décembre 2, 2020

Le Chasseur et la Reine des Glaces – Winter is not Coming

1015522_fr_le_chasseur_et_la_reine_des_glaces_1458810815957

Titre Original : The Huntsman : Winter’s War

De: Cédric Nicolas-Troyan

Avec Chris Hemsworth, Charlize Theron, Emily Blunt, Jessica Chastain

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé.
Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux.
Plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés. Des tréfonds dorés de la psyché, elle réussit à ressusciter Ravenna. Les deux sœurs vont alors retourner leur puissance maléfique, décuplée par la rage, sur le royaume enchanté.
Leur armée s’avèrera désormais invincible…à moins que… les deux proscrits qui avaient jadis trahi la règle d’or, subissant l’exil et la séparation, ne parviennent à se retrouver…

Avis:

C’est en 2012 qu’un certain film a créé un mini évènement à sa sortie, provoquant un vif succès en salles et un buzz médiatique sans précédent, ou presque. En effet, Blanche-Neige et le Chasseur de Rupert Sanders avait amassé pas moins de 400 millions de recette dans le monde en plus d’avoir son petit effet lorsque les médias ont dévoilé une hypothétique relation amoureuse entre le réalisateur et Kristen Stewart alors en couple avec Robert Pattinson. Et si le film n’était pas une franche réussite, il avait quand même le mérite de poser un conte pour enfant dans un univers fantasy majestueux et de proposer un film d’aventure honnête bien que peu novateur. Cependant, les producteurs n’allaient pas laisser tomber une vache à lait comme ça, et c’est en toute logique qu’une pseudo suite a vu le jour.

chasseur-reine-des-glaces-critique3

Alors que le projet devait échouer entre les mains de l’excellent Frank Darabont, un réalisateur avec une vraie patte artistique, c’est finalement Cédric Nicolas-Troyan qui se retrouve aux commandes, à cause d’une divergence d’avis entre le réalisateur de La Ligne Verte et Universal. Et c’est à ce moment-là que l’on peut se poser la question suivante: Pourquoi mettre un novice derrière un projet aussi ambitieux? Car Cédric Nicolas-Troyan est à la base un superviseur en effets spéciaux (Blanche-Neige et le Chasseur et Pirates des Caraïbes entre autres) et un réalisateur de seconde équipe sans grande expérience. Pour preuve, Le Chasseur et la Reine des Glaces est son premier long-métrage et on lui coltine quatre grandes stars. Difficile alors de tenir un film sur de si frêles épaules et ce sera sans surprise que cette vraie/fausse suite sera une déception, voire pire, un coup marketing mal foutu voué à un échec commercial.

Car il faut l’avouer, si visuellement le film demeure convaincant, tout du moins dans son univers exploité et dans sa mise en avant, le scénario n’est qu’un prétexte pour faire une suite qui s’intègrera dans les Chroniques de Blanche-Neige. L’histoire n’est clairement pas au centre des intérêts du film qui manque grandement d’enjeux dramatiques. On nous ressort l’histoire du miroir, on fait quelques références au premier film pour inclure un nouveau personnage (Jessica Chastain), puis on fait avancer les personnages dans une quête qui sera forcément une réussite. C’est là le gros point faible du film qui n’arrive jamais à faire monter une tension auprès du spectateur. Tout est cousu de fil blanc à cause d’une relation de cause à effet trop rapide et qui ne laisse jamais le doute sur la survie des personnages. Même dans leurs réelles intentions, on ne peut pas douter de leur droiture, la faute à des résolutions qui arrivent bien trop vite, histoire de mâcher le travail au jeune public. Du coup, c’est dans sa structure même que le film tourne à vide, ne donnant aucune réflexion, aucun point d’accroche et ne faisant de ce film qu’un simple divertissement bête et méchant.

D’autant plus que le film ne trouvera jamais un bon équilibre entre trois genres entrelacés. Film pour enfants dans son esthétisme et son déroulement linéaire, film pour adolescentes dans sa thématique sur l’amour et film pour adulte dans certaines séquences plus ou moins violentes ou sexuelles, Le Chasseur et la Reine des Glaces ne trouvera jamais le juste milieu pour sustenter tout le monde, préférant mélanger les trois styles pour ne finalement cibler plus personne. D’un côté le film sera trop violent et de l’autre il sera trop débile, avançant un thème d’une niaiserie insultante. En gros, l’amour vient à bout de tout et peut tout vaincre. Il faut donc aimer pour réussir dans sa vie. Dans un sens, cela n’est pas dérangeant et dans un monde égoïste et superficiel, prôner les cris du cœur est une bonne chose. Sauf que dans ce film, la surabondance d’amour et de références à la nécessité d’aimer ou être aimer devient insupportable. Durant les quasi deux heures que dure le métrage, on doit entendre pas moins de vingt fois les protagonistes répéter inlassablement qu’ils s’aiment et qu’il faut aimer pour réussir. C’est très lourd, difficilement digérable et on se retrouve avec une analyse toute faite de la situation, qui ne laisse aucun jugement au spectateur. C’est acté, c’est comme ça, point.

Et les acteurs, tout comme les effets spéciaux, ne font rien pour arranger la chose. Il y a un réel problème dans l’écriture des personnages et les réactions de ceux-ci. Il est interdit d’aimer dans le royaume de la reine des glaces, sauf que si l’on prête allégeance à un roi ou une reine, c’est qu’on l’aime un tant soit peu, sinon, on se barre vite fait ou on est capable de commettre un meurtre. Ici, tous les chasseurs qui sont aux ordres de la reine ne bronche pas et n’aiment personne, sauf que ce n’est pas possible et la fin prouve cette théorie, où la majorité tourne sa veste. Du coup, certaines scènes ne tiennent plus debout et on se retrouve devant un constat gênant, la base même du film est branlante. Et les personnages principaux sont tous nanti d’un vide abyssal. Chris Hemsworth joue les amoureux transi qui cabotine à mort à chaque fois qu’il se sort d’une situation délicate. Charlize Theron se croit encore dans la pub pour Dior. Emily Blunt tire la tronche tout le long du film parce qu’elle se pèle le cul. Jessica Chastain ne sait pas ce qu’elle fait là, transparent au possible alors que c’est l’une des actrices les plus talentueuses de sa génération. Il y a un réel problème de direction des acteurs et cela se ressent fortement. Enfin, difficile de passer outre les effets spéciaux d’une laideur absolue, abusant d’une numérisation vieillissante et rendant le tout très superficiel malgré quelques images plutôt jolies.

le-chasseur-et-la-reine-des-glaces-charlize-theron

Au final, Le Chasseur et le Reine des Glaces est un bel échec qui ne rend pas justice au premier film, déjà bien entamé. On se retrouve face à un film qui possède de nombreux soucis, notamment dans son écriture mais aussi et surtout dans son équilibre, ne trouvant jamais le bon ton pour toucher le spectateur. Il s’agit d’un spectacle fade, impersonnelle qui n’a clairement pour but que d’attirer les jeunes adolescentes devenues trop vieilles pour La Reine des Neige et encore trop jeunes découvrir des œuvres plus sulfureuses. Gavé jusqu’à la moelle de teen movies, le film de Cédric Nicolas-Troyan s’adresse à ce public qui ne demande aucun effort de compréhension pourvu qu’on lui explique tout et que rien ne soit compliqué.

Note: 05/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.