Batman V Superman – l’Aube de la Justice – Duel Mytho Logique

affiche-batman-v-superman-l-aube-de-la-justice-dawn-of-justice-2016-11

Titre Original : Batman V Superman – Dawn of Justice

De: Zack Snyder

Avec Ben Affleck, Henry Cavill, Jesse Eisenberg, Gal Gadot, Amy Adams, Jeremy Irons

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Super-Héros

Résumé :

Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…

Avis :

L’univers des comics étant très étendu, il était inévitable qu’à un moment ou un autre, les super-héros se rencontrent, se croisent, cohabitent et forment des coalitions. Justice League d’un côté, Avengers de l’autre, les regroupements de super-héros sont devenus une monnaie courante afin de combattre des menaces extraterrestres de plus en plus violentes. Et si Marvel a pris un train d’avance sur DC au niveau cinématographique, la licence de Batman et Superman commence à prendre du galon et annonce doucement la couleur avec notamment un seul film au compteur, Man of Steel. Bon film pour certains, navet pour les autres, le film de Zack Snyder présentant l’homme d’acier comme une figure christique continue de diviser et n’arrive pas à faire l’unanimité. Et pourtant, c’est encore à ce réalisateur que revient le bébé Batman V Superman – l’Aube de la Justice, un film qui s’inspire de World Finest des années 70 voyant une confrontation entre l’homme chauve-souris et l’homme au slip rouge. Et malheureusement, ce n’est pas avec ce film que Zack Snyder va convertir des néophytes, le film ayant de bons points, mais accumulant beaucoup trop de lourdeurs et d’errances scénaristiques pour pleinement convaincre.

272193

Ce qui saute aux yeux dès le départ, c’est que l’on est bien face à un film de Zack Snyder. Dès l’introduction sur la jeunesse de Batman et le meurtre de ses parents, on sent la patte du réalisateur, accumulant les séquences au ralenti et cette volonté féroce de faire du money shot à chaque plan. Cependant, ce qui marchait volontiers avec Watchmen dans une esthétique presque désespérée a plus de mal à être efficace ici. La faute à une reprise simple et méchante des origines du Dark Knight sans jamais apporter une dose d’originalité ou une volonté de rajouter quelque chose en plus. Alors certes, les plans iconiques se succèdent sans pour autant jamais proposer un message intéressant ou novateur. La mise en scène en elle-même est plutôt plaisante au départ même si elle reste relativement sobre, si l’on excepte un passage éthéré dans le désert avec un Batman lorgnant du côté de Blacksad. Mais le pire c’est que le film propose un final franchement dégueulasse, tout en effets spéciaux saturant l’espace et n’arrivant jamais à se sortir d’un carcan de surenchère qui fait penser à un dessin animé avec des gens qui se mettent sur la gueule. A la rigueur, il reste les scènes de combat plutôt esthétiques mais qui reste conventionnelle et bien loin des meilleurs standards du genre.

En fait, le principal problème de ce film, c’est qu’il passe après la trilogie de Christopher Nolan et que le Batman est totalement différent. Plus proche d’un comic book que de la réalité, ce Batman de Snyder est assez convaincant (Ben Affleck assure dans le rôle) mais en totale rupture avec la version de Bale. L’univers approché est aussi moins réaliste malgré les thèmes qu’il brasse. Se voulant plus grandiloquent, plus impressionnant, le film se perd complètement dans un scénario qui s’étire sans en avoir besoin. Basé sur la confrontation des deux plus grands héros de la boite DC, le film ne tient pas ses promesses et livre un combat qui ressemble à un gamin jouant avec ses GI Joe. Zack Snyder se lâche complètement et livre quelque chose de proprement improbable. Mais le pire dans tout ça, c’est que la confrontation n’a vraiment pas lieu d’être. Ne s’appuyant nullement sur les évènements précédents, cette baston tient juste de la note d’intention et la volonté de livrer un combat dantesque sans grand intérêt. Les raisons du combat, pour Batman, ne tiennent pas debout et offre l’un des moments les plus gênants du septième art. D’ailleurs, les enjeux dramatiques sont bien minces et même Lex Luthor devient sous exploité.

Et c’est dommage car Zack Snyder n’oublie pas une certaine portée métaphorique dans son film. Assumant pleinement son statut de nouvelle mythologie, il présente Superman comme une entité divine que tout le monde s’accorde à adorer. Sauf qu’il n’est pas omniscient et on ressent bien cela dans plusieurs scènes, dont la reprise de son combat contre Zod et les dommages collatéraux ainsi que la scène du tribunal. Il est juste dommage que Henry Cavill soit si monolithique dans le rôle et réagit comme un sale gosse lorsqu’on lui renvoie la vérité à la tronche. Encore une fois, le réalisateur préfère s’appuyer son histoire d’amour avec Loïs Lane, plutôt que de vraiment arpenter le chemin de la rédemption et de la recherche de vérité. Quant à la paranoïa de Batman, elle demeure très effleuré, voulant se la jouer espion secret, sans jamais parvenir à montrer une certaine fièvre et une tension palpable entre les deux. Même Luthor ne parvient jamais à devenir le grand méchant, malgré une prestation agréable de Jesse Eisenberg, qui semble assez à l’aise dans le rôle.

Très clairement, on sent que Batman V Superman – l’Aube de la Justice est un film préparatoire pour la Justice League. Les clins d’œil sont nombreux, avec les apparitions de Flash, Aquaman et Cyborg et le premier visuel d’une Wonder Woman qui fonctionne sans jamais parvenir à transcender. Si la sublime Gal Gadot parvient à donner vie à ce personnage, elle manque d’ampleur et ne se livre que dans le dernier quart d’heure, le pire visuellement. Mais en l’état, le film demeure juste introduction à un univers plus étendu et plus de 2h30 pour faire cela, c’est vraiment long et inutile.

Batman_v_Superman_Dawn_of_Justice_103197

Au final, Batman V Superman – l’Aube de la Justice est une œuvre décevante sur bien des points. Blockbuster démesuré et très attendu, le film ne tient aucune de ses promesses, la faute à un scénario indigent et à une relation trop superflue entre les deux super-héros. Certaines réactions frôlent la stupidité comme la fin du combat entre Batman et Superman et les enjeux dramatiques demeurent trop minces pour vraiment convaincre un spectateur un peu plus exigeant. Il ne suffit pas d’aligner un combat final en CGI et une paire de super-héros pour sustenter les fans, qui ont déjà eu droit à d’excellents films avec ceux de Nolan. Zack Snyder se perd donc dans un projet trop gros, trop lourd pour ses frêles épaules, qui contient de bons moments, mais qui n’arrive jamais à surmonter son statut de blockbuster crétin, préparant un univers étendu attendu. Bref, une déception à l’égard des attentes et de la trilogie de Nolan.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net