octobre 27, 2020

Goldfinger

12285817_1196469047033169_13076517_n

De : Guy Hamilton

Avec Sean Connery, Gert Fröbe, Honor Blackman, Shirley Eaton

Année: 1964

Pays: Angleterre

Genre: Espionnage, Action

Résumé :

L’agent secret 007 est chargé d’enquêter sur les revenus d’Auric Goldfinger. La banque d’Angleterre a découvert qu’il entreposait d’énormes quantités d’or, mais s’inquiète de ne pas savoir dans quel but. Quelques verres, parties de golf, poursuites et autres aventures galantes plus loin, James Bond découvre en réalité les préparatifs du « crime du siècle », dont les retombées pourraient amener le chaos économique sur les pays développés du bloc Ouest…

Avis :

Entre deux épisodes réalisés par Terence Young, ce troisième film est confié à la direction de Guy Hamilton, un réalisateur britannique qui s’est fait une belle petite réputation avec des films tels que « Les Indomptables de Colditz« , « La Bataille d’Angleterre » ou encore « L’Ouragan vient de Navarone« . Guy Hamilton a aussi la particularité d’être l’un des réalisateurs qui a fait le plus d’épisodes de la saga James, puisqu’il en a quatre au compteur. Ce premier, ainsi que « Les diamants sont éternels » avec Sean Connery, puis dans les années 70, « Vivre et laisser mourir » et « L’Homme au pistolet d’or » tous deux avec Roger Moore.

Mais revenons à ce « Goldfinger » qui fait suite directe à « Bons baisers de Russie« . Ce troisième film, que beaucoup considère comme l’un des meilleurs films de la saga, s’est révélé être un bon divertissement, quoi que quelque peu ordinaire. Si mon cœur balance pour l’instant pour le film précédent, j’avoue avoir passé un bon moment devant les aventures du célèbre espion qui aime les verres de Martini Dry avec une olive.

12235718_1196469053699835_283344188_o

007 est chargé d’une nouvelle mission. Il doit enquêter sur Auric Goldfinger. L’homme passionné par l’or cacherait des quantités énormes du précieux métal et les services secrets aimeraient savoir à quoi cet or peut servir. Très vite, James Bond trouve et surveille Goldfinger, mais il va se faire surprendre et une jeune femme trouvera la mort. Dès lors, Bond est plus que décider à savoir ce que trafique Goldfinger et tout faire pour arrêter les projets de cet homme. De la Floride, en Suisse, jusqu’au Kentucky, Bond n’a pas fini d’en découdre avec le milliardaire.

S’il y a bien un épisode de la saga « James Bond », toute période confondue, dont j’ai très souvent entendu parler, c’est bien ce « Goldfinger« . Sa victime allongée sur un lit, toute d’or recouverte, sa magnifique chanson éponyme signée Shirley Bassey, bref, il était d’une évidence que je m’apprêtais à voir un immense épisode et je dois dire que ce ne fut pas le cas. Même si j’ai pris beaucoup de plaisir à suivre cette mission, le plaisir ne fut pas aussi bon que sur « Bons baisers de Russie » ou « Dr. No » qui étaient pour moi de sacrées surprises. Particulièrement « Bons baisers de Russie« .

« Goldfinger » n’est pas un mauvais épisode de la saga, loin de là, il est même tout ce qu’il y a de plus Bondien et offre pile ce que le public est venu chercher, et plus encore, puisqu’il inonde vraiment la saga de petits gadgets qui sont si chers à la série. On aura donc le droit à des scènes de test vraiment cools et sur le terrain, ils sont toujours ingénieusement mis en service par notre espion préféré. L’histoire est très bien, le film se suit avec plaisir et nous réserve pas mal d’actions, des rebondissements, du suspens, des combats, des rencontres, pas mal d’ennemis et des James Bond Girls qui croisent le parcours de 007 évidemment. Les James Bond Girl sont bien et apportent pas mal de piquant à l’intrigue, et même un peu de suspens. À chaque fois, les rencontres sont géniales. Sur le cahier des charges, « Goldfinger » est irréprochable.

Après, sur l’image, j’avoue que j’ai été déçu par le grand méchant « Goldfinger » qui n’est pas aussi charismatique que pouvait l’être Robert Shaw dans « Bons baisers de Russie« . Je l’ai même trouvé fade, n’arrivant pas à se démarquer de tous ceux que j’ai déjà vus. Je reste aussi déçu de ses ambitions. Sans les révéler bien sûr, on a juste à faire à un simple braqueur, et j’ai trouvé ça décevant et frustrant que la saga n’est pas été plus loin sur ce personnage. J’ai été déçu aussi de son garde du corps qui, pour le coup, les années ne lui rendent pas hommage. J’ai bien à du mal à croire à ce lancer de chapeau par exemple. Bien sûr, il faut replacer le film dans son époque, mais même comme ça, je trouve qu’il a pris un petit coup de vieux que le précédent n’a pas pris.

Puis enfin, même si le film est bon, très bien filmé, avec un bon rythme, je dois dire qu’hormis la plus que célèbre scène de la femme morte peinte en or, je n’ai pas de scènes qui m’aient vraiment marqué. Tout est bien, mais j’aurais aimé en avoir plus. En fait, à force d’en entendre parler, j’en attendais plus surement.

12269013_1196468920366515_282789791_o

Je suis donc quelque peu déçu, même si je le redis, à aucun moment « Goldfinger » n’est mauvais. C’est un bon film (rien que la chanson de Shirley Basset le prouve), plaisant, divertissant, amusant, bien rythmé, qui offre à James Bond une bonne mission. C’est un film qui enrichit bien la saga, l’univers et continue de bien développer son personnage et ceux qui l’entourent. Puis, qu’est-ce que c’est plaisant de voir et découvrir un peu plus Sean Connery dans ce rôle qui lui va si bien.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.