octobre 28, 2020

Gaz de France

12606978_1233424570004283_1828648030_n

De : Benoît Forgeard

Avec Philippe Katerine, Oliver Rabourdin, Alka Balbir, Antoine Gouy

Année : 2016

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Dans la France des années 2020, Michel Battement, l’éminence grise du chef de l’état, doit d’urgence remonter la cote de popularité du président Bird afin d’empêcher la chute imminente du régime. Au fin fond des sous-sols surchargés de l’Élysée, il organise une consultation secrète, en compagnie des meilleurs cerveaux du pays.

Avis :

Nouveau venu dans le paysage du cinéma français, Benoît Forgeard vient nous présenter son premier film avec « Gaz de France« . Mais si ce film qui met en scène Philippe Katerine en président de la République est le premier long métrage à proprement parler du réalisateur, on ne peut pas dire que Benoît Forgeard en soit à son coup d’essai, puisqu’en 2012, le réalisateur avait déjà infiltré nos salles pour « Réussir sa vie« , un long-métrage qui est divisé en trois courts-métrages. Et avec ça, le réalisateur détient à son actif pas moins de cinq courts.

Et à force de travail, il arrive en ce début d’année 2016 avec ce qui sera surement l’un des films les plus étranges de l’année. Benoît Forgeard bouscule nos repères avec « Gaz de France » et livre un film totalement absurde. Un ovni si atypique qu’on ne sait comment l’aborder. Coup de génie ou désastre total ? Les sensations se bousculent en nous, les deux s’entrechoquent, se mélangent, se confondent et finalement, qu’on accroche ou non à ce concept, on se rend compte que « Gaz de France » se prolonge bien loin après sa diffusion et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’aura pas fini de nous tirailler entre le génie et le désastre.

12606719_1233424640004276_39692270_n

2020, la France est gouvernée par Jean-Michel Gambiern dit Bird. Si la république a connu des présidents impopulaires, aucun d’eux n’a atteint l’impopularité de Bird. Plus qu’incompétent, le président n’arrive à rien gérer et ne propose rien. La révolte gronde et s’il ne remonte pas dans les sondages, la France pourrait bien voir arriver la fin de ce régime. Michel Battement, qui est le conseiller du président, doit alors trouver une annonce à faire pour que Bird soit de nouveau populaire. Alors, en secret, dans les sous-sols de l’Élysée, il convoque les meilleurs cerveaux du pays pour essayer de trouver l’idée qui ferait reprendre des points à Bird. Une mission laborieuse, surtout que le conseiller et ses cerveaux n’ont que quelques heures devant eux, puisqu’en début de soirée, le président s’adressera à la nation.

Pour son premier film, Benoît Forgeard a décidé de s’attaquer à un sujet on ne peut plus d’actualité, la cote de popularité d’un président de la République. Politique, décision importante et prise de risque sont alors au menu de son film. C’est donc un sujet on ne peut plus sérieux dans lequel le réalisateur se lance. Mais à la place de le traiter de manière sobre et approfondie, le cinéaste va le traiter de manière totalement loufoque, pour faire ressortir une satire absurde et « manipulante » de l’incompétence d’un gouvernement. Le scénario est sévère et le portrait que va dresser le réalisateur ne fera aucune concession. Filmé de façon théâtrale, on s’engage dans un huis-clos où chaque dialogue aura son importance et derrière son allure de comédie où le seul mot d’ordre qui a l’air de régner en maître est le n’importe quoi, on se rend compte que le film de Benoît Forgeard n’est pas si con que ça. Il est même bien plus subtil que ça. Humour noir, cynisme, impudence et effronterie seront au rendez-vous dans des scènes qui sont parfois hilarantes de non-sens.

Mais derrière l’audace du projet, « Gaz de France » est un film qui reste quelque peu enfermé sur lui-même. Hormis le fait qu’il contienne des longueurs et des moments où il tourne en rond, on a la désagréable impression que Benoît Forgeard a voulu trop faire dans l’abstrait dans sa mise en scène. « Gaz de France« , c’est un théâtre filmé, doublé d’un huis-clos étrange où règne une poésie presque sordide, mélangée à un côté fantastique. Les décors étonnants et irréels à la fois n’arrangent pas le tout. Tout comme la musique quelque peu sinistre qui parcourt le film. Alors que le sujet et le traitement de celui-ci est énorme, le réalisateur a fait le choix d’une mise en scène très difficile d’accès. Et quand on ajoute à celle-ci les longueurs et le sentiment de tourner en rond, ne sachant trop où aller, le film finit par perdre de son attrait et c’est dommage.

C’est d’autant plus dommage, car le réalisateur a réuni un casting génial et vraiment intéressant. Un casting où au milieu d’un Philippe Katerine qui serait presque touchant en président de la république, d’un Antoine Gouy drôle et d’un Philippe Laudenbach vraiment très drôle en blasé, ressort un impressionnant Olivier Rabourdin. Franchement, l’acteur en pique la vedette à tout le monde et il tient une très grosse partie du film sur ses épaules et c’est réjouissant de le voir enfin si bien mis en lumière. Surtout que le réalisateur lui donne un rôle à contre-emploi et l’acteur démontre un vrai potentiel comique.

12620334_1233424593337614_965164960_o

On ressort donc quelque peu déboussolé par ce film qui réussit tout et son contraire. « Gaz de France » est donc un film unique. Il ne ressemble à rien de ce qui est produit en ce moment. Benoît Forgeard s’attaque à la politique et il se moque de ses rouages de façon totalement folle. On a alors passé deux moments devant « Gaz de France« . L’un bon et l’autre vraiment pas terrible et ces deux moments, comme deux sentiments qui s’entrechoquent ne laissent personne indifférent.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.