octobre 27, 2020

L’Homme Bicentenaire

12212237_1190657294281011_115975325_n

Titre Original : Bicentennial Man

De : Chris Columbus

Avec Robin Williams, Oliver Platt, Wendy Crewson, Kiersten Warren

Année: 2000

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique, Drame

Résumé:

En ce début de XXIe siècle, la robotique a fait d’importants progrès. La famille Martin peut ainsi faire l’acquisition d’un robot domestique, le NDR-114, conçu pour effectuer toutes les tâches ménagères. Les enfants réagissent chacun différemment à la présence d’un nouveau venu, surnommé Andrew. Grace, l’ainée, le considère comme une boite de conserve et lui ordonne de sauter du premier étage. Apres cet incident, Andrew fait preuve de créativité et développe des sentiments. M. Martin décide de le traiter désormais comme un être humain à part entière.

Avis:

Pour Chris Columbus, les années 90 ont été plus que prolifiques, puisque le réalisateur a offert d’excellentes comédies. Tout le monde se souvient de « Maman, j’ai raté l’avion » et de sa suite. Tout le monde se souvient de Robin Williams caché derrière le masque de la plus fun des gouvernantes dans l’indémodable « Madame Doubtfire« . Et après nous avoir fait rire, vers la toute fin des années 90, le réalisateur passe à la comédie dramatique (quelque peu mielleuse) en faisant se confronter les grandes Susan Sarandon et Julia Roberts dans « Ma meilleure ennemie« , un joli film qui trouvera son public, sans pour autant atteindre les foules des précédents films de Columbus.

Alors pour les années 2000, le réalisateur décide de refaire appel à Robin Williams, pour cette fois-ci essayer de toucher le public en partant dans le fantastique, tout en restant dans ce que le réalisateur fait de mieux, le léger et la comédie. Mais à sa sortie, le film fut un échec commercial et les aventures d’Andrew passionnèrent peu de monde et c’est à tort, car sans être un grand film, cet « Homme Bicentenaire » a quand même de jolis arguments et on passe un petit moment sympathique devant.

12212080_1190657544280986_1213653201_n

Au début du XXIe siècle, la robotique fait désormais partie du quotidien. Les êtres humains, pour la plupart, ont des robots domestiques pour les aider chez eux. La famille Martin vient de faire l’acquisition d’un tout nouveau modèle, le NDR-114. Si au départ, ce robot, rebaptisé Andrew, n’a pas l’air très différent des autres modèles de la production, après un accident, très vite, il va se révéler être spécial. Il va montrer de l’intérêt pour certaines choses, il va développer de la curiosité, de la créativité, de l’humour et une envie d’évoluer. Richard Martin, le père de famille, celui qui acheté Andrew, est alors fasciné par le robot et impose à sa famille de le traiter comme un être humain. Richard décide de l’éduquer, de l’éveiller et ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’avec cette décision, le robot connu sous le pseudonyme d’Andrew va avoir l’un des plus fabuleux destins de la planète.

Ce film sorti en 2000 est pile dans la lignée du réalisateur et s’avère être ce qu’il a toujours fait, un film pour toute la famille. Mais cette fois-ci, le réalisateur a décidé d’aborder des styles comme la science-fiction et le fantastique pour réaliser un film sur l’homme, l’amour et la vie. Avec « L’homme bicentenaire » Chris Columbus prend le pari de faire un film avec un robot qui sera différent de ce qu’on a l’habitude de voir puisqu’il sera touchant. Si on regarde bien, peu de films prennent l’axe de toucher le spectateur et hormis le génial et poétique « A.I Intelligence artificielle » de Steven Spielberg, je n’en vois pas d’autres.

Chris Columbus réalise un beau film, honnête et sincère. Un film qui lui ressemble et qui ne dénote pas dans sa filmographie. Un film qui tient joliment son sujet et qui va prendre le temps de nous emmener dans ses drames, ses aventures, ses évolutions, son histoire d’amour et sa belle morale finale. Le scénario, qui est l’adaptation d’une nouvelle d’Isaac Asimov paru en 1976, est bien écrit et avec le sens rythme de Columbus, on ne s’ennuie aucunement pendant plus de deux heures, on pourrait même dire que le tout est presque irréprochable. Le réalisateur réussit a bien transposer le temps qui passe. Il a réussi les différentes époques, allant imaginer un futur sympa à regarder. Il réussit à parler de l’amour, de la mort, des drames, de la fatalité et de la vie en fin de compte sans tomber dans le pathos ou la leçon de morale. Il réussit aussi à parler de la frontière intime entre le robot et l’homme. L’espoir, l’envie de ce personnage qui aspire à autre chose. Alors avec tous ces éléments, on peut dire que son film est en partie une réussite.

Mais voilà, si on passe un bon moment devant « L’homme bicentenaire« , on ne peut pas dire non plus que l’on soit transcendé par le film. Tout est beau et bien fait et pourtant, le charme opère qu’aux trois-quarts, car à force de vouloir faire du cinéma familial, Chris Columbus reste en permanence dans les sentiers battus. Il oublie de prendre des risques et de surprendre son public. Le réalisateur oublie de donner un caractère, une saveur à son film, tout y est trop propre, trop mâché.

Enfin, pour finir sur une bonne note, en plus d’un très joli casting, où l’on retrouve des acteurs comme Sam Neill, Oliver Platt, Embeth Davidtz, ou John Michael Higgins, c’est toujours plaisant de revoir le très regretté Robin Williams, qui s’en donne à cœur avec les compréhensions improbables d’Andrew.

12226442_1190657577614316_1986990602_n

Je suis donc content d’avoir revu ce film, que je n’avais qu’une seule fois, au cinéma au moment de sa sortie. Même si on imagine ce qu’aurait pu être cet « Homme bicentenaire » si le réalisateur avait su lui donner un vrai caractère, à aucun moment on ne peut dire que son film est mauvais. Bien sûr, il est loin d’être son meilleur film, mais il n’en reste pas moins plaisant, sympathique et drôle.

Note : 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.