octobre 28, 2020

Le Grinch

12434508_1215114051835335_2128505277_n

Titre Original : Dr Seuss’ How the Grinch Stole Christmas

De: Ron Howard

Avec Jim Carrey, Taylor Momsen, Jeffrey Tambor, Verne Troyer

Année: 2000

Pays: Etats-Unis, Allemagne

Genre: Comédie

Résumé:

Le Grinch est un croque-mitaine de poils verts qui arbore un sourire élastique jusqu’aux oreilles. Misanthrope exilé, il vit depuis 53 ans dans une grotte sur le mont Crumpit avec son chien Max. Il se nourrit de jus de laitue, d’huile de castor et de lait tourné, et a un coeur trois fois trop petit pour aimer qui que ce soit.
Recueilli par deux charmantes vieilles dames, le Grinch aurait aimé avoir une enfance et une scolarité normales, avoir des copains et flirter avec la gentille Martha qui le couvait d’un oeil tendre. Mais les petits Whos se comportèrent si cruellement avec lui qu’ils le contraignirent à l’exil.
C’est ainsi que le Grinch devint un ermite grognon et un farceur pervers détestant Noël et tout ce qui va avec. Surtout le Noël des habitants de Whoville, en bas, dans la vallée. Leurs préparatifs pour les fêtes et leurs chants mélodieux l’ont toujours contrarié au plus haut point. Il est allergique à toute cette joie qui émane de cette petite ville.
Mais une petite fille, Cindy Lou, souhaiterait en savoir plus sur celui qu’on présente partout comme un monstre. Pour ce faire, elle gravit courageusement le Mont Crumpit et s’en va frapper à la porte du Grinch.
Après avoir cherché à lui faire peur, le reclus, ému malgré lui par tant de sollicitude, prend le risque de descendre à Whoville et de se mêler aux habitants. Hélas, ses espoirs d’être nommé directeur des fêtes tournent court par la faute du maire, et le Grinch regagne son antre, bien décidé à se venger.
Il a alors une idée monstrueuse : il revêt le costume du Père Noël, construit un traîneau, déguise son chien en renne et passe de maison en maison avec son gros sac vide pour voler tous les cadeaux, sapins, bûches, dindes et ainsi gâcher la nuit du réveillon des habitants de Whoville. Mais il découvre rapidement que l’esprit de Noël ne se réduit pas aux jouets, chants, parades et autres présents.

Avis:

Ron Howard, l’excellent réalisateur derrière des films comme « Willow« , « Appolo 13« , « La rançon« , « Splash » ou « Cocoon« , terminait les années 90 avec un très bon cru « en direct sur Ed-Tv« . Un excellent film qui demeure trop peu connu malheureusement et qui reste assez précurseur de l’époque, puisque le réalisateur y aborde et critique la téléréalité, alors même que celle-ci commence à peine à émerger. Après ce très bon film, le réalisateur va aborder les années 2000 de manière plus légère et pour sa première œuvre pour ce nouveau millénaire, Ron Howard a décidé de réaliser un conte de Noel, une fable moderne que petits et grands pourront apprécier auprès d’un bon feu de cheminée, la veille de Noel, « Le Grinch« .

1419905_1215114085168665_1631697315_n

Quelque part, sur un flocon de neige, se trouve la petite ville tout illuminée de Chouville. Cette petite ville pleine de joie et de bonne humeur adore Noël. Non loin de cette petite ville sur le mont Crumpit, vit un chou appelé Le Grinch. Ce chou est un être tout vert, poilu et qui a un cœur bien trop petit pour aimer quiconque. Les habitants de la ville le craignent autant que lui les déteste. Alors qu’il était seul et tranquille, lors d’une élection, une jeune fille qu’il avait croisé la veille propose son nom pour la dite élection. Essayant d’être plus gentil, le Grinch descend alors en ville, mais le maire de la ville va le rabaisser et le Grinch va être moqué par la ville entière. Énervé, rongé par la vengeance et la haine, le Grinch enfile alors un costume de Père Noël et va concocter un plan machiavélique pour détruire cet esprit de Noël que les choux de Chouville aiment tant et que lui déteste.

