Mother

13020506_1298449480168458_692922117_n

De : Bong Joon-Ho

Avec Kim Hye-Ja, Won Bin, Ku Jin, Yoon Jae-Moon

Année: 2010

Pays: Corée du Sud

Genre: Drame, Thriller

Résumé :

Une veuve élève son fils unique Do-joon qui est sa seule raison d’être.
A 28 ans, il est loin d’être indépendant et sa naïveté le conduit à se comporter parfois bêtement et dangereusement ce qui rend sa mère anxieuse.
Un jour, une fille est retrouvée morte et Do-joon est accusé de ce meurtre.
Afin de sauver son fils, sa mère remue ciel et terre mais l’avocat incompétent qu’elle a choisi ne lui apporte guère d’aide. La police classe très vite l’affaire.
Comptant sur son seul instinct maternel, ne se fiant à personne, la mère part elle-même à la recherche du meurtrier, prête à tout pour prouver l’innocence de son fils…

Avis :

Avec l’arrivée des années 2000, le cinéma coréen voit émerger une foule de cinéastes tous plus doués les uns que les autres. Park Chan-Wook, Kim Jee-woon, Hong-jin Na ou Shim Sung-Bo, pour ne citer qu’eux, font partie des réalisateurs dont on surveille et l’on attend avec une certaine impatience le prochain film. Au milieu de ces réalisateurs, on trouve Bong Joon-ho dont les films s’avèrent, chacun à leur manière, de belles claques. « Memories of Murder« , « The Host » ou dernièrement le hollywoodien « Snowpiercer, Le Transperceneige » ont fait la richesse de sa filmographie.

Mais aujourd’hui, on va s’intéresser à « Mother« , un drame que le réalisateur a fait entre « The Host » et « Snowpiercer« . Drame intimiste, « Mother » est un film difficile qui nous plonge dans l’enquête d’une mère prête à tout pour prouver l’innocence de son enfant. Puissant et prenant, Bong Joon-ho renoue avec la gravité et le réalisme qui nous avait déjà laissé sur place avec le prodigieux « Memories of murder« .

13020368_1298449510168455_64837637_n

Une veuve élève son fils unique seule. Pour cette femme, Do-joon son fils est sa seule raison de vivre et de se battre. Mais à vingt-huit ans, son enfant est loin de pouvoir vivre seul, car il est déficient mentalement. Un matin, le corps d’une femme fille est retrouvé. Une mise en scène macabre, dans ce petit village où rien ne se passe, et très vite la police réunie des preuves contraignantes qui démontreraient que Do-joon est le coupable. Arrêté, jugé à la va-vite, Do-joon est condamné pour le meurtre, mais sa mère le sait, Do-joon est innocent. Son fils est incapable de violence. Comptant que sur son instinct maternel, cette mère va alors reprendre du début l’enquête de la police et essayer de prouver l’innocence de son fils. Une enquête dont elle risque fort bien de ne jamais ressortir indemne.

« Mother » est un thriller oppressant en plus d’une enquête passionnante. Avec ce film, Bong Joon-ho nous scotche littéralement à notre fauteuil grâce à un scénario des plus habiles, mais aussi pervers. Pervers, car c’est avec beaucoup de nuances que le réalisateur laisse transparaitre son final, un peu comme un fantôme. Très vite, une fois que l’enquête est lancée, le film sème des doutes en nous et l’on ose croire, voulant absolument trouver une autre issue. « Mother » est un film qui porte bien son titre, puisque le réalisateur nous met pratiquement au même niveau que cette mère. Ainsi, comme elle, on va refaire à notre manière l’enquête allant d’indice en témoignage et plus l’on se rapproche de la solution, plus on reste dans un déni, ce qui est génial et rend le final d’autant plus dur et émouvant. Bong Joon-ho réussit complétement son pari avec ce film, et il met nos repères à mal. Le film ne laissera personne indifférent, nous poussant à la réflexion. On est touché et bousculé par l’enquête elle-même, mais aussi les personnages auxquels on ne peut faire autrement que de s’attacher, par le courage et le désespoir de cette mère. « Mother » nous révolte aussi par l’indifférence et le travail bâclé de cette police obnubilée par le fait d’avoir trouvé le coupable idéal.

« Mother« , en plus d’avoir un scénario habile et astucieux, c’est aussi une mise en scène folle qui prend aux tripes à plusieurs reprises. C’est une ambiance prenante qui n’est pas sans rappeler le cinéma d’Hitchcock à plus d’une reprise. À l’image de son intrigue, Bong Joon-ho fait tout pour nous mettre mal à l’aise au fil de son histoire et plusieurs scènes sont très marquantes de par leur brutalité, leur façon impromptue de nous prendre littéralement en otage (La scène du meurtre, les scènes dans une vieille maison ou encore le final…) ou encore la façon perverse de nous remettre en question. Bref, c’est du grand art.

Puis « Mother« , c’est Kim Hye-Ja, actrice incroyable et véritable révélation qui fera passer un film basique par la case grand film, tant elle est bouleversante et imprégnée par le désespoir de son personnage. L’actrice est stupéfiante à tous les instants et nous communique tant d’émotions. Elle a cette capacité à nous faire comprendre (même si parfois, on ne l’accepte pas) la moindre de ses décisions et ainsi jouant avec la frontière entre les acceptations, les regrets, les remords et l’obligation, elle en sera encore plus touchante et juste. Kim Hye-Ja est l’âme de « Mother« , et même si le film est magnifiquement mis en scène, écrit avec une certaine perfection, sans elle à l’écran, il aurait certainement été très bon, mais peut-être pas aussi bouleversant.

13020407_1298449600168446_475598079_n

« Mother« , de par son ingéniosité, son histoire terrible, « complexe », bouleversante qui met tous nos repères en vrac, de par ses images et ses scènes saisissantes et puis de par son actrice, fait qu’il est un très grand moment de cinéma qui démontre bien que le cinéma coréen est l’un des plus pointus et passionnants de ces dernières années. Et franchement, avec ce genre de drame, de thriller et de film « policier », le cinéma coréen fait passer Hollywood pour des petits joueurs.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net