Starcrash – Le Choc des Etoiles

12188366_1183520121661395_136332722_n

De : Luigi Cozzi

Avec Christopher Plummer, Caroline Munro, David Hasselhoff, Joe Spinell

Année : 1978

Pays : Etats-Unis, Italie

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Aux confins de l’univers, Zarth Arn s’oppose au règne bienveillant de l’Empereur des étoiles. Après avoir mis au point une arme capable de contrôler les esprits et après avoir anéanti une frégate, deux aventuriers, Stella Star et Akton, sont chargés de découvrir la base secrète de Zarth Arn.

Avis :

Luigi Cozzi, connu aussi sous le pseudonyme Lewis Coates, est un réalisateur italien qui réalise depuis la fin des années 60. Alors que le réalisateur a un peu moins d’une vingtaine de films à son actif, on ne peut pas dire qu’il brille par la qualité de ses projets, ce qui peut ravir les amateurs de nanars.

Surfant sur la vague de « La guerre des étoiles« , Luigi Cozzi a voulu s’offrir son propre « Star Wars » et pour notre plus grand bonheur moqueur, ça a donné « Starcrash« , et ce « Choc des étoiles » est pour le moins mémorable. Emporté par son casting plutôt luxueux, « Starcrash » a tout du film qui se prend au sérieux, et sera involontairement fun, drôle, décalé et hystérique. Devenu très vite culte, « Starcrash » est le genre d’excellent nanar qu’il faut se faire entre potes, pour de bons délires.

12177085_1183520114994729_148724036_o

Zarth Arn est un grand méchant qui a décidé de régner sur la galaxie et de s’opposer à l’empereur. Pour gagner sa guerre et le pouvoir, Zarth Arn a inventé une arme secrète, dont personne ne peut survivre. Pour contrecarrer ses plans, l’empereur fait alors appel à Stella Star, un pilote de vaisseau ultra sexy, ainsi qu’Akton son coéquipier rusé et un robot qui les accompagnera. Leur mission sera de trouver la cachette de Zarth Arn, de la détruire et accessoirement retrouvér le fils de l’empereur Simon, dont le vaisseau qui était parti à la recherche de Zarth Arn fut attaqué par la fameuse arme de Zarth Arn.

Ce film est tout simplement génial dans sa nullité, sa bêtise et tout ce qui va avec. Si Luigi Cozzi avait voulu faire une parodie caricaturale involontaire d’un space opéra, et bien il ne s’y serait pas aussi bien pris, tant le résultat de ce film défie l’entendement. Ce qui est terrible avec « Starcrash« , c’est que tout, absolument tout, est mauvais, mais à la place de nous faire passer un moment infect, c’est tout le contraire qui se produit et le film atteint des sommets de comédie.

La réalisation est ridicule. Rarement on aura vu un film aussi kitsch et dépassé esthétiquement parlant. Ici, c’est bien simple, on ne peut croire en rien. Les décors sont en carton-pâte et ça se voit, les vaisseaux, pour notre plus grand plaisir, n’ont aucun sens, quant aux costumes, ils sont tous plus ridicules et improbables les uns que les autres. Les effets spéciaux sont incroyables et l’on reste bouché bée devant certains d’entre eux qui rivalisent d’inventivité pour rien, par exemple, les explosions sont des feux d’artifice. Le meilleur étant l’attaque de l’arme secrète. Noyé sous un couleur rouge, on a l’impression de voir l’intérieur d’une lampe à bulles.

Ensuite, il y a l’histoire qui est un petit bijou de cliché sur cliché et surtout d’improbabilité. On a l’impression que les types qui ont eu l’idée de ce film se sont dit après « Star Wars« , ce n’est pas difficile en fait, il n’y a qu’à fournir une tonne de péripéties, dans des décors très « space » et ça va le faire. Sauf que non, enfin si, ça marche, mais pas dans le sens espéré. Franchement, quand on suit la ligne directrice de l’intrigue, le film n’a parfois ni queue ni tête et les héros font plein de choses qui ne servent strictement à rien si ce n’est combler le vide. Mais comme le tout est terriblement amusant et déroutant, on est prêt à les suivre n’importe où, dans n’importe quoi, du moment que le film se prolonge un peu.

En enfin, il y a ce casting de luxe, totalement improbable et tellement drôle en même temps. Au grès de ces aventures surréalistes, on pourra retrouver un Christopher Plummer mono-expressif, qui ne croit pas une seule seconde à son rôle et se contente de débiter ses dialogues sans conviction. Joe Spinell m’a carrément fait mourir de rire, dans le rôle de ce grand méchant qui détient un rire démoniaque et se croit au-dessus de tout. L’acteur est terrible et l’on sent qu’il s’éclate, peut-être même qu’il y croit à fond et ça le rend captivant. On trouve en personnage principal la « James Bond Girl » Caroline Munro qui se balade en petite tenue pendant tout le film. Et oui, dans le froid intersidéral, la petite culotte et le débardeur très court sont de rigueur ! Et c’est génial, car l’actrice n’est pas crédible dans le rôle et joue comme une patate, alors heureusement pour elle que tout le film est comme ça, car on prend plaisir à suivre ses aventures incroyables. On trouvera aussi David Hasselhoff tout brushing de sortie dans un petit rôle. Mais bon, tout ce petit monde se fait presque voler la vedette par un acteur complément dément et possédé par son rôle. Cet homme, c’est Marjoe Gortner qui est carrément hystérique et décalé dans le rôle d‘Akton. L’acteur est si drôle qu’il m’a fait mourir de rire à chacune de ses apparitions.

12179098_1183520141661393_1223684297_n

« Starcrash » est donc un très mauvais film, mais aussi un excellent nanar, touchant, fun, attendrissant, qui m’a fait passer un moment terrible. Ca faisait bien longtemps que je n’avais pas autant ri et une fois le générique arrivé, j’en suis ressorti d’excellente humeur. A noter que le film est parcouru par une superbe BO, qui pour le coup est bien inspirée.

Note : 05/20

Note Nanar : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net