février 25, 2021

Seul Contre Tous – Biopic Peu Traumatique

movies-225176-2

Titre Original : Concussion

De : Peter Landesman

Avec Will Smith, Alec Baldwin, Albert Brooks, Gugu Mbatha-Raw

Année: 2016

Pays: Etats-Unis, Angleterre, Australie

Genre: Biopic

Résumé:

Le Dr Bennet Omalu, un neuropathologiste de médecine légale, a mené un combat digne de David contre Goliath : il fut le premier à découvrir l’encéphalopathie traumatique chronique, une affection cérébrale liée à la pratique du sport chez les joueurs professionnels, et s’est démené pour révéler son existence contre ceux que cela gênait. La croisade d’Omalu l’opposa dangereusement à l’une des institutions les plus puissantes du monde…

Avis:

Le biopic est devenu depuis quelques temps un genre à part entière dans le cinéma contemporain. Il faut dire qu’avec la démocratisation de la télé réalité, les gens sont de plus en plus intrusifs dans la vie d’autrui et adorent se délecter des faits divers et autres histoires vraies rocambolesques. Et Hollywood de sauter sur ce genre de sujets, s’assurant ainsi des entrées massives dans les salles de cinéma. Du coup, que ce soit des comédiens, des politiques, des affaires policières ou encore la vie d’humoristes, le biopic fleurit pousse comme le champignon dans un sous-bois humide. Et certains réalisateurs se sont faits une spécialité du biopic, s’octroyant ainsi la facilité d’un scénario déjà tout fait et qui n’a plus qu’à être adapté.

concussion

Peter Landesman semble très inspiré par les histoires vraies, puisque son premier film, Parkland, est centré sur le meurtre de JFK, son prochain film, Felt, parle du Watergate et enfin Seul Contre Tous narre le combat du docteur Bennet Omalu contre la NFL autour d’une maladie chronique à cause de la violence du football américain. Si bien souvent les biopics se concentrent sur des faits passés, il est plus délicat de s’attaquer à quelque chose de contemporain où les principaux protagonistes sont toujours en vie. La raison est toute simple, c’est que les producteurs et réalisateurs ne veulent pas noircir un portrait et s’attirer les foudres d’une possible censure. C’est exactement le cas de Seul Contre Tous qui reste un film un peu trop gentillet avec son personnage principal et qui ne rentre pas vraiment dans le lard de la NFL, grande institution américaine qui ne sortira pas salie de ce film.

En fait, le principal défaut de ce film, outre son rythme lénifiant et sa longueur inutile, c’est qu’il ne prend aucun risque et qu’il ne veut froisser personne. Sorte de récit hagiographique du docteur Bennet Omalu, le film se décompose en deux parties distinctes, la découverte de la maladie et le combat juridique contre la NFL. Suivant un schéma narratif et temporel linéaire, le film se contente de narrer les faits sans pour autant essayer d’apporter de l’eau au moulin et une réflexion sur la domination d’une institution sportive dans le milieu médical. Si certaines jouxtes verbales demeurent intéressantes et démontrent les intérêts de chacun dans un combat de David contre Goliath, le film perd de son intérêt et de son intensité dans cette volonté accrue de ne jamais noircir un partie. Et pourtant, il aurait été facile de montrer le côté égoïste et pieux de la vie du docteur Bennet Omalu, ou encore la pression infernale qu’impose la NFL avec des menaces et certaines agressions. A la place de cela, le réalisateur se contente de poser deux scènes à la truelle et d’annoncer un déménagement pour être plus tranquille.

Se reposant uniquement sur la prestation de Will Smith, Seul Contre Tous gagne son intérêt dans la recherche médicale et dans l’abnégation du héros pour sauver des vies, malgré l’adversité. Dans certains moments, le réalisateur trouve un éclairage adéquat, un plan plus ou moins iconique pour appuyer un propos important. Peter Landesman trouve aussi le bon angle pour parler de la déchéance des joueurs de football américain perdant la boule. N’hésitant pas à montrer des personnages à la dérive et complètement délaissé par un système qui n’en a clairement plus rien à foutre d’eux, c’est dans ces moments que le cinéaste trouve un vrai ton et n’hésite pas à aller au bout des choses. D’ailleurs, si le film possède une seule polémique, c’est autour du joueur Dave Duerson, dont la famille réfute le portrait quasi raciste. Malheureusement, on ne peut que regretter que ce soit encore une fois des joueurs décédés qui en prennent pour leur grade et non pas une puissante institution qui continue à se faire entretuer de jeunes enfants dont l’espérance de vie ne dépassera pas les cinquante ans.

will-smith-concussion

Au final, Seul Contre Tous est un biopic un poil trop hagiographique pour pleinement convaincre. Se voulant condescendant pour tous les parties afin de ne vexer personne, le film se perd trop dans une linéarité lénifiante et dans une volonté exacerbée de toujours montrer le bon côté du docteur. Le film aurait gagné à être plus sulfureux sur un sujet important et qui aurait pu faire grand bruit au sein du sport national américain. Bref, un film lambda dont le traitement reste trop lisse.

Note: 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.