décembre 2, 2020

Un Après-Midi de Chien

12674468_1243135302366543_1173644494_n

Titre Original : Dog Day Afternoon

De : Sidney Lumet

Avec Al Pacino, John Cazale, James Broderick, Penelope Allen

Année: 1976

Pays: Etats-Unis

Genre: Policier, Thriller

Résumé :

Des gangsters débutants braquent une banque et se retrouvent cernés par la police et les médias. Ils prennent en otage les employés de la banque. Débute alors un cauchemar qui va durer des heures…

Avis :

Natif de Philadelphie, Sidney Lumet est un immense réalisateur dont la carrière s’étale sur plus d’une cinquantaine d’années. Il a fait tourner les plus grands, Henry Fonda, Marlon Brandon, Sophia Loren, Richard Burton, Philip Seymour Hoffman, Sharon Stone, Nick Nolte, et même Michael Jackson. Il leur a offert des rôles en or. C’est même lui qui a presque lancé Al Pacino avec « Serpico« . Bref, après plus d’une cinquantaine de films, Sidney Lumet aura mis un point final à sa carrière avec l’excellent « 7h58 ce samedi-là« . Il décèdera quatre années après son dernier film. Mais aujourd’hui, on va revenir sur « Un après-midi de Chien« , la deuxième collaboration entre Sidney Lumet et Al Pacino.

12421460_1243135382366535_128365543_n

« – Le hold-up devait durer dix minutes. Quatre heures plus tard, la banque était une véritable attraction de rue. Huit heures plus tard, elle fait la une du journal télévisé. Deux heures plus tard, c’était la fin de l’histoire. Une histoire vraie ». Comment mieux résumer le film de Sidney Lumet qu’avec cette accroche sur l’affiche ?

Dire d’ »Un après-midi de chien » que c’est un chef d’œuvre est une évidence tant le film de Sidney Lumet est renversant, surprenant et qu’il tient son spectateur dans une tension folle jusqu’à son générique de fin. Ce braquage pas comme les autres, c’est deux heures de hold-up passionnant qui ne vous lâche pas une seule seconde, et cela même une fois que le film est fini, tant on en ressort satisfait. Avec ce film, Sidney Lumet offre un film qui défie le temps et reste comme à sa sortie, c’est-à-dire incroyable à découvrir.

Le film n’a pas vieilli. L’intrigue, la mise en scène, les acteurs, tout tient redoutablement la route et franchement si le grain de l’image ne rappelait pas l’époque dans laquelle il a été conçu, on aurait très bien pu croire qu’il a été tourné il y a peu.

Inspiré de faits réels, Sidney Lumet va nous faire passer par toutes les émotions possibles avec son intrigue. Le scénario est passionnant, pointilleux et couillu, surtout pour l’époque. Quand le film aborde par exemple, les relations de Sonny, c’est inhabituel, Sidney Lumet sort des sentiers battus et ça donne une sacrée intensité, plus de complexité et de profondeur à son film. Et à bien des arguments, ce cinéma plus risqué, plus inattendu, est bien plus touchant que les films du même acabit que ce qu’on nous sert en ce moment. Un peu comme les spectateurs de la rue (sauf que nous, on a le privilège d’entrer dans la banque avec Al Pacino), on assiste au spectacle qui nous est donné et on va aimer ce petit braqueur. Au fur et à mesure que le film avance, on va rire, se trouver fasciné par le culot de son héros, on va l’encourager, puis l’on va être touché par la beauté de son geste et enfin, de manière assez dure, presque brutale, Sidney Lumet va savoir comment nous mettre la pression dans la dernière demi-heure de son film. On va rester accroché, inquiet, ne sachant trop comment ce héros va pouvoir trouver une autre issue que celle fatale que l’on devine et redoute.

L’autre spectacle du film, c’est la mise en scène passionnante de Sidney Lumet qui maitrise absolument tout. Le film ressemble un peu à la personnalité de Sonny, ce braqueur tendre et malchanceux. Tour à tour drôle ou tendu, on admire le spectacle et l’on se laisse entraîner là où le réalisateur a envie de nous emporter.

Al Pacino qui est l’acteur qui éclate avec « Le parrain » de Coppola et « L’épouvantail » de Jerry Schatzberg, trouve là l’un de ses meilleurs rôles. Un rôle inhabituel, surtout pour un acteur de premier plan. Un rôle d’une complexité absolue et l’acteur est sidérant dans ce film. Le personnage est tour à tour hilarant, tendre, touchant ou pathétique et Al Pacino joue parfaitement avec toutes les frontières pour composer un personnage unique, fascinant et même adorable. Bien entendu, il n’est pas seul dans la banque. Il est accompagné par le culte et regretté John Cazale qui joue son complice. Un complice qui ne dit presque pas un mot, mais qu’on sent bien plus dangereux que le personnage de Sonny et Cazale est parfait dans le rôle. En un regard, un geste, il fait passer tout ce qu’il y a besoin de savoir. On trouvera de l’autre côté de la rue, l’excellent Charles Durning dans le rôle d’un inspecteur négociateur. Puis on trouve aussi Lance Henriksen qui tient un petit rôle pour notre plus grand plaisir.

12713945_1243135435699863_1705979496_n

« Un après-midi de chien » est donc une claque magistralement donnée par un immense réalisateur. Si le film peut paraitre banal au premier abord, Sidney Lumet et Al Pacino l’emportent tous les deux jusqu’au chef-d’œuvre et l’on en ressort presque épuisé.

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.