octobre 27, 2020

Regression

12319234_1201510999862307_2040780008_n

De : Alejandro Amenabar

Avec Emma Watson, Ethan Hawke, David Thewlis, Devon Bostick

Année: 2015

Pays: Espagne, Canada

Genre: Thriller

Résumé:

Minnesota, 1990. L’inspecteur Bruce Kenner enquête sur un crime révoltant dont la jeune Angela accuse son père, John Gray. Lorsque John avoue sa culpabilité de façon tout à fait inattendue et sans garder le moindre souvenir des faits, le docteur Raines, un célèbre psychologue, est appelé à la rescousse. Il va devoir aider John à retrouver la mémoire, mais ce qu’ils vont découvrir cache un terrifiant mystère qui concerne le pays tout entier…

Avis:

Alejandro Amenábar fait partie de ces réalisateurs espagnols qui à la fin des années 90/début 2000 ont su réinventer le cinéma espagnol et l’emmener encore plus loin. On se souvient tous de films comme « Ouvre les yeux« , de « Les Autres » ou de « Mar Adentro« . Ou encore d’ »Agora« , le dernier film qu’il avait réalisé avant celui-là. C’est bien simple, en seulement cinq films, Amenábar s’est bâti une très belle réputation.

Alors forcément, le nouveau Amenábar était très attendu, surtout que le réalisateur n’avait pas tourné depuis six ans. L’attente fut longue, et quand enfin les premières images sont arrivées, Alejandro Amenábar nous offrait plein de promesses. Revenant à ses premiers amours, l’angoisse et la terreur, « Régression » faisait rêver. Mais la déception sera presque à la hauteur de l’attente et « Régression » sera le premier film qu’Alejandro Amenábar aura presque raté. Je dis presque, car le film en soit n’est pas détestable, mais il est loin d’être réjouissant. Mais attendre six années pour un tel résultat est très frustrant.

373350.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Minnesota, 1990, Angela, une jeune fille, accuse son père de viol. L’inspecteur Bruce Kenner récupère l’affaire. Très vite, il comprend qu’il n’a pas à faire à une affaire comme les autres. Le père de la jeune fille avoue, mais ne dit avoir aucun souvenir d’actes quelconques. Aidé par un professeur en psychologie, Bruce va alors aider le père à retrouver la mémoire et ainsi faire de terribles découvertes. À l’heure où l’Amérique est en proie à une montée du satanisme, son affaire penche de plus en plus du côté des rituels d’adulation envers Satan.

J’en attendais tant du nouveau Alejandro Amenábar. Il fut tant désiré et au final, ce fut une belle déception. Pourtant, le film commençait très bien, le réalisateur installait un bon mystère et l’enquête s’annonçait passionnante, mais en fin de compte, c’est l’inverse qui s’est produit. « Régression » est un film qui ne commencera jamais et plus il va avancer et plus il va se compliquer la vie pour pas grand-chose.

L’intrigue part dans tous les sens, Alejandro Amenábar veut aborder tel ou tel mystère, il veut créer une réflexion chez le spectateur, il ne sait pas s’il doit faire un film de terreur ou une simple enquête. Il cherche à trouver le ton, malgré une photographie très belle (mais fade, car elle ressemble à beaucoup d’autres films). Il veut parler d’une époque troublante de l’Amérique (le film est censé être adapté de faits réels, comme beaucoup trop de films ces dernières années) mais au final, le réalisateur ne sait pas trop comment aller vers sa fin. Il nous balade et n’arrive pas à nous prendre. On suit son film sans ennui, mais sans trop de rythme non plus. On peut être surpris pas sa fin (ce fut mon cas), qui change un peu de ce qu’on a l’habitude de voir, mais à aucun moment on ne peut dire que le réalisateur espagnol ait réussi à nous saisir comme il l’avait fait avec « Les autres » ou « Agora« .

La déception est aussi grande car il n’y a pas d’ambiance et c’est dommage, car avec un sujet comme le satanisme et surtout avec lui derrière la caméra, il y avait de quoi imaginer un grand film, mais à la place, on trouvera un film qui ressemble presque en tout point aux autres films d’épouvante ou d’enquête qu’Hollywood nous sert. Et je suis d’autant plus déçu que j’adore la fin et ce qu’elle laisse entrevoir d’une certaine population de l’Amérique.

On se rattrape quelque peu avec les comédiens. Même si l’intrigue est embrouillée, confuse, les comédiens sont bons dans leur rôle. La belle Emma Watson est parfaite en victime énigmatique. Dale Dickey est incroyable et possédée dans le rôle de la grand-mère. Elle confirme qu’elle est une actrice qu’on ne met pas assez en valeur. Elle mériterait des rôles bien plus importants tant elle étonne à chaque fois.

12305844_1201511083195632_1733018121_n

Je ressors déçu, de ce nouvel Amenábar. Malgré de bons éléments, l’idée de départ, les comédiens, la photo, « Régression » est confus, compliqué pour rien, et n’a aucune ambiance. C’est vraiment dommage, surtout venant de la part d’un tel réalisateur. Et j’ai envie de dire que s’il y a bien une « Régression » dans le film, elle vient surtout de la part d’Amenábar. Un film donc très vite oubliable. On attend le prochain, en espérant que celui-ci ne soit qu’une petite baisse de régime.

Note : 07/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.