septembre 24, 2020

Les Visiteurs 2 – Les Couloirs du Temps

12992079_1297788000234606_2044271390_n

De : Jean-Marie Poiré

Avec Christian Clavier, Jean Reno, Muriel Robin, Marie-Anne Chazel

Année : 1998

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Un coup de théâtre interrompt les préparatifs du mariage de Godefroy de Montmirail et de Frénégonde de Pouille. On vient de dérober au duc, le père de Frénégonde, la dentelette de Sainte-Rolande, relique sacrée qui assure fécondité aux femmes de la famille de Pouille ainsi que tous ses bijoux. Ce sont Jacquouille et Ginette qui ont fait ce larcin et sont partis dans le présent. Il ne reste plus qu’une solution à Godefroy s’il veut réaliser son mariage et assurer sa descendance : repartir dans le présent, récupérer les bijoux, la dentelette et Jacquouille la fripouille.

Avis :

Les années 90 pour Jean-Marie Poiré c’est un peu son apogée en termes de succès puisque le réalisateur les enchaîne les uns derrière les autres. Après l’immense impact du premier chapitre des « Visiteurs« , le réalisateur a de nouveau fait tourner Christian Clavier, en compagnie de Gérard Depardieu pour « Les anges gardiens« . Et avant de partir sur autre chose, Poiré a fait le choix de donner une suite à ses « Visiteurs« .

Il aura fallu alors cinq ans au réalisateur pour redonner vie à ses personnages déjantés. Un retour attendu, mais qui sera en fin de compte loin d’être aussi bon que le premier. « Les visiteurs 2 » baptisé « Les couloirs du temps » aura ses bons côtés et déclenchera toujours des rires face à des scènes et des dialogues intéressants, mais il aura aussi ses défauts. Des défauts assez flagrants et agaçants qui auront tendance à gâcher le plaisir. Et si dans le fond, cette suite reste sympathique et plutôt de bonne facture, on aurait aimé que le réalisateur évite des facilités et prenne un peu plus son temps.

12966424_1297788056901267_92496427_n

Grâce à la descendance de l’enchanteur, Godefroy de Montmirail a réussi à rentrer dans son époque. Mais ce qu’il n’avait pas vu, c’est que son écuyer, Jacquouille, qui apprécie beaucoup le vingtième siècle, a échangé sa place et ainsi envoyé dans le passé son p’tit p’tit p’tit fillot Jacques-Henri Jacquart. Au vingtième siècle, Jacquouille a repris des bijoux qu’il avait larciné au Duc de Pouille sur son lit de mort. Godefroy ayant réussi à sauver le Duc, les bijoux que Jacquouille a cachés et par la suite récupérés, disparaissent mystérieusement du Duc. Le Duc accuse alors Godefroy et ses hommes et si le comte de Montmirail veut épouser sa bien-aimée et refermer les couloirs du temps, il lui faut donc renvoyer Jacquart dans son époque et retrouver sa fripouille et les bijoux au vingtième siècle.

Suite assez détestée, à raison et à tort, ce deuxième volet des aventures de Godefroy et Jacquouille est une comédie qui n’est pas si détestable que ça dans le fond. Elle nous fait même passer un moment drôle devant des gags qui fonctionnent bien, des situations toujours aussi absurdes et mémorables, puis des dialogues comme on les aime.

Il est vrai que les petites astuces du premier scénario sont loin. Jean-Marie Poiré nous livre ici une intrigue quasi-inexistante qui fait plus penser à un ensemble de scènes, comme des sketchs, qui sont pour la plupart bien trouvées et amusantes, mais qui manquent cruellement de fil rouge. Avec ce deuxième film, on a plus l’impression que Jean-Marie Poiré, ainsi que Christian Clavier, puisqu’il en a co-écrit le scénario, s’appuie plus sur la loufoquerie des personnages. Un peu comme s’ils savaient l’amour du public envers ces personnages et qu’ils avaient la conviction que leur film tiendrait sur ces personnages. Alors oui, dans un sens, c’est très plaisant de les retrouver, surtout que les deux comédiens sont toujours aussi excellents et nous amusent toujours autant, mais dans un autre sens, on reste déçu, car on en attendait et l’on en voulait plus.

À la rigueur, même si l’on reste déçu, on pourrait s’accommoder de ce manque. D’ailleurs, on s’en accommode, puisque dans le fond, on passe un moment sympa. Mais là où le film devient agaçant, c’est dans le traitement de certains personnages. Et par là, on pense principalement à Muriel Robin. Valérie Lemercier n’ayant pas voulu reprendre le rôle, il a donc fallu lui trouver une remplaçante et Poiré nous a sortis de son chapeau Muriel Robin. L’actrice est loin d’être mauvaise d’ordinaire, mais ici, à force de vouloir imiter le jeu et le personnage que Lemercier avait créé, elle en devient insupportable à presque chaque apparition. Et si on ajoute à cela que Poiré et Clavier lui ont réservé un personnage d’une débilité absolue qui ne comprend rien et s’entête dans une quête que seule elle peut comprendre. Comment fait-elle pour ne pas se rendre compte que Dame Ginette n’est pas une moyenâgeuse ? Encore, si le gag avait été nuancé, cela aurait pu passer, mais non, les deux scénaristes en rajoutent des caisses et ça devient lourd à la longue.

Heureusement que le réalisateur a su trouver de bonnes scènes, de bons dialogues et d’autres personnages pour nous faire un peu oublier ce protagoniste. Comme on le disait Clavier et Reno retrouvent avec panache leurs personnages. Mais ce sont certains personnages secondaires qui vont livrer un charme et contribuer à rendre le film plaisant. Ici, on ne peut que rigoler devant l’aventure temporelle de Christian Bujeau. Ou encore Claire Nadeau qui apparaît peu, mais pourtant, ce côté bourgeoise revancharde au cœur tendre fait qu’on l’apprécie. On pourra aussi compter sur une scène vraiment drôle avec Jacques François et Sylvie Joly. Ou encore sur Philippe Morier-Genoud qui incarne génialement le Frère Fonce, l’inquisiteur.

12991833_1297788100234596_1086421932_o

Bref, ce deuxième volet a des défauts évidents, mais aussi de belles qualités, et le tout se mélange et se partage entre amusement et agacement. C’est donc une suite qui aurait pu et aurait dû être mieux, mais qui est loin de la bouse souvent citée.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.