octobre 27, 2020

Le Redoutable Homme des Neiges

12939583_1291226110890795_1842957123_n

Titre Original : The Abominable Snowman

De : Val Guest

Avec Forrest Tucker, Peter Cushing, Maureen Connell, Anthony Chinn

Année: 1957

Pays: Angleterre

Genre: Aventure, Horreur

Résumé :

Le Dr. Rollason se joint à l’expédition de Tom Friend pour traquer le mythique Yéti au cœur de l’Himalaya, en dépit des avertissements de son épouse et du mystérieux prêtre tibétain qui dirige le monastère de cette région majestueuse, hostile et sauvage. À l’issue de cette quête redoutable, Rollason prendra conscience d’une révélation fantastique.

Avis :

Val Guest est un réalisateur britannique qui connut une célébrité dans les années 50, notamment grâce aux films qu’il a réalisé pour la Hammer. Sa carrière s’étale sur plus d’une quarantaine d’années durant lesquelles le réalisateur a livré plus d’une cinquantaine de films, travaillant aussi bien pour le grand que le petit écran. Parmi ses œuvres les plus marquantes on notera « Le Monstre » et « La Marque« , mais aussi sa co-réalisation avec Kenneth Hughes, John Huston, Joseph McGrath et Robert Parrish sur le célèbre « Casino Royale » de 1967.

Mais aujourd’hui, on va aborder le cas du « redoutable homme des neiges« , un film qui est moins connu que ces derniers, mais qui pourtant vaut son coup d’œil et encore un peu plus si vous avez envie de voir Peter Cushing avant qu’il n’entre dans la peau du mythique « Doctor Who« . « Le redoutable homme des neiges« , à l’entente de ce titre, on se dit qu’on risque fort bien de partir à l’aventure et c’est bien ce que l’on va trouver, même s’il est clair que le film reste un peu longuet. Heureusement, en plus d’un scénario pas mal du tout, le film dégage surtout le charme qu’on aime tant de ces vieux films.

12421795_1291226387557434_1851566570_n

Perdu dans les montagnes tibétaines, le Dr. Rollason et sa femme Helen sont à la recherche de celui qu’on surnomme le Yéti. Abominable monstre des neiges, il pourrait être le chainon manquant. Une expédition américaine, menée par Tom Friend, s’apprête donc à gravir l’Himalaya pour débusquer cet homme des neiges. Malgré le but commercial de cette équipe américaine, le Dr. Rollason se joint à l’expédition, espérant pouvoir étudier le monstre. Mais une fois au cœur des montagnes, l’expédition ne se passe pas comme prévu et les accidents étranges se multiplient.

Créature légendaire qui fascine les chercheurs et autres aventuriers, le Yéti est un monstre connu de tous. Mais alors qu’il est entré dans la culture populaire, quand y regarde de plus près, malgré sa légende, on se rend compte que très peu de films traitent de son existence. On aura bien un film de Paul Ziller sorti en 2008, ou encore le célèbre « Bigfoot » qui est son penchant américain.

Alors avec cette absence de présence sur les écrans, trouver un film qui décide de partir sur ces traces est une petite curiosité qu’on ne peut s’empêcher de regarder. On se lance dans ce film des années 50 avec beaucoup de gourmandise, et c’est un film plaisant certes, mais quelque peu inégal que l’on va trouver ici. Si le scénario reste intéressant dans son idée, il faut dire que la première heure du film sera quelque peu ennuyante. Val Guest s’attarde un peu trop sur le début de l’expédition et la rencontre entre les « deux équipes ». Si le film garde en permanence le charme de ces années, un charme qui ne peut s’empêcher de nous séduire à chaque plan, au bout d’un moment, on aimerait bien que le film se lance enfin et qu’on parte à l’aventure, perdu au cœur de l’Himalaya. On va donc attendre, partagé entre intéressement et ennui, jusqu’à ce qu’enfin l’expédition prenne la route.

Et c’est à partir de ce moment-là que le film devient vraiment prenant. Sur les traces de cette étrange créature, le réalisateur, peut-être par manque de moyens, va faire le choix de nous montrer que tardivement son monstre. Pour cela, il va donc éveiller et jouer avec notre imagination, sur les peurs et les doutes que le Yéti peut évoquer chez ces personnages. Si le film est un peu longuet en son début, si l’écriture était peut-être mal mise en forme, une fois arrivé à cette partie de l’histoire, Val Guest nous réserve le film de monstre qu’on avait envie de voir et ça, sans jamais vraiment le montrer. Le scénario est habile et astucieux, l’intrigue est faite d’accidents, de recherches et d’étrangetés, « Le redoutable homme des neiges » se révèle petit à petit prenant, presque stressant, et même si le film a vieilli (c’est normal, il fête ses cinquante-neuf ans quand même), il fonctionne plutôt bien et nous tient jusqu’à ce final bien vu et bien venu.

« Le redoutable homme des neiges« , c’est un très joli noir et blanc qui tient à rendre les paysages et les décors assez angoissants. On sent l’immensité de la montagne, la solitude et la petitesse de l’homme face à la nature. Val Guest a su trouver le ton dans sa mise en scène, pour faire de son film une bonne série B. Puis le film, avec les années, gagne en charme, même dans les moments un peu plus ennuyants de la première partie.

Enfin, le film de Val Guest, c’est un Peter Cushing talentueux dans un rôle qui lui va très bien. L’acteur captive la caméra à chaque plan, et même si le film a des coups de mou, il reste intéressant ne serait-ce que pour le jeu de l’acteur, ou encore les dialogues et les scènes qu’il partage avec la jolie Maureen Connell.

12935203_1291226340890772_96713629_n

Bonne série B, malgré le fait que le film ait du mal à se lancer, Val Guest a su parler du légendaire monstre avec peu de moyens et c’est bien le fait d’attendre et de ne pas vraiment montrer sa créature, de nous laisser découvrir et surtout imaginer petit à petit, qui sera le plus passionnant de son film.

Note : 13,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.