Youth

12665746_1243644352315638_1843006432_n

Titre Original : La Giovinezza

De : Paolo Sorrentino

Avec Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz, Paul Dano

Année : 2015

Pays : Italie, France, Suisse, Angleterre

Genre : Drame, Comédie

Résumé :

Fred et Mick, deux vieux amis approchant les quatre-vingts ans, profitent de leurs vacances dans un bel hôtel au pied des Alpes. Fred, compositeur et chef d’orchestre désormais à la retraite, n’a aucune intention de revenir à la carrière musicale qu’il a abandonnée depuis longtemps, tandis que Mick, réalisateur, travaille toujours, s’empressant de terminer le scénario de son dernier film. Les deux amis savent que le temps leur est compté et décident de faire face à leur avenir ensemble. Mais contrairement à eux, personne ne semble se soucier du temps qui passe…

Avis :

Paolo Sorrentino est un réalisateur qui s’offre une courbe grimpante et qui s’envole vers des sommets. Deux ans après avoir raflé l’Oscar du meilleur film étranger pour son bijou qu’est « La grande Bellezza« , le cinéaste est de retour pour un septième long-métrage.

Cannes 2015, « Youth » est présenté sur la croisette et repart bredouille face à Jacques Audiard qui décroche sa Palme d’or. La sélection de cette année-là est belle et imposante et plusieurs films, tels que « Mia Madre » de Nanni Moretti, « Carol » de Todd Haynes, « Valley Of Love » de Guillaume Nicloux, « The Lobster » de Yorgos Lanthimos, « Sicario » de Denis Villeneuve ou encore « La loi du marché » de Stéphane Brizé, vont trouver le cœur du public. Et beau milieu de cette imposante qualité des films de Cannes, dont « Dheepan » est l’un des plus faibles et convenus, c’est avec retard que je découvre ma Palme d’or. Une Palme majestueuse. Une Palme de rires et de larmes pour ce qui est l’un des plus beaux films de l’année 2015. L’un des plus justes, des plus tendres, des plus durs et des plus touchants. Bref, une nouvelle merveille perdue dans les Alpes qui continue d’imposer Paolo Sorrentino en maître !

12666457_1243644425648964_1978359279_n

Fred est un célèbre compositeur qui a pris sa retraite. Mick est un réalisateur qui a connu d’immenses succès il y a plusieurs années, mais qui aujourd’hui cherche simplement à trouver la fin de son nouveau scénario aidé de quatre autres scénaristes. Fred et Mick se connaissent depuis des années et passent chaque année leurs vacances dans ce bel hôtel en Suisse au pied des Alpes. Les deux amis qui ont dépassé les quatre-vingts ans savent bien que leur vie est derrière eux et ils ont décidé de laisser couler et profiter de ces derniers instants précieux. Alors qu’ils se remémorent avec humour ou mélancolie certains moments de leur vie, autour d’eux, personne n’a l’air de se soucier du temps qui défile bien trop vite.

Avec « Youth« , Paolo Sorrentino caresse la simplicité pour en magnifier la beauté. Après la balade sublime en compagnie d’un Sean Penn en rockeur mélancolique, après les soirées tristes et endiablées de « La grande Bellezza » dans un Rome sublimé, le cinéaste italien nous embarque pour deux heures aux grands airs en compagnie de deux octogénaires que l’on va adorer.

Pour le meilleur, comme pour le pire, Paolo Sorrentino a décidé de filmer la simplicité de la vie et du temps qui passe. Sur un rythme lent, il nous présente le quotidien de plusieurs personnages et c’est avec beaucoup d’amour qu’il nous offre un petit bouleversement. « Youth » est la parfaite combinaison entre l’excellence d’un scénario qui emporte son spectateur de manière flamboyante et la démesure d’un réalisateur impressionnante de beauté. Ici écriture, personnages, décors, images ou musique, tout est magnifique et surtout mis au service de ses sujets, la vie, les temps, l’amour et la mélancolie du souvenir.

Le film est partagé entre l’humour, grâce à des dialogues incroyables de justesse qui tournent à la dérision les petits tracas de la vieillesse, et de belles remises en question sur la vie elle-même, mais aussi sur l’amour, la solitude, la fin de vie, l’espoir, les remords, comme les doutes et bien plus encore. Avec ce film, Paolo Sorrentino tient-là un scénario magnifique, l’un des plus beaux qu’il ait eu entre les mains et le bonhomme sait comment en tirer toute sa poésie, pour toucher le spectateur directement en son cœur. « Youth« , à bien des égards, à bien des sujets, est intemporel. Il pose les bonnes questions, elles parlent à tout le monde et en plus de ça, malgré son sujet sérieux, le réalisateur arrive à livrer une œuvre divertissante.

Paolo Sorrentino sait filmer et ce film en est encore une fois une preuve imposante. Si le scénario est un bijou qui sublime l’ordinaire, les images que le réalisateur nous a concoctées sont extraordinaires. Jamais les Alpes n’ont été aussi belles. Pour ce film, il démontre d’une maitrise absolue et chacune de ses scènes, chacun de ses plans, de ses cadres, de ses mouvements de caméra, est conçu pour sublimer l’ordinaire. Sublimer ce temps qui défile bien trop vite. Sa mise en scène démontre qu’il faut observer ce qui nous entoure, cette beauté simple de la vie devant laquelle on passe tous trop vite, alors pourquoi ne pas faire une pause et observer ? Et c’est ce que fait Maestro Sorrentino ici. Cet hôtel et son décor, mais aussi ses occupants, leurs émotions et leurs tracas sont autant d’exemples de cette beauté qui vaut à elle seule le coup d’être vue, observée, et pourquoi pas admirée.

Un peu comme si l’on était des voyeurs indiscrets, avec ce film on entre dans le quotidien de plusieurs personnages qu’on va aimer, qui vont nous faire rire, nous charmer et surtout nous toucher pour finir par être inoubliables. Et ces personnages seront divinement interprétés par un casting international qui pourrait rendre jaloux bon nombre des confrères de Sorrentino. Le réalisateur offre deux magnifiques rôles à deux légendes. Michael Caine sera un immense compositeur à la retraite et Harvey Keitel un réalisateur plein d’espoir. Si les deux acteurs tournent régulièrement et sont toujours bons, ça faisait bien longtemps qu’on ne les avait pas vus aussi incroyables. Pétillants et pleins de sagesse, ils sont un réel délice. Les occupants de l’hôtel sont divinement composés par la magnifique Rachel Weisz (en état de grâce), l’énigmatique Paul Dano qui saura vous faire sourire à plus d’une reprise, la grande Jane Fonda qui en imposera en une apparition inoubliable, Robert Seethaler qui a très peu de scènes, mais se révèle très touchant dans son regard et son hésitation, Madalina Ghenea dans le rôle presque onirique de Miss Univers et le réalisateur ira même jusqu’à se payer le luxe de donner un rôle assez important de Diego Maradona.

12674634_1243644395648967_104171707_n

« Youth » est donc une leçon de douceur, de délicatesse, d’optimisme, de bonne humeur, d’humour et de mélancolie. Huis-clos majestueux perdu dans les Alpes, Paolo Sorrentino nous offre un film extraordinaire, libre, vrai, juste et simple. Un film bouleversant dans lequel Sorrentino caresse la beauté.

Note : 20/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net