« Le Grinch » est un film plaisant sur le papier, mais on ressort quelque peu partagé. Si le film a d’excellents points, il ne sera pas sans défaut et ces défauts auront tendance à prendre le pas sur le plaisir qu’on peut ressentir à la découverte de celui-ci.

« Le Grinch« , c’est avant tout un personnage originalement dingue, à l’histoire touchante et qui est joué par un Jim Carrey incroyable. L’acteur, maquillé et perdu sous un costume tout de poils verts s’en donne à cœur joie. Son Grinch est aussi fou qu’il peut être terrifiant et la prestation de l’acteur est mémorable. Grimaces, sourires incroyables, démarche transformée pour rendre son personnage malicieux et espiègle, on pourrait presque qualifier le Grinch de « drama queen ». Le comédien en fait des caisses et c’est tout simplement génial. Et une fois qu’on l’a vu dans ce rôle, on ne peut que se dire que Ron Howard a fait le bon choix et que parmi tous les comiques, il ne pouvait y avoir que Jim Carrey pour incarner « Le Grinch » comme ça.

Le film de Ron Howard bénéficie aussi de beaux décors et d’excellents costumes, même si parfois, on n’est pas loin de l’overdose de tissus. Mais qu’importe, le tout fonctionne bien et le petit monde Chouville et ses habitants est vraiment original et dépaysant dans son concept. Seulement dans son concept.

Enfin, le film parle joliment des valeurs de Noël et du partage, le tout avec une trame pour le moins originale. Alors qu’il aurait été facile de tomber dans la morale, la caricature ou le sentimentalisme, Ron Howard aborde bien ces questions-là et tient joliment son conte de noël.

Mais malgré tout ça, « Le Grinch » est un film qui vise clairement les enfants et il a un côté terriblement niais qui lui enlève beaucoup. On a déjà vu beaucoup de films amusant les petits comme les grands, offrant une double vision, jouant entre les lignes, allant plus dans la subtilité et on était en droit de l’espérer venant de la part d’un réalisateur aussi talentueux que Ron Howard. Avec « Le Grinch » et l’exubérance de ce personnage, il y avait de quoi faire. Mais malheureusement pour nous, Ron Howard n’essaie pas de faire autre chose qu’un film pour les enfants. Et c’est dommage, car là où les gamins vont s’amuser, on ne peut en douter, les adultes risquent de rester sur le côté. Le principal agacement du film, c’est qu’il est trop lourd, écrasé par sa magie de Noël. On sent que le réalisateur veut faire un conte de Noël, mais il en fait trop. C’est beau, mais c’est trop et ça devient épuisant à la longue. On sourit bien sûr, car ce n’est pas spécialement raté, mais on ne peut pas dire que c’est réussi. Trop de magie de Noël finit alors par tuer la magie de Noël et alors qu’il aurait pu être mémorable (surtout avec une histoire comme celle-là), ce « Grinch » divertira peut-être sur l’instant, mais ne restera pas dans les mémoires. On a presque l’impression que Ron Howard est passé à côté de l’esprit de Noël qu’il voulait tant instaurer, à cause de la prolifération de belles chansons, de bons sentiments, de flocons, de bonnets de noël et de cadeaux,. Tout est trop lisse, rien ne vit vraiment, ça se contente juste d’être beau et bien fait. Bref, il lui manque de la magie à ce film.

12404249_1215114228501984_1126348713_n

On ressort donc déçu de ce film. L’histoire était intéressante, l’idée d’un personnage qui haït noël et qui va changer d’avis grâce à la magie est bonne, mais en image, le film ne fonctionne qu’à moitié. Et l’un des seuls souvenirs qui risque de demeurer, c’est la composition étonnante de Jim Carrey dans un rôle fait pour lui.

Note : 10/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.