octobre 27, 2020

Rambo 3

Rambo-III

De : Peter MacDonald

Avec Sylvester Stallone, Richard Crenna, Marc De Jonge, Kurtwood Smith

Année : 1988

Pays :Etats-Unis

Genre : Action

Résumé :

Le Colonel Trautman contacte Rambo dans sa retraite en Thaïlande pour qu’il l’accompagne dans une mission périlleuse en Afghanistan. Mais l’ex-soldat refuse afin de se consacrer aux moines bouddhistes qui l’ont recueilli.
Lorsque, quelques jours plus tard, l’agent Griggs lui explique que Trautman a été capturé par le Colonel Zaysen, Rambo décide de sauver son ami. Il s’infiltre dans les lignes ennemies et découvre toute l’horreur du conflit qui oppose les moudjahidin à l’armée soviétique.
Déterminé, il s’attaque à toute une armée sans oublier son objectif premier : récupérer Trautman.

Avis :

Initiée en 1982, la saga des Rambo est revenue sur le devant de la scène en 2008 avec un quatrième volet sympathique, violent et qui montrait l’attachement à Stallone aux films d’action de la vieille époque. Cela donnera d’ailleurs Expendables par la suite, film d’action hautement jouissif où le cerveau se met en mode off. Mais la principale question, c’est pourquoi avoir attendu 20 ans pour faire le quatrième film ? Il faut donc se replonger dans le troisième volet de cette saga pour comprendre une si longue attente. Car si le premier film était vraiment chouette, montrant un homme torturé psychologiquement et démontrant les méfaits post guerre, le second commençait déjà à partir en biberine, mettant en avant une jungle torride et humide et un homme musclé qui fracasse du viet à tout va. Mais le pire viendra bien du troisième, lorgnant vers le gag à gros budget plutôt que du film d’action décomplexé. Mais pour en savoir un peu plus, il faudrait aller faire un tour en Afghanistan, entre les guerriers moudjahidin et l’armée soviétique. Etes-vous vraiment prêts pour cela ?

Le scénario de ce film est un gros gag et il est juste sujet à une bataille entre une armée entière et un mec bodybuildé. Il faut dire que dès le départ le ton est donné avec un combat entre John Rambo et un autre guerrier, où celui-ci latte assez facilement le héros pour un retournement de situation attendu et grossier. La suite demeure un tantinet grossier car le général Trautman, seul véritable ami de John Rambo, va venir lui demander de l’aide pour abattre un tyran soviétique qui cherche des missiles et désire conquérir l’Afghanistan. Notre héros refuse, mais il va vite changer d’avis lorsqu’il apprend que le général s’est fait capturer par le grand méchant. Et à lui tout seul, il va dessouder une armée entière. C’est le postulat de base très simpliste de ce film, qui va s’éloigner du matériau de base en proposant un film stupide, essayant vainement d’être drôle et qui ne possède aucune dimension psychologique. Il faut dire que le film ne possède aucune grosse surprise. On commence avec une introduction longue et douteuse avec un Rambo bouddhiste qui se pose des questions sur sa vie et sur ses raisons de vivre. On aura donc droit à de la psychologie de supermarché avec l’histoire d’un tailleur de pierre et une musique lancinante volontairement molle. C’est alors que l’élément perturbateur, celui de l’enlèvement du général Trautman, va faire comprendre au héros que sa vraie mission, ce pour quoi il est fait, c’est la guerre. Il va alors se rendre en Afghanistan, où on va nous montrer une population sympathique et courageuse, dans laquelle Rambo se sent bien. Encore une fois, la musique devient doucereuse et chiante au possible. Le tout est vraiment lénifiant et prête plus à sourire qu’à émouvoir, surtout de nos jours.

Mais le pire va venir des scènes d’action, car même si elles restent bien foutues, demeurent plus drôles qu’autre chose, à l’image de ce pseudo combat dans les égouts où le héros va fusiller tout le monde en sortant de l’eau puis va arracher des barreaux à mains nues. La différence entre le premier film et le troisième est donc énorme, à croire que seul le héros est le point commun entre les deux métrages. L’autre gros problème, c’est l’humour qui se dégage du film, confinant le film au rayon des nanars de luxe, avec un humour lourd, le rapprochant de Hot Shots. Alors c’est assez marrant, mais cela dénote franchement de l’aspect violent de la guerre et du grand méchant. Du coup, l’ambiance est inégale et le propos burlesque où un homme seul peut abattre toute une armée.

rambo3-16-358777_0x410

Robin des bois a pris du redbull !

Au niveau du casting, on retrouve le duo entre Sylvester Stallone et le défunt Richard Crenna. Si dans le premier film, les liens sont assez faibles et deviendront forts vers la fin, on retrouve ici un attachement profond. Mais on aura très peu de scènes où ils seront tous les deux, et il faut dire que lorsqu’ils sont tous les deux ensemble, l’humour mise en place est très lourd. Néanmoins, on retrouve ce bon vieux Sly au mieux de sa forme physique, impressionnant et tout en muscles. Au niveau du jeu, c’est une autre paire de manche, arpentant sa tronche des mauvais jours à chaque plan et tirant une gueule de six pieds de long. Et puis cette chevelure improbable, c’est vraiment kitsch, on dirait un footballeur des années 90. Quant à Richard Crenna, on le voit très peu, mais il semble assez peu concerné par le métrage et c’est asse dommage. Malheureusement, ce n’est pas le grand méchant qui va relever la barre, stupide et pas du tout charismatique, sa seule fonction sera de piloter un hélicoptère de guerre et de se foutre un tank sur la gueule.

Bien évidemment, les scènes d’explosion ne manquent pas, avec notamment le passage de l’arc à la flèche explosive ou encore des tirs de bazookas. Le passage dans la grotte avec le jeu de cache-cache demeure assez intéressant, mais bien trop téléphoné et mal filmé. Il reste la scène d’anthologie où Stallone se crame une plaie avec de la poudre et où la flamme traverse son corps, un grand moment de n’importe quoi. Bon, après, le film n’est pas forcément une catastrophe, car il ne possède aucun temps mort et met en avant un peuple méconnu qui a du faire tomber les cheveux de George Bush.

Au final, Rambo 3 est un film d’action qui ressemble plus à une caricature qu’à un vrai film d’action décomplexé. Si l’humour fait mouche dans Expendables, c’est parce qu’il y a une équipe et que le côté revival marche très bien. Mais avec Rambo 3, on reste dans quelque chose de malhabile et d’assez stupide. On comprend mieux pourquoi il a fallu attendre 20 ans pour voir une suite, car celui-ci est vraiment le moins bon de la saga malgré son côté idiot et drôle.

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.