octobre 26, 2020

Pan – Enfantillages au Pays Imaginaire

306583.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Joe Wright

Avec Levi Miller, Hugh Jackman, Garrett Hedlund, Rooney Mara

Année: 2015

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique, Aventure

Résumé :

Proposant un nouveau regard sur l’origine des personnages légendaires créés par J.M. Barrie, le film s’attache à l’histoire d’un orphelin enlevé au Pays Imaginaire. Là-bas, il vivra une aventure palpitante et bravera maints dangers, tout en découvrant son destin : devenir le héros connu dans le monde entier sous le nom de Peter Pan.

Avis :

Personnage emblématique de la littérature britannique, Peter Pan fut créé en 1902 par l’écrivain J.M. Barrie alors qu’il racontait des histoires aux enfants de sa meilleure amie. Personnage qui fut repris ensuite pour le théâtre, Peter Pan devint une icône de la littérature de jeunesse, brassant des thèmes imposants comme la mort ou le refus de grandir. C’est aussi l’une des premières œuvres qui voit des enfants franchir la barrière entre réalité et fiction. Donc autant dire que Peter Pan est un symbole difficilement touchable. Mais le temps fait son effet et c’est en 1953 que Walt Disney présente sa version et que d’autres films suivront, essayant tour à tour de reprendre l’histoire originelle ou alors d’inventer des origines au célèbre enfant. Et à Joe Wright de prendre tout le monde à revers, sortant de son habitude de films de costumes pour livrer de nouvelles origines dans un film pas totalement réussi, mais loin d’être navrant.

409105.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le principal reproche que l’on peut faire au métrage, c’est qu’il est d’une grande niaiserie. En effet, le film ne vise jamais plus haut que son objectif de divertir et de proposer un spectacle féérique destination d’un public juvénile. Ainsi, certains des thèmes chers à l’œuvre originale ne sont qu’effleurés comme la présence de la mort et le refus de grandir, au profit de quelque chose de plus enfantin, comme la quête de l’esprit maternel ou ce besoin de fuir des responsabilités trop lourdes. A ce stade, difficile de voir un bon film dans Pan tant il régurgite des choses déjà vues mille fois dans d’autres films destination d’un même public et parfois même dans le domaine de l’animation. Ajoutons à cela quelques effets spéciaux douteux, voire carrément moches, et on obtient un film lambda à gros budget qui n’a pour intérêt que de divertir sans apporter la moindre réflexion à l’adulte qui est venu accompagne son marmot.

Mais il ne faut pas prendre Joe Wright pour un imbécile et le réalisateur possède toutes les billes pour rattraper un vide scénaristique. La réalisation tout d’abord est réussie, montrant des passages impressionnants, comme ce combat aérien entre le bateau des pirates et les avions de luftwaffe, comme des moments plus intimes et poétiques, avec quelques passages animés du plus bel effet. Certes, le passage des oisimaginaires est fortement déconseillé aux épileptiques, mais globalement, le spectacle est présent. Spectacle assuré par des comédiens impliqués l’image de Levi Miller, pour la première fois à l’écran et qui campe un Peter Pan convaincant et touchant, tout en espièglerie et opiniâtreté. Pour combattre avec lui, on aura droit à un Garrett Hedlund assez insignifiant (et proche d’un Brendan Fraser dans La Momie) et une Rooney Mara qui se contente du minimum, seconds couteaux servant à mettre en valeur le personnage principal et sa quête pour apprendre à voler. Enfin Hugh Jackman s’en donne à cœur joie dans le rôle du méchant, un rôle qui lui va à merveille, tant il est effrayant et sans pitié.

Malheureusement, tout ce joli petit monde aura droit à sa dédramatisation avec des personnages imbuvables ou encore des passages fort regrettables. A titre d’exemple, Mouche est vraiment insupportable et le combat entre Crochet et un guerrier sur un trampoline frôle le mauvais goût, la scène étant destinée aux enfants, tout comme l’ensemble du film. Néanmoins, ce côté enfantin apporte une relative fraîcheur au métrage, correspondant bien au personnage principal. Pan est un enfant qui refuse de grandir et en ce sens, le film est le parfait miroir de son personnage. Et au spectateur de se faire embarquer pendant près de deux heures pour un voyage au pays imaginaire avec ce qu’il faut de bonnes idées et parfois de violence. Joe Wright livre un imaginaire intéressant, à la fois adulte (la caverne des pirates) et enfant (les bulles d’eau avec les animaux) et n’oublie pas ses références, avec les apparitions du crocodile ou encore de Clochette durant une petite minute. Enfin, il faut avoir un sacré culot pour poser la chanson Smell Like Teen Spirit comme introduction au personnage de Barbe Noire, reflétant parfaitement la situation de ce personnage que ne veut pas vieillir.

462928.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Pan est un film d’enfants pour les enfants. Sans jamais vraiment voir plus haut que son message de base, le métrage de Joe Wright possède des qualités indéniables pour fournir un spectacle de tous les instants. Si le film n’est pas exempt de défauts, comme un abus d’images numériques et des thématiques à peine effleurées, il n’en demeure pas moins un spectacle plaisant, divertissant et qui reste tout de même fidèle, dans les grande ligne, à la mythologie instaurée par J.M. Barrie. Et c’est déjà pas mal.

Note : 14/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.