Icy Steel – Kronothor

1351465176_icyst2012front

Avis :

Dans l’univers du Heavy Métal, il y a Judas Priest, il y a Iron Maiden, et il y a les autres, chacun essayant de se sortir les doigts du cul pour se tailler une part du gâteau. Bien entendu, je caricature tout cela, mais il faut dire que parfois, certains groupes plus ou moins connus essayent vainement de copier leurs aînés et que parfois, cela donne quelque chose de plus ou moins classique et de plus ou moins réussi. Icy Steel, ou le Métal Glacé pour les allergiques à la langue de Shakespeare, est un groupe de Heavy originaire, une fois n’est pas coutume, d’Italie. Après avoir testé le groupe bizarre mais intéressant Turbo Rexx, voici le tour de Icy Steel. Néanmoins, ce groupe a un peu plus de bouteille que le groupe précité. En effet, Icy Steel s’est formé en 2005 et a sorti son premier album en 2007 sous le sobriquet de Icy Steel, comme très souvent dans les premiers skeud. Trois ans plus tard sort As the Gods Command et c’est en 2012 qu’arrive leur troisième album, Kronothor. Mais que peut bien cacher ce nom, rappelant les dieux nordiques mais aussi les dieux grecs ? L’album est-il bon ou de facture trop classique ? Allons à la découverte de ce groupe au nom et à la pochette si… kitsch !

L’album de Icy Steel commence comme n’importe quel album lambda de heavy métal. En effet, avec une introduction qui dure un peu moins de deux minutes, Spacecraft débute plutôt bien, comme un morceau purement métal, pour finir comme un vieux morceau heavy sans grande saveur ni grande ingéniosité. Et c’est ce qui va marquer l’album tout le long de l’écoute. En imposant un style simple et classique, le groupe va avoir du mal à se démarquer des autres groupes présentant le même style musical. Avec 10 pièces pour une durée totale de 43 minutes et des poussières, le groupe semble avoir du mal à se sortir du schéma et du cliché des groupes avec des sonorités heavy et alliant la fantasy dans leur univers. Le seul intérêt que peut présenter l’album est certaines ruptures intéressantes à la guitare sèche, démarquant un moment calme au milieu des morceaux et qui sont plutôt bien sympathiques. On peut entendre cela avec The War Within ou encore Memories From the Past. On sera par contre plus dubitatif sur certains morceaux comme King Without Kingdom qui est très redondante et peu intéressante. L’autre point faible va être le triptyque au milieu de l’album avec Earth…, …Wind…, …Sky, qui est comme tout le reste de l’album, classique, qui n’a rien d’épique et il manque véritablement un souffle au groupe. Si beaucoup de groupes, comme Rhapsody par exemple, s’emploient à utiliser des violons ou même parfois des orchestres, Icy Steel demeure bien trop petit et c’est dommage. Néanmoins, l’album est loin d’être une purge, puisque les musiciens sont très bons et que le tout reste tout de même très correct. Le principal défaut étant qu’il n’y a rien de vraiment extraordinaire, il n’y a pas de pièce maîtresse.

images

Au niveau du chant, on reste là aussi dans un classique parfois un peu trop copié. On est loin des chants aigus à la Iron Maiden, mais on est loin aussi des chants désaccordés de Danzig. Le chanteur possède un bel organe (je parle de la voix, pas de ce qu’il y a entre les jambes !) et il s’en sort plutôt bien. Mais comme tout le reste de l’album, ça reste trop petit pour le côté épique affiché. Il ne poussera jamais la voix, on n’aura jamais des envolés lyriques et pire encore, parfois la musique est beaucoup plus forte que le chant, et de ce fait, on l’entend à peine ! Alors parfois ça ressemble à du Axel Rudi Pell ou à d’autres groupes du même style, mais sans en avoir la carrure et c’est bien dommage.

Au final, Kronothor, le dernier album de Icy Steel est un album sympathique, mais bien trop conventionnel et sans grande pièce majeure. Cela est d’ailleurs un gros défaut, puisqu’aucune chanson ne retient notre intérêt et que parfois, on s’ennuie en écoutant l’album. Néanmoins, la maîtrise technique des instruments est très bonne et on sent qu’il ne manque pas grand-chose au groupe pour devenir un grand. En attendant, rien ne remplacera un bon Iron Maiden ou un bon Judas Priest !

  1. Spacecraft
  2. The War Within
  3. Memories From the Past
  4. Astrologic Centuries
  5. An Epic Love
  6. Earth…
  7. … Wind…
  8. … Sky
  9. King Without Kingdom
  10. Return to Roots and Follow the Flag

Note: 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net