septembre 28, 2020

L’Attente

12355231_1205288016151272_1214702603_n

Titre Original : L’Attesa

De : Piero Messina

Avec Juliette Binoche, Lou De Laâge, Giorgio Colangeli, Domenico Diele

Année : 2015

Pays : France, Italie

Genre : Drame

Résumé :

Dans les grands salons d’une ancienne villa marquée par le temps, Anna, touchée par un deuil soudain, passe ses journées dans la solitude. La campagne sicilienne, sauvage et d’une grande beauté, entoure la maison et l’isole tandis que le brouillard se lève lentement sur les flancs de l’Etna. Seuls les pas de Pietro, l’homme à tout faire, rompent le silence. A l’improviste arrive Jeanne, la petite amie de Giuseppe, le fils d’Anna, qu’il a invitée à venir passer quelques jours en Sicile. Anna ignorait l’existence de Jeanne et Giuseppe est absent. Il va revenir bientôt, très bientôt….. c’est ce que dit Anna à Jeanne. Les jours passent, les deux femmes apprennent lentement à se connaître et attendent ensemble le jour de Pâques, où Giuseppe rentrera pour la procession.

Avis :

Juliette Binoche est l’une des actrices les plus douées de sa génération. L’actrice est aussi de celle dont la carrière est la plus étonnante et éclectique, capable de tourner en français, en anglais, en espagnol, mais aussi en allemand et en italien. On peut donc aisément dire que la comédienne est peut-être la plus internationale de nos actrices.

Après avoir tourné pour le Norvégien Erik Poppe, elle est cette fois-ci de retour sous l’œil de Piero Messina, assistant-réalisateur de l’immense Paolo Sorrentino, dans un premier film fragile, tendre et dur à la fois. Un film qui aborde le deuil d’une jolie manière et dans lequel l’actrice resplendit. Un film qui méritera le déplacement, tant il est touchant et beau.

12335884_1205288086151265_467682071_n

Anna la cinquantaine est une Française qui habite en Italie dans une belle villa. Alors que la vie était belle et paisible jusque-là, tout a basculé. Anna vient d’enterrer son fils unique. Elle s’enfonce dans la douleur et le deuil. Le soir même de l’enterrement, elle reçoit un coup de téléphone de Jeanne, la petite amie de son fils qu’elle n’a jamais rencontrée. Cette dernière qui n’est pas au courant du décès de son compagnon, doit venir passer les fêtes de pâques à la villa, mais elle ne sait que faire puisqu’elle n’arrive plus à le joindre. Contre toute attente, Anna lui dit de venir, pensant lui apprendre le drame sur place. Mais une fois Jeanne sur place, Anna ne sait comment apprendre le pire à la jeune femme. Comment briser sa vie alors même qu’elle lui a demandé de venir ? Anna commence alors à éviter le sujet, dans des excuses à l’absence de Giuseppe. Faisant bonne figure, il semblerait qu’Anna retrouve peu à peu le sourire au contact de Jeanne. Mais plus le temps passe et plus la vérité sera difficile à avouer.

« L’attente » est un film qui traite du deuil et des regrets, mais d’une autre façon. Pour son premier film, Piero Messina a choisi un sujet lourd et dur et il en a fait un film lumineux, touchant et plein de vie.

Le scénario est un petit bijou qui tient en osmose son spectateur jusqu’à son magnifique point final. « L’attente » est un film qui porte très bien son nom, car derrière le drame de ce deuil, c’est principalement de l’attente à tous les niveaux dont le réalisateur va nous parler. Ses personnages sont constamment dans l’attente de quelque chose. Anna attend que le temps passe et œuvre, elle attend et repousse encore et encore l’affreuse nouvelle qu’elle devra forcément annoncer à cette jeune femme pleine de vie. Une femme qu’elle apprend à découvrir, un peu comme si elle rattrape les années perdues et prolongeait un peu l’existence de son fils, puisque Jeanne n’est pas encore touchée par le drame. Il y a quelque chose de très nostalgique qui se dégage de ce film, ce qui le rend encore plus touchant. « L’attente« , c’est aussi celle de Jeanne qui attend le retour de Giuseppe, de son amoureux et qui se questionne sur l’étrangeté de la situation. C’est aussi son attente d’être pardonnée, ou encore d’être acceptée aux yeux de la mère de son homme. Et enfin, « L’attente« , c’est aussi de notre côté. Malgré les rires, les bons moments partagés, malgré le sourire de Juliette Binoche qui est bercé d’illusion, on reste dans l’attente de cette nouvelle dont on la sait fatidique. Cette attente, parfaitement décrite par son réalisateur, tient en « haleine » pendant tout le film.

Pour un premier film, on restera étonné de l’œil de son réalisateur qui en plus d’avoir très bien su nous raconter cette rencontre et cette tranche de vie, l’a aussi très bien filmée. L’esthétisme de « L’attente » est superbe, très clair (pour un film si noir au départ) et original (plusieurs plans dans le noir complet sont fabuleux) et ça dès la scène d’ouverture où la caméra descend le long du corps du christ. Le réalisateur installe une véritable ambiance partagée entre tristesse et rire, mais surtout une ambiance très italienne. Il filme bien son pays, ses paysages, ses gens, ses traditions, sa nature, son soleil, « L’attente » est dépaysant. Du coup avec cette ambiance et ses paysages, il réussit à faire avec un sujet aussi lourd un film qui n’est pas déprimant. Bien au contraire, malgré les larmes aux yeux qu’il nous tire sans aucun mal, on ressort de ce film bien, l’esprit léger avec la sensation d’avoir passé un très beau moment.

Piero Messina a aussi pris de beaux risques puisqu’il fait le choix d’un sujet dur pour un premier film, mais il fait aussi le choix de ne pas tourner qu’en italien, sa langue naturelle. Avec « L’attente« , il fait le choix de tourner son film avec plus de scènes en français qu’en italien, puisque ses personnages, du moins pour les deux principaux, sont français. Il a donc fait appel à deux superbes actrices qui sont au top de leur forme. Juliette Binoche, les yeux cernés, le visage fermé et lourd, est tout simplement resplendissante dans la peau d’Anna. L’actrice est bouleversante dans ses non-dits, ses regards, ses regrets qu’elle joue comme personne, et même dans son égoïsme. Car oui, dans un sens, si elle ne dit rien à Jeanne, c’est pour aussi essayer d’aller mieux et sortir de cet esprit de deuil. En face d’elle, on trouve la jeune Lou de Laâge qu’on avait déjà bien repéré dans le « Respire » de Mélanie Laurent. La jeune femme, dans un autre registre, est tout aussi bouleversante que Binoche. Elle tient un personnage très attachant et c’est un plaisir de la découvrir dans un tel rôle. En quelques rôles, Lou de Laâge se révèle être un joli espoir pour notre cinéma.

12351912_1205288326151241_1589835008_o

Ce premier film signé Piero Messina est donc un très beau coup d’amour. C’est un film dont je n’attendais rien et qui m’a totalement conquis et surtout bouleversé. En un film, le réalisateur de trente-quatre ans réussit, en prenant beaucoup de risque, à faire ce que beaucoup n’arriveront peut-être jamais. « L’attente » est un drame magnifique et fragile. Un drame d’une profonde gentillesse, mêlé à un soupçon d’égoïsme de la part de certains de ses personnages.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.