octobre 24, 2021

Batman – L’Enigme de Red Hood

batman-lenigme-de-red-hood-270x417

Auteurs : Judd Winick, Doug Mahnke, Shane Davis, Jeremy Haun

Editeur: Urban Comics

Genre: Super-Héros

Résumé :

Des années plus tôt, Batman subit sa plus terrible défaite lorsque le Joker tua le second Robin, Jason Todd, à coups de barre à mine. Le Chevalier Noir a néanmoins réussi à poursuivre sa mission, épaulé par son précédent acolyte, Dick Grayson. Mais ce souvenir douloureux est ravivé lorsqu’un nouveau justicier, aux moyens expéditifs, débarque à Gotham. Instaurant l’effroi dans les rangs de la pègre, il utilise de plus l’ancien alias du Joker : Red Hood.

Avis :

Batman est un personnage de comics favorisé par rapport à d’autres, dans le sens où son background, sa vie, lui permettent d’avoir une pléthore de scénaristes avec des idées plus ou moins intéressantes. Pouvant faire dans le polar noir ou le fantastique gothique, Batman fait partie de ses personnages de comics intemporels et qui transcendent le médium dans lequel ils ont été conçus. Et si le cinéma a produit de belles choses (la trilogie du Dark Knight de Christopher Nolan) comme de très vilaines (merci Joel Schumacher), l’homme chauve-souris continue de fasciner et d’envahir les rayons de comics. Mais Batman, ce n’est pas seulement Bruce Wayne, c’est aussi une famille qu’il s’est construite, avec Batgirl, Alfred, Batwoman ou bien évidemment les différents Robin. Et si certains ont bien tourné, trouvant une indépendance comme Nightwing, d’autres sont restés sur le carreau à l’image de Jason Todd, tué par le Joker à coup de pied-de-biche. Il n’en fallait pas plus pour les scénaristes pour créer une nouvelle histoire dense, sombre et logique.

Red-Hood

Batman – L’Enigme de Red Hood rentre dans ces séries relativement sombres qui mettent le Dark Knight face à une problématique qui le touche de très près. Au même titre qu’un Batman Silence, cet album est d’une grande noirceur et va mettre Batman face à un dilemme cornélien, ainsi qu’une réalité qu’il ne peut nier. En effet, on va vite se rendre compte que Jason Todd n’est pas tout à fait mort et qu’il ressuscite on ne sait comment. Sauf que le jeune homme va devenir Red Hood, un nouveau baron de la pègre qui n’hésite pas à tuer ses adversaires. Lorsque Batman est sur le coup, il va vite deviner l’identité de Red Hood et il va tomber dans un traquenard le mettant face à ses démons. Si le sujet du Batman face à des choix difficiles et des remises en question sur ses méthodes a déjà été vu et revu, L’Enigme de Red Hood a le bon goût de présenter sensiblement la même chose, mais avec une grande thématique bien différente : la vengeance.

Et de ce postulat, l’histoire va tirer deux psychologies en parallèle qui résulte d’une incompréhension mutuelle. D’un côté, on a Jason Todd qui découvre que le Joker est toujours en vie et que Batman, en plus de ne pas l’avoir vengé, s’est trouvé un nouvel acolyte, et de l’autre côté, on a un Batman incrédule et qui va tout faire pour arranger les choses. C’est à ce moment-là que les joutes verbales deviennent intéressantes et que l’histoire prend tout son sens, avec un personnage dichotomique en la personne de Red Hood. Sans être un véritable malfrat, faisant concurrence à Black Mask, ces méthodes expéditives montrent qu’il n’est pas rassurant et qu’il ne joue peut-être pas un double-jeu. Ce personnage sera donc attachant et détestable, rejoignant presque la mentalité d’un Spiderman, se sentant toujours obligé de sortir des vannes durant un combat. Batman, de son côté, demeure en retrait et est plus rationnel. Il cherche à savoir comment Jason Todd est de retour et ce qu’il a derrière la tête. Cette attitude va amener à une confrontation où la grande thématique du comics est abordée, la limite à ne pas franchir pour ne pas devenir comme les méchants. Si cela reste classique, ce one shot est rondement mené par une action non-stop et un dessin absolument sublime, malgré les changements de dessinateur entre les actes.

Car ce tome est divisé en trois actes. Les deux premiers se suivent et font un segment long et complet sur l’ascendance de Red Hood et sa confrontation avec Black Mask et Batman. Et c’est bien ces deux actes qui sont passionnants et vraiment bien écrits. Cependant, le troisième acte demeure en dessous, car il apparait comme un rajout pas forcément nécessaire sur la façon dont Jason Todd est devenu Red Hood avec l’aide de Talia Al’Ghul. Ce retour arrière, ce long flashback, casse le rythme et s’avère inutile, montrant l’entrainement de Jason Todd et surtout sa faculté à tuer les gens qui font du mal. Si cela appuie l’aspect divisé du personnage, voulant le faire le bien tout en tuant, ce troisième acte n’est pas vraiment nécessaire et est plus ennuyeux, la faute à un rythme moins bien dosé.

Red-Hood-Moto

Au final, Batman – L’Enigme de Red Hood est une belle réussite. Affichant deux actes d’une immense qualité se faisant affronter deux écorchés de la vie qui ne se comprennent pas, le comics se range facilement à côté de certains classiques comme Batman Silence ou Batman Eternal. Il est juste dommage que le dernier acte soit si long et si peu utile, ressemblant à une note d’intention sur les origines de Red Hood dont on peut se passer assez facilement.

Note : 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.