L’Homme Irrationnel

12177768_1183351631678244_1737337689_n

Titre Original : Irrational Man

De : Woody Allen

Avec Joaquin Phoenix, Emma Stone, Parker Posey, Jamie Blackley

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre : Drame, Romance

Résumé :

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais.

Avis :

Woody Allen est surement le réalisateur vivant qui tourne le plus vite. En presque soixante ans de carrière, il s’approche des cinquante films réalisés. Autant dire qu’il a une filmographie impressionnante et qu’il a fait tourner les plus grands sous son œil. Mais avec autant de films à son actif, le réalisateur ne peut pas enchaîner que des chefs-d’œuvre et malgré d’excellentes œuvres, le réalisateur se trompe et déçoit régulièrement.

Les années 2010 sont même quelque peu mitigées, car sur les cinq films que le réalisateur nous a présentés, peu d’entre eux ont réussi à amuser et passionner hormis le sympathique Minuit à Paris. Enfin, ça c’était jusqu’à cet « Homme Irrationnel » qui s’avère être le meilleur film signé Woody Allen depuis un bon moment. Partant d’une intrigue plus que convenue, Woody Allen va construire avec cet « Homme Irrationnel » un petit bijou de cynisme et d’humour très noir.

12179873_1183351661678241_1075338331_n

Abe Lucas est un professeur de philosophie. Mais attention, Abe Lucas n’est pas un professeur comme les autres. Abe Lucas est un homme usé, dévasté, pessimiste qui n’attend plus rien de la vie, si ce n’est la mort, histoire d’avoir un peu de changement. Aucune passion n’anime cet homme. Aucune femme ne trouve de l’intérêt à ses yeux et il se noie dans l’alcool. Mais pourtant, au milieu de toute cette noirceur, une de ses étudiantes, la jeune Jill, va trouver intérêt à son regard. Jill est belle, passionnée, brillante élève, et il s’avère qu’elle a de la discussion. Bizarrement, Abe se sent bien en sa compagnie. Mais un matin, alors qu’il prend un café avec Jill dans un petit restaurant, une conversation va alors changer sa vie à jamais et lui donner un but.

Ce que l’on constate très régulièrement avec Woody Allen, c’est qu’il nous offre un film très bien et le suivant est moins bon, pour ne pas dire parfois mauvais. Pour ce cru 2015, « L’homme irrationnel » s’avère être le meilleur Woody Allen de ces dernières années.

Ce Woody Allen 2015 est une totale surprise, qui est bien loin de ce que la bande-annonce vend. Alors que le film commence de manière très convenue avec une histoire qui annonce une amourette étudiante/professeur à la sauce Allen, « L’homme irrationnel » va en être tout autrement. Politiquement incorrect, dérangeant, cynique au possible, Woody Allen, tout en restant dans son style, prend des risques et ose s’amuser de sujets loin de l’être évidents et franchement, ça fait du bien de voir le réalisateur de nouveau au top de sa forme. L’humour est grinçant, l’histoire passionnante. Le début est peut-être un poil trop long, mais il est vite rattrapé par l’excellence de la suite.

Ce qui m’a beaucoup accroché avec cet « Homme Irrationnel« , c’est la façon inimitable qu’a Woody Allen pour mélanger ses dialogues et ses réflexions sur la vite, l’amour, la mort, et toutes autres questions existentielles qui ont toujours parcouru son œuvre, pour les mélanger ici à un suspense haletant, voire même stressant. « L’homme irrationnel« , dans la façon de gérer son suspens, rappelle d’autres excellents films de Woody Allen, comme « Meurtre mystérieux à Manhattan » ou « Le Sortilège du scorpion de Jade« . Woody Allen, à l’aide de sa plume unique, va peindre aussi le portrait au vitriol d’un intellectuel ô combien dépressif et moralisateur, qui va reprendre goût à la vie de manière morbide. Avec ce film, Woody Allen, un peu comme il l’avait déjà fait avec « Match Point« , part à la découverte de la partie la plus sombre et ambigüe de l’être humain, et c’est qui va rendre son récit assez touchant au final.

Ce Woody Allen est aussi très inspiré dans sa mise en scène qui va quelque peu changer de ce à quoi le réalisateur nous a habitués depuis quelques années. Tout en restant dans son style, Woody Allen se renouvelle. « L’homme Irrationnel » est plus rythmé qu’à l’accoutumée, il est plus joyeux aussi pour une histoire qui est très sombre. Woody a aussi choisi une musique quelque peu différente et très bizarrement guillerette par rapport à ce qui se déroule à l’écran. Parfois, elle peut même étonner, quand on y prête attention et qu’on écoute les dialogues en même temps. C’est terrible et totalement décalé.

Enfin, Woody s’est entouré de comédiens prestigieux pour donner vies à ses personnages tristes, névrosés et romantiques. Pour la deuxième fois consécutive, il confie le premier rôle à la belle Emma Stone et la jeune actrice fait de petites merveilles dans la peau de Jill. Pétillante, pleine de vie et d’interrogations, on la suit volontiers dans cette passion amoureuse. « L’homme irrationnel » a les traits de Joaquin Phoenix et on peut dire que le comédien trouve là un rôle dans lequel il excelle. Prenant, intriguant, très complexe et ambiguë, l’acteur est fascinant. Enfin, dans un plus petit rôle, mais très fun, on trouve la trop sous-estimé Parker Posey qui nous fera bien rire, dans la peau de cette prof en mal de sexe et de vie tout simplement.

12180160_1183351708344903_2123738786_n

Des personnages triturés, une intrigue insolente, des réflexions sur le sens de la vie audacieuses, une mise scène très inspirée, des acteurs au top de leur forme, une BO étonnante, franchement, ce Woody Allen est une très belle réussite. S’il y a bien un Woody Allen à voir au cinéma ces dernières années, c’est bien celui-là, car il se déguste sans modération.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net