Anthrax – For All Kings

anthraxforallkingsfinalart_638

Avis :

Créé à l’aube des années 80, Anthrax s’est rapidement fait un nom dans le milieu du métal et plus précisément dans le thrash métal. C’est d’ailleurs le premier groupe de ce genre à signer avec un label en 1985. Alors à l’apogée de son art au milieu des années 80, Anthrax est considéré comme l’un des quatre pères fondateurs du thrash aux côtés de groupes prestigieux comme Metallica, Slayer et Megadeth. Aujourd’hui, que reste-t-il du groupe fondé par Scott Ian ? Il reste dix albums, une vingtaine de singles et un EP avec le groupe de rap Public Enemy. C’est aussi plus de 15 millions d’albums vendus de par le monde. Autant dire qu’Anthrax fait partie des figures lourdes du thrash métal, de ces valeurs sûres, qui, malgré les changements de line-up, ont toujours su s’imposer sans se soucier du temps qui passe et des modes qui changent. For All Kings est le onzième album studio du groupe et il annonce un petit changement au sein de son line-up, celui du guitariste solo. De ce fait, cet album est un risque de la part du groupe qui va enclencher la vitesse supérieure pour présenter Rob Caggiano en tant que nouveau membre et l’homme va pouvoir nous montrer ce qu’il a dans le ventre.

Le skeud commence avec un long titre qui commence avec ce qui pourrait ressembler à un générique de série moyenâgeuse. Par la suite, You Gotta Believe part dans ce que le groupe fait de mieux, un thrash métal classique, classieux, à la fois agressif et mélodieux, mais qui se place parfaitement entre du Slayer et du Metallica. Le guitariste solo se livre à quelques folies en parfaite harmonie avec le groupe et on sent une vraie inspiration de la part du groupe. Néanmoins, tout n’est pas rose dans l’album, et cela se ressent dès le deuxième titre. Monster at the End est clairement un titre trop mainstream et qui n’arrive pas à se détacher d’un mid-tempo assez désagréable. Et malgré une technicité à toute épreuve et un solo parfaitement orchestré, le titre ne décolle jamais vraiment et ne marquera pas les esprits. C’est d’ailleurs très surprenant de voir qu’un groupe comme Anthrax, qui n’a plus rien à prouver, tombe dans une certaine facilité. On retrouve ce problème avec le morceau Breathing Lightning qui est très doux et ne correspond pas vraiment à l’image du groupe. Alors certes, les couplets sont assez puissants, bien que classiques, mais le refrain est catastrophique et d’une mollesse assez hallucinante. Alors le groupe a-t-il voulu faire quelque chose de différent, de plus grand public, de moins complexe, mais ces deux titres (Breathing Lightning et Monster at the End) sont vraiment décevants et n’entre pas vraiment dans le répertoire d’Anthrax.

image-2

Fort heureusement, ces deux morceaux seront les seules faiblesses de ce onzième effort qui va enchainer les titres puissants et techniques. Le plus à l’image de cela est Suzerain, qui démarre sur les chapeaux de roues avec une guitare rythmique d’une vitesse ahurissante et des couplets à couper le souffle. Le refrain rentre rapidement en tête et la structure même du morceau, relativement simple, redonne un grand espoir dans l’album, arrivant à combiner énergie, violence et efficacité. On retrouvera cette osmose avec Evil Twin, dont l’intro à la gratte est surpuissante et où Anthrax se lâche pour fournir un titre purement thrash et old school comme on en fait plus aujourd’hui. On retrouvera cet esprit avec Defend Avenge, mais le titre le plus fracassant, celui qui reste le plus agressif, c’est Zero Tolerance qui clôture l’album. Le morceau fait directement penser à du Slayer, notamment dans sa rythmique diabolique et dans le rythme du chant. Encore une fois, Anthrax prouve qu’il n’a pas usurpé son renom et livre un titre ultra puissant et très efficace. Enfin, sans être aussi percutantes que les pistes précitées, il y a deux morceaux majeurs dans le skeud, Blood Eagle Wings, qui est vraiment construit à la perfection et qui reste moins sauvage que d’habitude, et This Battle Choose Us qui est dans un registre plus violent. Ces deux titres sont relativement longs prouvent que le groupe en a encore sous le pied pour fournir des morceaux techniques et accessibles où les variations de tempo sont nombreuses et savamment mises en place.

Au final, For All Kings, le onzième album d’Anthrax, est une belle réussite autant sur le plan technique et que son accessibilité. Le groupe arrive parfaitement à trouver un équilibre pour satisfaire les fans comme les néophytes avec un album à la fois rentre-dedans et posé. Il est juste dommage que deux morceaux viennent entacher cette playlist qui prouve que les grands groupes de métal ne meurent jamais et se révèlent être les plus intelligentes pour ne pas succomber au fan service ou aux phénomènes de mode. Anthrax signe donc un bel onzième effort qui annonce un retour en force des groupes de thrash métal des années 80, avec le Dystopia de Megadeth.

  1. You Gotta Believe
  2. Monster at the End
  3. For All Kings
  4. Breathing Lightning
  5. Suzerain
  6. Evil Twin
  7. Blood Eagle Wings
  8. Defend Avenge
  9. All of Them Thieves
  10. This Battle Choose Us
  11. Zero Tolerance

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net