octobre 29, 2020

Ajin – Vivre, Mourir, Recommencer

ajin-t1-L-zCezuZ

Auteurs: Tsuina Miura et Gamon Sakurai

Editeur: Glénat

Genre: Horreur, Fantastique

Résumé:

Renversé par un camion en rentrant de l’école, le jeune Kei meurt sur le coup. Mais quelques instant plus tard, il ressuscite mystérieusement. Dès lors, sa vie de lycéen bascule. Une étrange organisation gouvernementale tente par tous les moyens de le capturer afin de mener des expériences scientifiques sur lui. Rapidement, il apprend qu’il n’est pas le seul être dans cette situation périlleuse, et qu’il semble être ce que certains nomment un “Ajin”. Personne ne sait exactement comment ils sont apparus ni pourquoi ils existent. Mais les services spéciaux du gouvernement sont prêts à user de tous les moyens pour le découvrir, car rien à leurs yeux n’est plus dangereux pour l’humanité… qu’un être immortel !

Avis:

L’immortalité est un sujet assez récurrent dans le cinéma et que l’on retrouve dans les figures fantastiques de la littérature. A titre d’exemple, les vampires sont des êtres immortels. Mais si on s’éloigne du domaine purement vampirique ou horrifique, on retrouve des légendes qui parlent d’immortalité comme la saga des Highlander. Et ce thème fascine autant que la mort, puisque tout être vivant a une date de péremption et que certains aimeraient bien tirer un peu plus longtemps sur la corde du destin ou alors jouer à Dieu. Mais dans un sens, cette quête vers l’immortalité n’a jamais été perçue comme une malédiction ou comme une raison de traque par une entité toute puissante qui voit cela d’un mauvais œil. Fort heureusement, Ajin est là pour nous réconforter.

ajin-4300563

Kei est un jeune lycéen tout ce qu’il y a de plus normal jusqu’au jour où il se fait renverser par une voiture. Alors que tout le monde le croit mort, il ressuscite et se retrouve en bonne santé. Il se rend compte qu’il n’est pas humain, mais un Ajin, un être immortel que traque le gouvernement pour percer leurs secrets. Kei est alors contraint de fuir les chasseurs qui veulent la prime de capture mais aussi d’autres Ajin qui ont des projets assez nébuleux en son encontre.

Peu de mangas sortent du lot en ce moment de par leur maturité et leur premier tome incisif. Et Ajin fait partie de ces raretés puisqu’à la sortie du premier tome, il fut nominé pour le manga Taisho Award, le prix culturel Ozamu Tezuka et le prix du meilleur manga Kodansha. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce titre énigmatique et cette étrange couverture.

Il se cache une réflexion très cynique sur l’être humain et sa quête vers l’immortalité. Sans trop savoir pourquoi, ce pauvre Kei se retrouve traqué et en parallèle, l’auteur va balancer des images de tests sur un autre ajin qui se fait tuer chaque jour afin de mener à bien des expériences pour comprendre leur fonctionnement. Sur cette base assez étrange, l’auteur va tisser une intrigue gouvernementale très pointue et assez intéressante où chaque personnage est ambigu. Et de cette ambiguïté va naître d’autres réflexions et des enjeux assez énormes dont on aura du mal à discerner les limites à la fin du troisième tome.

On aura donc droit à la sempiternelle remise en question sur la peur de l’inconnu, cette peur qui révèle les pires instincts chez l’être humain. Mais on aura aussi une réflexion très poussée sur la nature humaine. En effet, les Ajin ne sont pas considérés comme des êtres humains alors qu’avant de mourir une première fois et de ressusciter, ils étaient comme tout un chacun. Ces personnes se retrouvent alors sans condition, ce qui les pousse à faire des actes criminels pour échapper à la traque. Du coup, on se retrouve face à des êtres plus apeurés qu’autre chose et qui sont poussés à la faute par un gouvernement qui crée finalement la peur. Le récit est très intelligent et montre toutes les dérives que peut provoquer l’Homme face à quelque chose qu’il ne maîtrise pas.

Mais Ajin arrive à rester très dynamique dans son récit.

Les scènes d’action sont nombreuses et certains personnages sont très attachants, sortant des codes que l’on a l’habitude de voir, à l’instar de ce professeur un peu fêlé. Très mature dans son déroulement, la série n’oublie pas de balancer des mystères quant à la nature même de ces êtres, à l’aide de fantôme noir que peuvent maîtriser les Ajins. Cela permet d’élaborer des séquences plutôt bien vues et d’ajouter une nouvelle donne à la série qui ne se contente pas de faire de cette histoire un simple projet gouvernemental mais aussi un vrai récit fantastique avec des créatures étranges, se rapprochant de la momie dans le design.

Le design d’ailleurs est plutôt intéressant car il oscille constamment entre shonen et seinen. Si les personnages enfants ou ados ressemblent à n’importe quel personnage de Naruto ou autre mangas de ce style, les fulgurances gores sont très réalistes et très nombreuses. D’autant plus que ces scènes sanglantes possèdent de sacrés retournements de situation, puisque certains personnages ne peuvent pas mourir et n’hésite pas à se tuer pour ressusciter dans un corps tout neuf et se sortir d’un sacré pétrin. Cela dynamise le tout, tout comme les combats de créatures, qui sont vraiment nerveux.

SakuraiAjin1-2

Au final, Ajin est une réelle belle surprise car il s’agit d’un manga très mature qui ne se perd pas en cours de route et propose de vraies belles séquences novatrices. Très intelligent dans son approche de l’immortalité et les réactions humaines, relativement cynique et acerbe sur le gouvernement et la nature humaine, Ajin fait partie de ces incontournables du moment en manga, pour ceux qui recherchent de l’action gore dans un fond très intelligent.

Note: 17/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.