Les Bêtises

12919148_1291345664212173_192122770_n

De : Rose et Alice Philippon

Avec Jérémie Elkaïm, Sara Giraudeau, Jonathan Lambert, Anne Alvaro

Année : 2015

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

François, la trentaine, lunaire et maladroit, est un enfant adopté. Pour rencontrer sa mère biologique, il s’introduit dans une fête organisée chez elle, se faisant passer pour le serveur. Il se retrouve alors au service d’une famille dont il ignore tout, la sienne.

Avis :

Elles sont sœurs et avaient l’envie de réaliser des films ensembles. L’une est diplômée de la Fémis en scénario, l’autre de Louis Lumière dans le domaine de la photographie. Et après avoir baroudée chacune de leur côté, leurs routes se sont finalement retrouvées.

Et c’est de ces retrouvailles artistiques qu’est né « Les bêtises« , un petit film plein de charme et d’humour. Un petit film qui est resté à tort dans l’ombre, écrasé sous toutes les sorties de sa semaine. « La rage au ventre » de Fuqua, « Pixels » de Columbus, « Pitch Perfect 2 » de Elizabeth Banks ou encore « Nos futurs » de Rémi Bezançon, autant dire que la concurrence était rude et que le petit film des sœurs Philippon s’est vite retrouvé sur le banc des oubliés et c’est bien dommage, car sans révolutionner la comédie ou être marquant, « Les bêtises » reste un bon petit moment emporté pour un duo de comédiens plein d’humour et un joli fond dans son histoire.

12922146_1291345710878835_97116913_o

François a trente-cinq ans et a assez peu de chance dans la vie. Jouissant d’une maladresse digne d’un des plus beaux Pierre Richard, François enchaîne toutes les malchances possibles et imaginables. François est un enfant adopté qui est à la recherche de ses parents. Après avoir fait une demande auprès de la D.A.S pour pouvoir entrer en contact avec sa mère biologique, il se voit refuser cette demande par cette dernière. Jouant de sa maladresse, il arrive à trouver son adresse. D’un pas décidé, il se rend au domicile de cette femme, mais une fois arrivé sur place, sa mère refuse d’ouvrir la porte à un étranger. François, apprenant qu’une fête est organisée, se fait alors passer pour un extra afin de pouvoir approcher et faire la connaissance de sa mère. Un plan bancal, qui le sera deux fois plus grâce à sa maladresse…

Le premier mot qui vient en tête pour qualifier ce petit film serait cocasse, car tout ici l’est. L’humour est subtil, fin, parfois loufoque, mais loin d’être lourd, comme dans beaucoup d’autres comédies françaises. « Les bêtises » fait le choix de la simplicité, n’en faisant pas trop, tout en allant parfois dans l’absurde (certains gags sont abusés et tellement bien trouvés en même temps), ce qui déclenchera des sourires amusés devant le côté Gaston Lagaffe de son héros, dont la première scène exposera à elle seul le personnage d’entrée de jeu. Dès qu’on fait sa connaissance, on ne peut s’empêcher de sourire face à son côté très gauche et l’on sent que l’on va passer un bon moment en sa compagnie. Un sentiment qui ne va que se confirmer tout au long du film qui trouvera un final aussi drôle que surprenant et intelligent, car très loin de ce que l’on pourrait imaginer.

Le scénario de ces « Bêtises » est plutôt astucieux, puisqu’il arrive à faire d’un drame une jolie comédie. Derrière les malchances du personnage principal, le film aborde l’adoption et l’envie de connaitre ses origines, la solitude, le mal-être et l’amour aussi. Il parle avec regret et pudeur de certaines décisions que la vie impose. Il est vrai que l’on peut reprocher au film de ne jamais vraiment creuser, ne faisant qu’effleurer parfois ces questions-là, et qu’on aurait aimé en avoir un peu plus. Mais le peu que le film effleure reste bien fondé et touchant, les deux réalisatrices voulant faire une comédie principalement légère, d’où le choix de ne pas trop entrer dans le drame, car au vu du sujet, le piège du drame déprimant n’est pas loin. Ici, les sœurs Philippon veulent divertir avec une histoire qui a un « joli » fond et elles y arrivent. On en ressort avec le sourire et du bonheur et cela même si, on le répète, le film est loin d’être marquant.

« Les bêtises« , c’est aussi un Jérémie Elkaïm divin dans le rôle de François. On ira même jusqu’à dire qu’il contribue énormément au charme et au dynamisme du film. Si le film des sœurs Philippon est si sympathique, il perdrait, on le pense, en qualité et en humour sans le comédien. Bien entendu, « Les bêtises » ne se résume pas seulement à Jérémie Elkaïm. Bon, Jonathan Lambert a tendance à être quelque peu agaçant, mais on sera plus touché par la pudeur d’Anne Alvaro et l’on sourira devant le dynamisme et le grain de folie de Sara Giraudeau qui est décidément la jolie révélation de ces derniers mois.

12946827_1291345767545496_1258277384_o

Même si ce n’est pas une grande comédie, même si le film risque d’être oublié (ce qui permettra de le redécouvrir), on ne peut s’empêcher de dire que « Les bêtises » est un bon, peut-être même très bon, premier film. Loufoque et en même temps dramatique dans son intrigue, les sœurs Philippon nous présentent un joli film qui fait du bien sur l’instant. Un premier film qui pousse aussi à la curiosité pour le prochain projet.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net