simplement à rentrer chez lui, Martin Scorsese offre de bons moments assez fendards. On se laisse immerger dans l’histoire et c’est vrai qu’au début de ce film, on peut se demander où le réalisateur veut nous emmener. On reste un peu en retrait, ne sachant trop comment prendre cet objet. Puis, petit à petit, on se laisse prendre au jeu, pour finalement vraiment s’éclater. Il faut dire que la nuit que va passer Paul va être très mouvementée et c’est avec beaucoup de talent que le réalisateur va faire monter la pression et ainsi rendre son personnage à la limite de la paranoïa. « After Hours » est un peu long à se lancer, mais une fois ce rendez-vous raté, une fois que le personnage de Paul s’échappe de l’appartement de Marcy, Martin Scorsese va offrir la définition même du type malchanceux qui va s’embourber dans un micmac dont on ne peut ressortir pas vraiment indemne. Situations absurdes et rocambolesques s’invitent et l’on s’amuse de la malchance et des mauvaises rencontres que fait ce pauvre Paul qui ne sera pas loin de la crise de nerfs et l’on peut le comprendre, parce que beaucoup auraient craqué bien avant.

Plus habitué aux drames, Martin Scorsese s’adapte très bien au rythme de la comédie et fait monter la tension crescendo. Jouant très bien des comiques de situation, « After Hours » finit par vraiment nous amuser par l’ampleur que va prendre cette nuit. Parfaitement maîtrisé dans l’écriture, chaque rencontre est pire que la précédente et l’on se demande jusqu’où Martin Scorsese va amener son personnage et comment il va finir cette nuit.

L’autre atout qui fait que le film finit pas si bien marcher, c’est grâce à son acteur principal Griffin Dunne, qui joue à merveille le type agacé, fatigué et paniqué, qui sent que la situation lui échappe et qu’il ne peut rien faire pour y échapper. L’acteur est drôle, mais il est aussi et surtout touchant, car on sent la pression qui monte en lui et finalement son acceptation est aussi triste qu’hilarante. « After Hours« , c’est aussi l’occasion de rencontrer une Rosanna Arquette excellente en aguicheuse névrosée, un John Heard en barman, un Will Patton flippant ou encore une remarquable Linda Fiorentino en artiste au penchant sado-maso. Bref, un petit casting plaisant, inhabituel et bien venu.

13022218_1300911049922301_371082401_n

« After Hours » est donc la bonne surprise dans la filmographie de Martin Scorsese. C’est un film qui fait du bien, devant lequel on se laisse prendre au jeu et l’on rigole bien. Martin Scorsese réussit très bien son passage à la comédie, et même si dans le fond « After Hours » reste un film « mineur » dans l’immense carrière de Scorsese, il mérite ampleur son coup d’œil, ne serait-ce que pour la montée folle de cette nuit qui devient de pire en pire pour son personnage principal.

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.