décembre 2, 2020

21 Nuits avec Pattie

12312064_1198475353499205_293941082_n

De : Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Avec Karin Viard, Isabelle Carré, André Dussollier, Sergi Lopez

Année : 2015

Pays : France

Genre : Comédie

Résumé :

Au cœur de l’été, Caroline, parisienne et mère de famille d’une quarantaine d’années, débarque dans un petit village du sud de la France. Elle doit organiser dans l’urgence les funérailles de sa mère, avocate volage, qu’elle ne voyait plus guère. Elle est accueillie par Pattie qui aime raconter à qui veut bien l’écouter ses aventures amoureuses avec les hommes du coin. Alors que toute la vallée se prépare pour les fameux bals du 15 août, le corps de la défunte disparait mystérieusement.

Avis :

Derrière chaque film, on trouve un réalisateur, mais il n’est pas rare que le dit réalisateur soit en fait un duo, voire même plus rarement un trio ou plus. Dans les duos, on trouve bien sûr des amis qui ont décidé de travailler ensemble. Ou encore des personnes s’étant trouvées des affinités qui les ont poussées sur un ou plusieurs projets. L’exemple parfait est celui du duo composé de Michael Powell et Emeric Pressburger. Mais dans cette question de duo, on trouve aussi des fratries. Des frères et sœurs qui bossent en famille. Si on cite très vite les Coen, ou les Dardenne, qui sont les plus connus, dans le cinéma français, on peut aussi compter sur les frères Larrieu, Arnaud et Jean-Marie.

Le cinéma des frères Larrieu est un cinéma atypique qui a tendance à diviser le public comme les critiques à chaque nouveau film. On se souvient encore des « Derniers jours du monde« , ou encore de leur dernier, le thriller montagneux « L’Amour est un crime parfait« . Les Larrieu expérimentent et leur cinéma est tout à fait le genre qu’on aime d’emblée ou alors qu’on rejette et il est clair que « 21 Nuits avec Pattie » est pile dans cette lignée. En cette fin d’année, les deux frères reviennent avec une comédie débridée, loufoque et étrange. Un film qui a de très bonnes qualités, devant lequel on rigole de bon cœur, mais qui ne tient pas aussi bien la distance qu’on aurait aimé.

12283156_1198475420165865_1478361401_n

Caroline est une femme de la quarantaine qui n’a plus de contact avec sa mère depuis très longtemps. Un après-midi, elle arrive dans un petit village du sud de la France perdu au milieu des montagnes. Elle y vient pour enterrer sa mère, qui vient de décéder d’une crise cardiaque. Caroline découvre donc sa maison que sa mère s’était achetée et les amis de cette dernière qui ont fait leur possible pour préserver le corps jusqu’à l’arrivée de Caroline. Parmi les amis de sa mère, Caroline fait la connaissance de Pattie, une femme extravagante, qui est on ne peut plus penchée sur le sexe. Alors qu’elle vient de dîner chez Pattie, en rentrant, caroline découvre avec horreur que le corps de sa mère a disparu.

Atypique, c’est bien le premier mot qui vient en tête à la sortie de ce film aussi décalé que tristement drôle. Encore une fois, les Larrieu nous offrent une histoire qui ne ressemble à aucune autre. Partagé entre comédie et drame, le début est tout simplement génial. Le scénario n’arrête pas une minute et jouit d’un humour noir presque dérangeant. Les dialogues sont exquis, et les histoires sexuelles d’une Karin Viard déchaînée sont des délices à écouter. Particulièrement face au regard désemparé d’Isabelle Carré qui ne sait comment prendre les confessions de sa nouvelle amie. On peut même lire dans son regard, ses interrogations sur elle-même. Qu’a-t-elle fait pour mériter de telles confessions ? Ce qui apporte encore plus de comique au film. L’histoire tient bien la route, et se révèle même sur certains de ses aspects, très étonnante, les deux frangins allant jusqu’à toucher à des sujets sensibles, très dérangeants, horribles et tabous. Et le tout sur un ton assez enjoué, et plaisant.

« 21 Nuits avec Pattie« , c’est aussi un film qui est touchant dans son fond. C’est un film qui parle du lâché prise d’une femme, qui part à la découverte de quelqu’un, d’un univers, d’un fantôme, qu’elle devra exorciser toute seule pour avancer dans sa vie et l’on avouera être touché par la sincérité des personnages, ainsi que l’oubli d’un message moralisateur. Le mystère autour de la disparition du cadavre apporte un certain suspens bienvenu et nous tient alerte presque jusqu’à sa fin. Presque, car c’est une fois que l’histoire autour du cadavre est résolue que le film retombe. Bon, il avait déjà commencé peu de temps avant, mais on sent vraiment une nette cassure après cette étape-là et on se demande bien ce que le duo peut encore nous raconter. On a du mal à voir où ils veulent nous emmener puisque l’histoire est déjà, en très grande partie, conclue. Le film a donc tendance à traîner en longueur sur la fin, à s’attarder sur des moments pas forcément utiles, qui n’apportent rien à l’histoire et aux personnages. C’est dommage, car sans ces passages en trop, le film aurait vraiment été excellent.

Le film est bourré d’idées de mise en scène, de moments que les deux frères savent rendre encore plus drôles, ou tristes, ou touchants, avec leur manière de les filmer et de les monter. Ils iront même jusqu’à flirter avec le surnaturel, ce qui rendra leur film très poétique à plusieurs moments. On note que le film est appuyé par une bonne bande originale qui lui donne des airs de western parfois.

Enfin, il est impossible d’aborder « Pattie » sans parler du festival que Karin Viard nous offre. Si les personnages sont sympas, qu’Isabelle Carré est touchante, qu’André Dussollier est étonnant dans son rôle, ou encore qu’on rit face à un Denis Lavant parfaitement incompréhensible, ou bien qu’on se laisse charmer par Jules Ritmanic ou intriguer par Laurent Poitrenaux, c’est bien Karin Viard qui peuple nos pensées. Bien dans sa peau, dans son corps, elle s’offre le meilleur rôle du film et déclenche l’hilarité de la salle avec des répliques aussi salasses qu’improbables. C’est génial, elle n’arrête pas une seconde et chacune de ses apparitions devient alors une attente. Dans un sens, le film est bien, mais grâce à elle, il est encore mieux et on peut facilement deviner que sans elle, il aurait été moins percutant.

12285887_1198475230165884_860174344_n

« 21 Nuits avec Pattie » est donc une bonne comédie et un beau drame. C’est un film ambigu, audacieux et loufoque. C’est un film certes, un peu longuet, qui laissera sur l’instant une frustration de par sa fin trop longue, mais qui pourtant, malgré tout, s’impose et laisse des sourires greffés sur les visages.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.