novembre 30, 2020

La Chambre Bleue

12188565_1183519711661436_1083144089_n

De : Mathieu Amalric

Avec Mathieu Amalric, Léa Drucker, Stéphane Cléau, Laurent Poitrenaux

Année : 2014

Pays : France

Genre : Policier

Résumé :

Dis- moi Julien, si je devenais libre,  tu te rendrais libre aussi ?
– Tu dis ?…
Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour.
Du moins l’homme semble le croire.
Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots.
« La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. »
Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?…

Avis :

Mathieu Amalric, c’est d’excellents rôles et d’excellents films. Très connu pour ses talents de comédien, c’est aussi un très bon réalisateur qui depuis son premier court métrage en 1986, « La Seule différence, c’est que les cafés sont plus chers« , n’a cessé de réaliser. De film en projet intime, Amalric s’est taillé une belle réputation. Le réalisateur ira même jusqu’à rencontrer un joli succès avec son film « Tournée » sorti en 2010.

Depuis « Tournée« , Mathieu Amalric avait proposé seulement qu’un court-métrage noyé au milieu d’autres sur le film « Hopper vu par …« . On attendait donc une nouvelle fiction signée de l’œil si créatif de l’acteur et ce film a fini par arriver cinq années après l’excellence de « Tournée« . Et si tout est beau dans La Chambre Bleue, je dois dire que je suis resté tout le temps en dehors de ce film et alors qu’il est très court, Mathieu Amalric a fini par m’ennuyer avec cette intrigue que j’ai trouvée conventionnelle et vide.

12177578_1183519728328101_866414871_o

Julien est un homme comblé qui a tout réussi dans sa vie. Marié à une ravissante femme, il a une petite fille épanouie. Dans sa vie professionnelle, c’est aussi le bonheur, puisqu’il est le chef d’une entreprise qui fonctionne très bien et lui assure des revenus confortables. Pourtant, malgré tous ces points positifs, Julien se laisse entraîner dans une aventure avec une vieille amie devenue pharmacienne. Cette petite aventure va alors changer le court de sa vie à jamais.

Après le burlesque et ses cabarets bourrés de couleurs, voici que Mathieu Amalric se lance dans le drame policier et rien que d’imaginer le résultat, il avait tendance à me faire espérer le meilleur d’emblée et malheureusement, ce n’est pas le cas. Je ne peux pas dire que j’ai détesté cette « Chambre Bleue« , mais je ne peux pas dire qu’elle m’ait passionnée ou encore fait passer un bon moment, elle m’a juste laissé un petit goût amer dans la bouche. En fait, en découvrant ce film, je ne suis resté qu’un spectateur qui est resté dans l’attente que le film commence et c’est avec une certaine frustration que j’ai fini par me résigner à ce que le film ne commence. De plus, aucun personnage ne m’a touché. Et cette petite heure et quart (que j’ai trouvé longue) me laisse avec des regrets.

En fait, j’ai trouvé l’intrigue de cette « Chambre bleue » basique et déjà vue. J’ai eu la désagréable impression qu’on m’avait déjà raconté cette histoire trop de fois et rien dans le film de Mathieu Amalric ne fait qu’il va se démarquer des autres et je suis très embêté de ce constat, au vu de son film précédent qui dégageait un sacré caractère, qu’on aime ou non.

Le scénario est parfois confus. Monté en flashback, « La chambre bleue » revient sur la liaison du personnage de Julien avec cette femme, mais n’y apporte aucune tension, aucun enjeu, aucune passion et surtout aucun sentiment. D’ailleurs, tout le film est dénué de sentiment et j’ai bien eu du mal à croire en plusieurs personnages et aux relations qui les unissent. Le réalisateur n’arrive pas à créer de l’empathie pour ses personnages et c’est ce que je reproche le plus à ce film. On se retrouve à suivre ce mystère de loin et c’est vraiment dommage, car Mathieu Amalric avait matière à faire un excellent film. Même si le sujet est trop vu au cinéma, on pouvait attendre quelque chose de sympathique et de différent venant de la part de son réalisateur et ce qu’il nous propose, sans être mauvais, est loin d’être ce qu’on voulait voir. Et ce manque de passion se ressent chez les comédiens et les personnages, qui restent très survolés. On a l’impression qu’aucun d’eux ne vit vraiment.

12182113_1183519721661435_1749740313_n

J’en ressors donc très déçu, surtout que j’étais certain d’aimer ce film. Mathieu Amalric, avec cette « Chambre bleue« , m’a donc offert un goût amer et de l’ennui et seul ses images sont belles. Car, si l’intrigue ne dégage pas grand-chose, l’esthétisme de Mathieu Amalric reste très plaisant à regarder. Malheureusement, l’esthétisme ne fait pas un film…

Note : 08/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.