septembre 28, 2020

Chair de Poule – Le Film – Gangnam Stine

d8851de87b7b396c1bbf023d4f84c1a5

Titre Original : Goosebumps

De : Rob Letterman

Avec Jack Black, Dylan Minnette, Odeya Rush, Amy Ryan

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Zach Cooper vient d’emménager dans une petite ville, et il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie… jusqu’à ce qu’il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et se fasse un nouveau pote, Champ. Zach découvre rapidement que la famille d’Hannah est spéciale : l’énigmatique père de la jeune fille n’est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des bestsellers horrifiques Chair de poule. Plus bizarre encore, les monstres que l’écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien. Stine les garde prisonniers à l’intérieur de ses manuscrits. Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville…

Avis:

Se faire peur est un sentiment universel que tout un chacun aime ressentir de temps à autre. Qu’il nous rappelle notre existence nous prouvant que nous sommes bien vivants ou que cela soit un jeu pour faire monter notre adrénaline, le sentiment de peur, quel que soit l’âge, est légitime. De ce fait, il en faut pour tous les goûts mais aussi et surtout pour tous les âges. Et si Stephen King n’est pas forcément adapté pour les enfants et les jeunes pré-adolescents, R.L. Stine a su sauter sur le créneau. Créateur de la saga Chair de Poule en 1993, il va connaître un succès monstrueux dans le monde, avec plus de 350 millions d’exemplaires vendus, et va publier pas moins de soixante-quatorze livres dédiés à la jeunesse. Le succès a été tel qu’une série télévisée va voir le jour et faire les beaux jours des jeunes enfants.

544754.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Seulement, on peut se poser la question de la légitimité de la sortie d’un nouveau film aujourd’hui. En effet, les publications se sont arrêtées en 2001 et même si des rééditions sont trouvables et sortent régulièrement, la série n’a pas le même engouement que dans les années 90. Coup de pub pour de possibles nouveaux romans ou simple retard de planning, Chair de Poule – Le Film ne correspond même pas à une sortie en période d’Halloween. Alors pourquoi maintenant ? Le mystère reste entier, mais ce qui importe finalement, c’est la qualité intrinsèque du film, qui, s’il ne restera pas dans les annales du cinéma fantastique, demeure un agréable moment familial.

Et arriver à trouver un bon équilibre entre l’horreur et la comédie pour les enfants, c’est très difficile. Il faut dire que bien souvent, on se retrouve devant des films bas de plafond dont les fulgurances humoristiques sont en dessous de la ceinture à base de pets et autres coups dans les bijoux de famille. Ce qu’évite avec brio Chair de Poule. Si on aurait pu avoir peur au départ avec un side-kick qui en fait des tonnes et des personnages jeunes et un peu idiots, le film se rattrape rapidement en ne faisant aucune référence à quoi que ce soit de scatophile. Bien au contraire, il arrive à développer quelques relations intéressantes autour du personnage principal et de sa mère. Sans en faire des caisses, sans toujours chercher la blague de trop, le film trouve un bon équilibre pour que le spectateur sente de l’empathie envers le jeune héros. Qui par contre aura du mal à sortir du carcan beau gosse qui réussit tout et qui va avoir une love story à deux balles.

Parce qu’il ne faut pas croire qu’en trouvant un bon équilibre le film est bon. Il tombe rapidement dans les poncifs du genre notamment sur la psychologie des personnages principaux. Entre le héros beau gosse, la jolie jeune fille cachant un secret, le side-kick peureux et drôle ou encore l’écrivain acariâtre qui va devoir se révéler, le film ne sort jamais des limites qui lui sont imposées par le genre. Ainsi, s’il demeure très accessible pour les enfants, les adultes auront bien du mal à trouver un autre niveau de lecture. Le film est très binaire que ce soit dans son action, sa narration ou encore sa réalisation.

Rob Letterman, déjà responsable du film Le Voyage de Gulliver avec Jack Black, reste dans le domaine du divertissement familial sans jamais chercher à aller au-delà. C’est dommage car certaines idées sont fabuleuses à l’image de ce parc d’attraction abandonné en plein cœur de la forêt, mais il n’y a pas assez de passages iconiques ou réellement intéressants. Néanmoins, on voit rapidement les références du cinéaste dans Chair de Poule, et parfois, le film se révèle assez couillu. L’utilisation du pantin comme chef des monstres fait directement référence à Chucky, mais aussi Magic avec Anthony Hopkins ou encore Dead Silence de James Wan. On retrouve aussi un imaginaire fort adapté aux enfants, comme les nains de jardin tueurs en lieu et place de bestioles comme les araignées ou les sangsues. Mais si le postulat de base est respecté, le film ne dépasse jamais ce stade de film pour enfants, jusqu’au design même du pantin qui reste très soft malgré une couverture effrayante à l’époque. Et encore une fois, c’est dommage que le film n’arrive jamais à fournir un deuxième niveau de lecture plus mature.

Cependant, le film a tout de même le mérite de brasser des thèmes généraux plutôt plaisants et ne s’abaisse pas à fournir un simple divertissement pour les gosses sans message universel. Si l’histoire d’amour entre les deux jeunes n’est pas originale, il y a tout de même une réflexion sur le fait d’exister vraiment ou d’être un fantôme. On peut y déceler la volonté de vivre sa vie pleinement et de s’accepter malgré ses défauts ou ses différences. Ce thème est d’ailleurs repris en dehors de l’histoire d’amour avec l’écrivain, qui doit affronter ses écrits et accepter de sortir, de se mettre en danger, pour sauver une ville qui part à vau l’eau. Et c’est là le plus intéressant au sein même du script, dire aux enfants qu’il faut se dépasser, qu’il faut faire des efforts, aider les autres, pour se révéler et devenir plus fort. Certes, c’est un peu du déjà-vu et Pixar fait ça très bien au sein de ses dessins animés, mais Chair de Poule a le mérite d’essayer de fournir un intérêt à son intrigue très mince.

Goosebumps-Movie-Jack-Black-vs.-Slappy

Au final, Chair de Poule – Le Film n’est pas si désagréable que cela. Partant avec un certain a priori au regard du réalisateur et de l’histoire, le métrage se laisse regarder sans déplaisir grâce à un rythme soutenu et une histoire finalement plaisante, explorant différentes facettes du dépassement de soi. Sans être un film majeur, le dernier né de Rob Letterman se veut tout public et peut-être une bonne entrée en matière dans l’univers des créatures horrifiques. Car même si le film ne donne pas la chair de poule, il peut donner envie à certaines têtes blondes de lire les livres ou d’explorer un peu plus le cinéma horrifique, et c’est déjà pas mal.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.