Le Manoir Maudit

Le_manoir_maudit

Titre Original : Metempsycose

De : Antonio Boccaci

Avec Annie Alberti, Adriano Micantoni, Mario Mariani

Année : 1963

Pays : Italie

Genre : Horreur

Résumé :

Alors qu’elle devait épouser le prince Raman dans son château, la comtesse Irène disparaît mystérieusement. Quelques années plus tard, alors que le château est victime de toutes les superstitions locales, le docteur Darnell et sa fille, Anna, viennent s’installer dans la région. Anna est en proie à de violents cauchemars dans lesquels elle imagine le meurtre de la comtesse. Son père pense que des visites régulières dans le lieu historique pourraient la guérir. Peu après, Raman revient au pays, et, devant cette étrange ressemblance, se rend compte qu’Anna pourrait être la réincarnation d’Irène.

Avis :

Parler d’un film qui date des années 60 est assez difficile de nos jours. C’est à peu près la même chose pour les films antécédents à cette décennie-là, et il est important de savoir recontextualiser un métrage, de le resituer dans son époque et d’essayer de deviner l’impact qu’a pu avoir le film sur son public. Cependant, découvrir un vieux film peut avoir des avantages conséquents et peut permettre de mieux connaître le cinéma contemporain, ainsi que de voir son évolution. Cela est d’autant plus vrai lorsque l’on aborde le cinéma d’horreur qui n’a jamais cessé de progresser et de tenter de faire peur avec des contextes culturels et sociaux en constante évolution. Dans les années 60, le film gothique connait un point d’orgue, notamment en Angleterre avec la Hammer mais aussi en Espagne et en Italie, où les films gothiques fascinent. Le Manoir Maudit fait partie de ces métrages qui tente de concurrencer la Hammer sans jamais lui faire de l’ombre, tant le métrage se fourvoie en son milieu et ne maîtrise à aucun moment ses ruptures de ton.

Tomb of Torture

Et pourtant, le film démarrait sur les chapeaux de roue, avec une première demi-heure tonitruante. Tous les codes du genre se retrouvent dans le film sans pour autant tomber dans un gothisme exacerbé. Sans trop de paroles, le film arrive à créer une ambiance délétère agréable et surtout angoissante, présentant deux personnages troubles et intéressants. C’est d’ailleurs le point fort du film, présentant un monstre hideux et avec une psychologie purement malsaine. Rigolant de façon incontrôlée dès qu’il découvre une proie, le fil démarre sur le meurtre de deux jeunes filles par une créature humanoïde au maquillage réussi et effrayant. Sorte de mixage entre la créature de Frankenstein et le Bossu, cette créature sera le point fort du film, mais qui reste trop peu exploitée pour arriver à faire du Manoir Maudit un film de monstre efficace.

Mais ce n’est pas dans ce sous-genre que le film compte aller. Préférant lorgner du côté du gothique avec des décors grandiloquents, le film se révèle efficace dans une partie qui ressemble à un train fantôme, où l’héroïne va faire un cauchemar interminable. Brumeuse, délétère, cette partie sera le meilleur moment du film, préférant une ambiance angoissante à un roman photo impersonnel. Car c’est malheureusement ce qu’il va se passer. Une fois l’intrigue établie autour de la jeune fille d’un docteur, le film va se contenter de faire parler ses personnages et d’enchainer les ruptures de ton incongrues, cassant une ambiance pourtant maîtrisée au départ. Voulant à tout prix mettre de l’humour dans son film, Antonio Boccaci se fourvoie complètement dans une partie intermédiaire loure et inutile. Ridicule tout d’abord et sans aucune sensualité par la suite, le film présente une amourette improbable et rapide entre deux personnages importants. C’est aussi la BO qui souffre de mauvais choix, renforçant un aspect comique dispensable et surtout, appuyant un propos qui n’a pas lieu d’être dans un film gothique.

D’autant plus que le script est assez obscur et le film n’arrive jamais à s’accrocher le spectateur après cette première demi-heure. N’essayant jamais de raccrocher l’amourette  une histoire lugubre et étrange, le film perd de son intensité effrayante, mais aussi de son ambiance brouillardeuse. Certaines réactions demeurent ubuesques et malgré un final intéressant et un poil psychologique, le film ne parvient jamais à fournir une réflexion intéressante autour d’un quelconque sujet. Et c’est bien là le défaut principal du film, c’est de ne jamais proposer d’enjeux dramatiques forts et intelligents. Il y a bien une histoire de descendance et de malédiction, mais encore une fois, tout cela reste très obscur et sent plus la note d’intention que le véritable fil rouge. C’est plutôt dommage car le film avait de bons côtés, dont une réalisation pas désagréable et un jeu d’acteur assez plaisant, évitant à chaque fois le surjeu.

tot_shot4l

Au final, Le Manoir Maudit est une petite déception et fait partie de ces films gothiques qui tiennent avec deux bouts de ficelle et qui n’arrivent cependant jamais à satisfaire son public, la faute à une histoire trop maigre et à un ventre mou en son milieu qui fleure bon le remplissage par une amourette aussi inutile qu’improbable. Un film très moyen en somme et qui ne bénéficie même pas d’une VO sur le DVD, ce qui est vraiment dommageable pour tout cinéphile.

Note : 08/20

http://www.dailymotion.com/video/x406qd7

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net