Sinbreed – Master Creator

HardForce-40

Avis :

Quand on évoque le Heavy Metal ou le Power Metal, on pense immédiatement aux pays nordiques et scandinaves. Il faut dire que les groupes de ce style se succèdent et ne se ressemblent pas, autant par une imagerie fantasque et fantasy que par une vitesse d’exécution frôlant parfois la saturation rythmique. Mais si la Finlande ou la Suède se partagent une majeure partie de ces groupes, l’Allemagne n’est pas en reste et propose aussi son lot de guitaristes au poignet fulgurant et de chanteurs à la voix puissantes. Bien évidemment, si parmi les plus connus on compte Accept, il ne faut pas oublier Blind Guardian, groupe à la renommée internationale et qui a même fait partie intégrante d’un jeu vidéo, Sacred 2 Fallen Angels. Mais bien souvent, les grands possèdent des membres qui aiment faire autre chose que de jouer dans une seule formation, soit pour faire un autre style de musique, soit pour faire plaisir à des potes. C’est un peu ce qu’il s’est passé avec Sinbreed, groupe de Power/Heavy fondé en 2000 par Flo Laurin et qui a recruté le batteur et le guitariste rythmique de Blind Guardian pour former ce qui ne devait être à la base qu’un groupe d’enregistrement. Seulement, après le succès des deux albums When Worlds Collide et Shadows, il était évident que le groupe allait revenir, et pas seulement dans les bacs, mais aussi sur scène.

Master Creator est donc le troisième effort du groupe qui est sorti en toute discrétion en début d’année. Le skeud débute pourtant de manière fort efficace avec Creation of Reality, une entrée en matière puissante et qui montre que le groupe veut faire oublier son précédent album auquel nous reprochions un manque évident de personnalité. Mix idéal antre Power et Heavy, le titre est nerveux, rapide et avec un refrain efficace en chœur pour lui donner plus de puissance. Si l’ensemble est relativement bien emballé, on pourra tout de même reprocher la ressemblance avec ses pairs qui fait que le groupe a bien du mal à avoir une propre identité. Certes, c’est propre, c’est techniquement irréprochable, mais il manque vraiment quelque chose pour que le groupe marque vraiment les esprits. On pourra aussi reprocher une certaine redondance dans les compositions qui suivent une structure basique de deux couplets/refrains, d’un solo puis d’un autre couplet/refrain pour terminer la chanson. Cela peut paraître du chipotage, mais l’absence de surprise fait que l’album reste bon, agréable, mais pas inoubliable, à l’instar des morceaux Across the Great Divides ou encore Master Creator, même si le titre est plus Heavy que le reste. D’ailleurs, la première partie du skeud a tendance à tourner un peu en rond, proposant toujours les mêmes rythmiques, au point que parfois on ne sait plus ce que l’on écoute.

56711640-sinbreed-to-release-new-album-in-february-2016-cover-art-and-tracklist-revealed-image

Fort heureusement, le groupe sait se reprendre et ouvre des compositions plus prenantes, plus vivantes ou alors plus douces. Moonlit Night en est un exemple parfait, partant sur les chapeaux de roue, mais sachant se calmer pour proposer un couplet très calme, laissant le temps au chanteur de poser sa voix et de montrer une facette moins criarde. D’ailleurs, c’est dans les moments plus calmes que le groupe trouve une véritable intensité, arpentant un chemin moins Heavy et plus Power, trouvant ainsi une identité propre et intéressante. On retrouvera cela avec Last Survivor, plus rythmé, plus scandé, avec un refrain entêtant et une musicalité se rapprochant du Thrash Metal dans les riffs plus agressifs. Enfin, on pourra noter que le groupe sait aussi offrir des ballades intéressantes avec At the Gate, un titre qui démarre avec un sublime piano et une composition aérienne, mais que l’on sait assez lugubre. Encore une fois, c’est dans ces choix que le groupe se révèle excellent et montre qu’il sait faire autre chose que de copier sur ses aînés. D’ailleurs, c’est grâce à ces titres que Sinbreed se sort d’une certaine lassitude, qui lui avait couté si cher lors du précédent album. On peut aussi parler de The Riddle, sorte de mélange de Motörhead et de Metallica pour finir en Heavy pur et dur.

Au final, Master Creator, le troisième et dernier album en date de Sinbreed, est un bon album qui allie de façon cohérente Heavy et Power Metal. Si on peut lui reprocher une certaine redondance et une facilité dans les compos, force est de constater que le groupe est revenu en meilleure forme que précédemment, et qu’il livre un album plus que correct, dont la technicité n’est plus à démontrer et auquel il manque juste un soupçon de prise de risque pour pleinement convaincre.

  1. Creation of Reality
  2. Across the Great Divides
  3. Behind a Mask
  4. Moonlit Night
  5. Master Creator
  6. Last Survivor
  7. At the Gate
  8. The Riddle
  9. The Voice
  10. On the Run

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net