octobre 27, 2020

Le Garçon et la Bête

12583679_1232231046790302_793854083_n

Titre Original : The Boy and the Beast

De: Mamoru Hosoda

Avec les Voix de Koji Yakusho, Aoi Miyazaki, Shôta Sometani, Suzu Hirose

Année : 2016

Pays : Japon

Genre : Animation

Résumé :

Shibuya, le monde des humains, et Jutengai, le monde des Bêtes… C’est l’histoire d’un garçon solitaire et d’une Bête seule, qui vivent chacun dans deux mondes séparés. Un jour, le garçon se perd dans le monde des Bêtes où il devient le disciple de la Bête Kumatetsu qui lui donne le nom de Kyuta. Cette rencontre fortuite est le début d’une aventure qui dépasse l’imaginaire…

Avis :

Recalé des studios Ghibli au début des années 90, Mamoru Hosoda fait ses premiers pas dans les studios Toei Animation et travaille sur des séries comme « Dragon Ball Z » ou « Sailor Moon« . Après avoir fait un détour du côté de la publicité, il accède enfin à la réalisation d’un long-métrage qui sortira en 2001. Depuis cette année-là, le réalisateur n’a cessé de travailler et de fournir régulièrement des dessins animés novateurs et ambitieux. C’est à lui que l’on doit notamment « La Traversée du temps » ou « Les Enfants Loups, Ame & Yuki« .

Ce début d’année 2016 voit arriver sur nos écrans « Le garçon et la bête« , le sixième long métrage de Hosoda. Sorti sur un peu moins de deux cent écrans, « Le garçon et la bête » s’avère être un fabuleux conte initiatique, qui sera aussi bien divertir son public que le toucher au plus profond.

12591804_1232231173456956_645467737_o

Shibuya est une ville au Japon. Cette ville en apparence comme les autres est pourtant bien particulière, car elle donne accès à Jutengai, un monde parallèle au nôtre. Un monde peuplé de bêtes civilisées et régi par un sage. Dans le monde des hommes, Ren est un jeune garçon de neuf ans qui vient de fuir son foyer après la mort de sa mère. Errant dans les rues, il fait la brève connaissance de Kumatetsu, une bête à la recherche d’un disciple à former. Au départ réticent, Ren suit alors Kumatetsu et arrive à entrer à Jutengai. Le petit garçon se laisse donc convaincre par la bête et accepte d’être son disciple. Commence alors une belle relation que Ren n’aurait jamais pu imaginer.

Et voici encore un très bel exemple d’un excellent film qui risque de passer inaperçu tant on en parle peu et c’est vraiment à tort, car ce « Garçon et la bête » mérite toute notre attention. Venu directement du petit studio de Mamoru Hosoda, son nouveau film est une véritable surprise spectaculaire. D’une originalité parfaitement unique, le réalisateur japonais nous invite à suivre de la plus belle des manières une relation, une complicité, un amour, et plus brièvement une aventure et un parcours initiatique à double sens. « Le garçon et la bête« , c’est l’histoire de deux écorchés de la vie qui se rencontrent, qui vont s’entraider, s’admirer et finalement évoluer grâce à l’autre. D’une très belle humilité, le film de Mamoru Hosoda est une fable contemporaine sur la vie, sur le parcours, sur la confiance en soi, porté par des personnages qu’on aime dès les premières images (mention plus spéciale à la Bête Kumatetsu qui est aussi hilarante qu’elle a su nous tirer des larmes).

Le scénario est une petite perle qui s’aventure sur beaucoup de terrains, mais ne s’égare jamais. Entre réalité et onirisme, on se laisse emporter facilement dans ce film qui sera bien trop court à notre goût. L’aventure est si bonne, le chemin emprunté si excellent qu’on n’a pas envie que le film s’arrête. Mamoru Hosoda a très bien su comment nous intriguer avec son histoire. Il a parfaitement su faire monter la tension et tenir son mystère. C’est génial et terrible en même temps, car le réalisateur, tout en optant pour une atmosphère complément irréelle, qui pourrait faire penser à un long rêve, a réussi à intégrer des sujets on ne peut plus prenants, touchants et durs. Derrière les entraînements en vue d’un futur affrontement, « Le garçon et la bête » aborde le respect, l’instruction, le savoir et l’envie de savoir. Il parle aussi du passé, des conséquences, de la famille, la vraie et celle qu’on se choisit. Le film pose une belle réflexion sur l’amour, sur ses liens, sur la paternité, sur ce passage difficile entre l’adolescence et l’âge adulte. Il parle avec retenue de la colère et de la maitrise de soi. Le réalisateur arrive à éviter les clichés ou autres facilités. Et même si l’on peut parfois noter quelques petites incohérences, sur la distance, le film se suit avec une très belle fluidité et l’on n’a vraiment pas envie d’en perdre une miette, bien au contraire, on en reprendrait bien une petite dose.

Vous l’aurez donc compris, « Le garçon et la bête » est une très belle réussite dans son intrigue, dans ce qu’il dit, ce qu’il aborde et le message qu’il transmet. Mais le film de Mamoru Hosoda est tout aussi réussi dans son visuel, dans son esthétisme qui est carrément irréprochable. On est touché par l’histoire, mais on sera aussi touché par l’esthétisme magnifique et le charme irréel que dégage le film. Les dessins sont sublimes et l’animation incroyable. D’ailleurs, cette dernière nous réserve des scènes palpitantes dès le début, car si « Le garçon et la bête » est un drame tragi-comique, c’est aussi un redoutable film d’action. Les combats et l’intensité de ces derniers sont bluffants, spectaculaires et uniques. On sent toute l’ambition et le plaisir du réalisateur pour offrir un spectacle magnifique et intelligent.

12591966_1232231150123625_1473975848_o

Ce sixième film de Mamoru Hosoda est donc un excellent métrage. Un film aussi drôle qu’il est enrichissant et divertissant. On s’amuse, on est ému, on est touché, puis on est émerveillé. Franchement, des petits bijoux d’animation comme celui-ci, on adorerait en voir bien plus souvent. C’est dommage qu’il ne soit pas plus mis en lumière.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.