décembre 5, 2020

Un Peu, Beaucoup, Aveuglément

1415682_1211115305568543_487134765_n

De : Clovis Cornillac

Avec Clovis Cornillac, Mélanie Bernier, Lilou Fogli, Philippe Duquesne

Année : 2014

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Lui est inventeur de casse-têtes. Investi corps et âme dans son travail, il ne peut se concentrer que dans le silence. Elle est une pianiste accomplie et ne peut vivre sans musique. Elle doit préparer un concours qui pourrait changer sa vie. Ils vont devoir cohabiter sans se voir…

Avis :

Tout le monde connaît Clovis Cornillac le comédien. Depuis les années 90 et surtout les années 2000, l’acteur a su s’imposer dans le paysage du cinéma français. Talentueux, aussi bon dans le drame que dans la comédie, Clovis Cornillac a fait son petit bonhomme de chemin et a tourné pour les plus grands, Claude Chabrol, Alain Tasma, Peter Kassovitz ou Jean-Pierre Jeunet pour ne citer qu’eux. Mais il faut croire que la comédie et le jeu n’étaient pas assez, puisque cette année, Clovis Cornillac s’est lancé dans un nouveau défi, la réalisation.

Pour son premier film, Clovis Cornillac a réalisé une petite comédie amusante pleine de bonne humeur. Une comédie peut être un peu trop légère, mais qui donne le sourire, et nous fait passer un bon moment.

12386506_1211115485568525_1583012609_n

Un homme, la trentaine, vit dans un appartement seul. Il est inventeur de casse-tête et adore sa solitude. Elle est une jeune femme qui vient de prendre son premier appartement. Elle est pianiste et croit avoir trouvé un petit endroit rien que pour elle. Mais très vite, elle découvre que son appartement, qui est mitoyen avec celui de l’inventeur, est très mal isolé et qu’on entend tout, absolument tout ce qui se passe à côté. Ceci aurait pu ne pas être trop dérangeant, et chacun aurait pu faire attention à ne pas déranger l’autre, sauf que l’homme en question ne veut personne dans l’appartement d’à côté et il met un point d’honneur à faire fuir toutes les personnes qui emménagent à côté de chez lui. Problème, elle n’est pas prête à se laisser faire…

Pour trouver une bonne comédie française ces dernières années, il faut se lever tôt. Chaque année, le cinéma inonde nos écrans de films, mais peu retiennent vraiment l’attention. Mais parfois, certaines sortent du lot et c’est le cas de la première réalisation de Clovis Cornillac qui est non seulement originale, mais a en plus tendance à mettre de belle humeur. « Un peu beaucoup aveuglément » est un petit film léger qui se voit avec plaisir.

L’histoire est bien trouvée, originale et donne exactement dans la comédie romantique qu’on avait envie de voir et le petit côté huis-clos que le film aborde est très bien. On n’aurait presque jamais envie de sortir de ces appartements. Le scénario, même s’il reste trop facile dans son déroulement, (on se doute bien de ce qui va se produire et c’est dommage, un peu de surprise aurait été bienvenu) n’en est pas moins intéressant. Divisé en deux grandes parties, la première est celle où chacun ne se supporte pas. Un peu vite expédiée, elle est pourtant drôle. C’est à qui se fera la meilleure crasse pour faire chier l’autre. C’est vrai que dans les grandes lignes, cette première partie est déjà vue et ne réinvente pas grand-chose, mais on se laisse prendre au jeu. L’ambiance bonne enfant qui règne est amusante et les gags et autres crasses, pour certains, sont vraiment bien trouvés.

Puis arrive la seconde partie du film. Celle où après les coups bas, les personnages vont apprendre à se connaître. D’un coup, le film de Clovis Cornillac se transforme. Si jusque-là, « Un peu beaucoup aveuglément » était drôle, il devient touchant et cette relation particulière qui se construit à l’écran sera aussi unique que plaisante. Le réalisateur a eu une bonne idée et il l’exploite plutôt bien. Offrant de belles scènes, le charme opère et l’originalité est là. On se laisse alors d’autant plus séduire qu’on a une impression de neuf qui nous est donné aussi bien dans l’intrigue que dans la mise en scène. Cornillac joue beaucoup sur les expressions, la voix, puisque ces deux personnages ne peuvent se voir, et ne veulent pas se rencontrer. Le fait que les personnages n’aient pas de nom hormis machin et machine, donne un petit plus à ce film, une pointe supplémentaire d’originalité. Puis à l’heure où l’on se découvre trop vite (réseaux sociaux, skype, sites de rencontre et autres), « Un peu beaucoup aveuglément » parle judicieusement d’un autre genre de rencontre, de séduction. Une rencontre où chacun apprend à se connaître, et prend le temps d’apprendre à se connaître, ce qui fait du bien et laisse presque rêveur dans un monde où tout va trop vite.

Ce qui fait aussi une belle partie du charme du film, c’est bien sûr ce couple qui se cherche, se trouve, se forme, se déforme et se retrouve. Clovis Cornillac, qui a la double casquette puisqu’il joue aussi dans son film, joue à merveille les emmerdeurs au cœur tendre. Très bon râleur, il est amusant et on sent que le comédien réalisateur s’en donne à cœur joie. En face de lui, derrière ce mur, on se laisse charmer par le sourire et la passion de la très belle Mélanie Bernier qui démontre encore et toujours un joli talent pour la comédie. Le film détient aussi de bons seconds rôles avec Lilou Fogli (la sœur de Mélanie Bernier) et Philippe Duquesne (le meilleur ami de Cornillac). Le réalisateur s’essaie aussi à une relation toxique avec le personnage joué par Grégoire Oestermann, ancien prof, mentor et amant de Mélanie Bernier.

12386523_1211115578901849_1534993520_n

« Un peu beaucoup aveuglément » est donc une jolie petite surprise. Clovis Cornillac réalise un bon premier film. Un film peut-être un peu trop naïf et facile dans son fil rouge, mais après tout, avec cette histoire, avait-on vraiment envie qu’elle se finisse autrement ?

Note : 14,5/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.