Mon Roi

12226574_1189584831054924_878793283_n

De : Maïwenn

Avec Vincent Cassel, Emmanuelle Bercot, Louis Garrel, Isild Le Besco

Année : 2015

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

Tony est admise dans un centre de rééducation après une grave chute de ski. Dépendante du personnel médical et des antidouleurs, elle prend le temps de se remémorer l’histoire tumultueuse qu’elle a vécue avec Georgio. Pourquoi se sont-ils aimés ? Qui est réellement l’homme qu’elle a adoré? Comment a-t-elle pu se soumettre à cette passion étouffante et destructrice ? Pour Tony c’est une difficile reconstruction qui commence désormais, un travail corporel qui lui permettra peut-être de définitivement se libérer…

Avis :

Il y a une dizaine d’années, une actrice bien connue des français se lançait dans la réalisation avec un petit court appelé « I’m an actrice« . Cette femme, c’est Maïwenn et depuis cette année-là, le style Maïwenn a régulièrement envahi les écrans du cinéma français. On peut même dire qu’elle n’a cessé de s’imposer à chaque nouveau film, allant même chercher un prix de la mise en scène au si prestigieux festival de Cannes pour son « Polisse » (qui fut un véritable phénomène en salles, allant jusqu’à presque deux millions cinq cent mille spectateurs).

Après le carton de « Polisse« , le nouveau projet de Maïwenn était on ne peut plus attendu, surtout que ce dernier a valu à Emmanuelle Bercot le prix d’interprétation. Clairement, « Mon roi » s’annonçait comme l’un des plus beaux films français de l’année et surement l’un des plus prenants et le résultat est beau, certes, mais peut être en attendait-on trop, car en fin de compte, « Mon roi » sera très différent de ce à quoi on s’attendait et surtout, il ne sera pas aussi sombre et marquant que prévu.

12211045_1189584991054908_75274694_o

Tony, la quarantaine, est admise dans un centre de rééducation suite à une grave chute en ski. La jeune femme, qui va réapprendre à marcher, va, au fil des jours, se remémorer sa vie passée et surtout sa relation plus que tumultueuse avec Georgio, l’amour de sa vie, le père de son fils, celui avec qui elle a passé des moments incroyables, mais aussi des heures sombres.

Alors après toutes les critiques élogieuses, après cette bande-annonce qui laissait entrevoir un beau et grand drame, après cette affiche si sensuelle, la belle Maïwenn a-t-elle réussi à faire mieux que « Polisse » ou « Le bal des actrices » ? Et bien la réponse est partagée entre les pour et les contre, car si l’histoire est belle et prenante, le film a toute de même des éléments assez discutables et l’on en ressort conquis, mais pas autant qu’on ne l’aurait aimé.

« Mon Roi » est un film assez surprenant car Maïwenn se lance dans une histoire d’amour malsaine et manipulatrice, mais évite avec beaucoup d’aisance la facilité des provocations, des clichés, du déjà-vu et surtout une certaine caricature de rapport entres les personnages. Et plus le film avance, plus on est très loin de ce que l’on pouvait imaginer de l’histoire et c’est très bien.

Avec « Mon roi« , Maïwenn analyse le passé avec ses remords, ses regrets et sa nostalgie et dans le fond, son film est beau et touchant. La réalisatrice nous raconte une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas, le tout sous la houlette d’une relation qu’on appellera toxique, vicieuse, malsaine et finalement destructrice. Dans le fond, « Mon roi » est un bon film qui nous envoûte et on se laisse prendre par les souvenirs de cette vie tumultueuse. Mais derrière les éclats de rire d’une Emmanuelle Bercot qui n’a pas volé son prix à Cannes, derrière les crises de larmes, les secondes chances, les désillusions touchantes, le magique « Easy » du groupe Lux son, les dix ans et plus de cette vie, on attendait ce que Maïwenn nous avait promis, c’est-à-dire un film sombre, dur, qui allait nous prendre aux tripes et ce n’est pas ce que l’on aura. À la place de ça, à la place d’être bousculé, « Mon roi » n’arrivera qu’à être touchant. Alors c’est déjà très bien et pour n’importe qui d’autres ça aurait été excellent, mais venant de la part de Maïwenn, on en attendait plus. On a l’impression que la réalisatrice se relâche quelque peu et « Mon roi« , tout en étant dans son style, est beaucoup moins spontané et c’est dommage.

Ce constat est en grande partie à cause du choix de nous raconter cette « romance » à travers des flashbacks. Et c’est ce procédé qui nous sort à chaque fois de l’intrigue et fait redescendre les émotions. De plus, si on regarde bien, ces flashbacks ne servent pas à grand-chose et enlève un certain mystère en plus de casser les ressentis. Le film aurait été plus beau et dur si Maïwenn nous avait laissés entièrement dans cette histoire. En plus de ce constat, les scènes de flashback ne sont pas si intéressantes que ça, et l’on a bien du mal à comprendre pourquoi le personnage se remémore ses instants-là de sa vie, alors qu’elle n’est plus avec cet homme depuis longtemps. Il y a bien une petite explication donnée en début de film, mais elle parait bien maigre au vu du déroulement de ces souvenirs.

Le gros point fort de « Mon roi« , ce sont ses acteurs et ce que Maïwenn arrive à en tirer. D’ailleurs, on peut faire le même constat sur toute la filmographie de la réalisatrice. « Mon roi« , c’est tout d’abord Emmanuelle Bercot qui est tout simplement incroyable de sincérité. L’actrice est belle, juste, sensuelle, touchante, parfois absurde dans ses grands éclats de rire, même un peu agaçante (elle en fait un peu trop), mais pourtant, elle arrive à nous conquérir et l’on ne retient qu’elle à la fin de la projection. « Mon roi« , c’est aussi Vincent Cassel, excellent dans la peau de cet homme charmant, névrosé, quelque peu (voire beaucoup) pervers et narcissique. L’acteur empoigne encore une fois son personnage avec beaucoup de conviction et de charme. « Mon roi« , c’est aussi un Louis Garrel qui a rarement été aussi bon. Un Louis Garrel qui forme un très beau couple avec Isild Le Besco. « Mon roi« , c’est aussi un Norman Thavaud qui fait du Norman et c’est dommage, car le youtubeur chez la réalisatrice, on pouvait se dire qu’elle avait flairé quelque chose et en fin de compte, tout en étant drôle, il reste on ne peut plus anecdotique.

12214047_1189584881054919_1856163924_o

Même si je suis un peu déçu de « Mon Roi« , Maïwenn nous emporte tout de même avec beaucoup de très bons éléments dans son histoire. Elle nous emporte aussi grâce à ses acteurs géniaux et habitués (même si parfois, ils en font un peu trop). Et même si on a des choses à redire, à critiquer (Les costumes sont parfois plus que discutables), des choses qui ne servent pas vraiment l’histoire, dans le fond, « Mon roi » est un beau film. En conclusion, moins fort que « Polisse« , moins créatif que « Le bal des actrices » ou encore moins percutant que « Pardonnez-moi« , « Mon roi » reste un bon cru qui se savoure au cinéma, ne serait-ce que pour Emmanuelle Bercot. On attend donc le prochain Maïwenn en espérant qu’elle revienne un peu plus en forme.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net