Killswitch Engage – Incarnate

killswitchengageincarnatecd

Avis :

Etre précurseur d’un genre impose une certaine règle, celle de rester fidèle à son image et de toujours aller de l’avant lors d’un nouvel album. De par son ancienneté, Killswitch Engage a des engagements à tenir auprès de ses fans, surtout après les différents changements de line-up et le départ du chanteur Howard Jones à cause d’un diabète l’empêchant de faire des tournées. Comme à chaque nouveau skeud, avant la sortie de cet album, une flopée de teasing et de morceaux sont apparus sur le net avec des clips classiques mais des morceaux très enragés qui auguraient le meilleur. Car Killswitch Engage, malgré les péripéties qui sont arrivées, a toujours trouvé un son particulier et mix symbiotique entre un chant clair/growl parfaitement équilibré et surtout des riffs agressifs qui collent parfaitement au chant, que ce soit Howard Jones derrière le micro ou Jesse Leach. Incarnate, septième album studio du groupe est-il dans la lignée de ce que produit le groupe depuis 2004, avec le succès fulgurant de The End of Heartache ? On peut aisément dire que oui, puisqu’il s’agit là d’un album puissant, violent, mais détenant toujours une pointe de mélancolie et un équilibre adéquat dans ce que l’on attend de ce genre d’album. Bref, il faut croire que Killswitch Engage ne faiblit pas un seul instant dans cet album complet, qui renoue présent et passé.

Le skeud débute avec Alone I Stand, un morceau parlant de religion, ou plutôt d’athéisme et de la volonté de rester tranquille sans croyance. Un morceau qui fait éminemment écho à l’ambiance générale dans le monde et qui s’inscrit aussi dans une pure démarche metalcore. Un growl maîtrisé et rapide pour un refrain en chant clair où la mélodie s’installe de façon plus apaisée. Il en résulte un titre assez long mais d’une efficacité redoutable. Et bizarrement, le mot efficacité est celui qui reviendra la plus souvent à l’écoute générale de cet album. Il faut dire que le groupe arrive à allier le metalcore qu’il faisait avant, lors des deux premiers albums et un métal plus doux, puisant parfois dans le death mélodique, pour fournir des pistes moins bourrines et possédant plus de ruptures et notamment de jolis solos. C’est ce qu’il se passe avec Hate by Design, un excellent qui puise plutôt du côté du death malgré la prédominance d’un chant plutôt clair et d’un refrain qui rentre immédiatement en tête. Mais ce n’est pas le seul titre puisque Cut me Loose rentre parfaitement dans cette catégorie, qui montre encore une fois que Killswitch Engage est en grande forme et avec de l’inspiration. Une inspiration que l’on retrouvera dans des titres comme Just Let Go ou We Carry On, préférant une mélodie de départ très douce avec un chant clair derrière des riffs surpuissants. On sent rapidement que le groupe a tout compris sur ce qui fait son succès et ne s’embête pas avec un enrobage inutile, faisant ce que les fans attendent, tout en y apportant quelques modifications.

Killswitch-Engage-2015

En effet, en plus de s’appuyer sur ce qui a fait le succès du groupe ces dernières années, la formation revient à ses premiers amours metalcore, notamment en fin d’album avec des titres ultra violent où le chant n’a quasiment plus de place. On peut entendre cela sur Triumph Through Tragedy ou encore Reignite, deux morceaux qui trouverait volontiers dans l’un des deux premiers albums du groupe. Cependant, on ne peut pas échapper aussi à Embrace the Journey… Upraised, un long titre de plus de cinq minutes, qui brasse quasiment tous les styles abordés par le groupe, démarrant comme un bon gros morceau de death pour partir vers du metalcore poussif avec une rapidité d’exécution effrayante. Et au milieu de tout ça, on retrouve quelques pièces un poil en dessous, car plus commerciales ou moins pertinentes au sein du skeud, comme Quiet Distress, parlant de violence conjugale ou sur les enfants ou encore Until the Day, titre relativement court, au refrain efficace, mais qui manque clairement d’idée. Tout comme It Falls on Me, un titre pas inintéressant, mais très classique, aussi bien dans ses mélodies que dans sa structure.

Au final, Incarnate, le septième et dernier album de Killswitch Engage, est un excellent opus pour tous les amateurs du groupe ou de métal tout simplement. Généreux (quinze titres pour la version de luxe), nerveux, bourré d’énergie et d’une technicité sans faille, avec des titres taillés pour la scène, autant dire que le groupe est en grande forme et livre une galette presque sans faille, équilibrée et qui devrait ravir les fans de la première heure comme les néophytes.

  1. Alone I Stand
  2. Hate by Design
  3. Cut me Loose
  4. Strenght of the Mind
  5. Just Let Go
  6. Embrace the Journey… Upraised
  7. Quiet Distress
  8. Until the Day
  9. It Falls on Me
  10. The Great Deceit
  11. We Carry On
  12. Ascension
  13. Reignite
  14. Triumph Through Tragedy
  15. Loyalty

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net