Butcher Babies – Take It Like a Man – Violence Féminine

butcherbabiestakecd

Avis :

Le métal féminin a toujours eu de bons et de mauvais côtés. Comme tout un chacun me direz-vous, mais voir des nanas se mettre à growler comme des mecs, cela a du mal à passer pour les tonneaux de testostérone qui habitent ce milieu. Ainsi, hormis quelques exceptions, les femmes se mettent au lyrique et au métal symphonique, ce qui fonctionne la plupart du temps et donne des groupes compétents et intéressants, à l’image de Nightwish, Within Temptation ou encore Sirenia et Delain. Mais certaines filles sont des rebelles jusqu’au bout des ongles manucurés et il arrive que certains groupes affichent une fille hurlant tous ses poumons. Les plus connus sont bien évidemment Arch Enemy ou encore Eths (cocorico), mais il faudra désormais compter sur Butcher Babies, qui n’affiche pas une, mais deux chanteuses plantureuses à la voix braillarde et aux bronches surdéveloppées. Fondé en 2010, le groupe se fait connaître grâce une reprise de Pantera et livre un premier album en 2013 qui sera salué par la critique. C’est logiquement que deux ans plus tard, on retrouve la formation californienne pour un nouvel effort, Take It Like a Man, qui montre l’énergie du groupe, mais aussi ses limites, dans un skeud aussi réjouissant que frustrant par moments.

Le skeud débute pourtant sous les meilleurs auspices avec Monsters Ball, un morceau hybride entre chants growlés et chant parlé pour présenter une émission ou un spectacle et possédant une rupture plus calme permettant un souffler un peu face à la rapidité des riffs et l’agressivité ambiante. Empruntant très souvent au djent, le groupe propose un métal très rêche, très violent et qui parfois se perd dans un marasme de double pédale et de grattes saturées à ne plus savoir qu’en faire. On retrouvera cela sur plusieurs titres, et notamment Igniter, le deuxième morceau du skeud, qui n’a rien d’harmonique et qui reste dans une sorte de violence exacerbée sans cohérence. Malheureusement, ce ne sera pas le seul titre comme cela, on peut aussi compter sur Blood Soaked Hero qui n’a ni queue ni tête malgré les quelques changements de rythme mais qui reste globalement très violent et n’apporte pas vraiment grand-chose dans le monde du métal. En fait, il manque clairement au groupe des plages plus calmes où les deux chanteuses posent leurs voix et proposent des variations plus intéressantes. Il faut dire que le groupe ne fait rien pour se démarquer de ses acolytes qui officient dans le même genre, hormis d’avoir deux bonnasses au chant. Seulement, un groupe de musique ne se bâtit autour d’un visuel, mais plus autour d’une identité auditive. Là, on est plus proche d’un Otep sans la poésie et l’univers glauque au possible. D’autant plus que cette violence, ou tout du moins cette volonté de faire plus rugueux que les mecs, ne permet pas de mémoriser certains titres comme Gravemaker par exemple.

Revolver Golden Gods Tour - Philadelphia, PA

Fort heureusement pour nos oreilles, le groupe essaye aussi de faire des titres plus accessibles, plus variés. The Cleansing amorce ce changement avec une alternance entre growl et chant clair. C’est d’ailleurs ça qui va sauver l’album du naufrage puisque ces différents morceaux abordant ce décalage sont les plus intéressants. Là, on est clairement face à un choix plus mainstream, mais qui montre la qualité vocale des deux nanas et qui propose quelque chose de plus écoutable et abordable, tout en gardant une grande violence dans les riffs. Si Never Go Back est un morceau assez similaire tout en baissant un petit peu sa garde agressive, la surprise viendra de Thrown Away. Il faut dire qu’en plein milieu du skeud, le groupe propose une ballade aussi inattendue que super bien foutue. Néanmoins, c’est d’autant plus frustrant que l’on se dit à l’écoute de ce titre que le groupe pourrait fournir tellement plus et être plus varié dans ses choix. Après, il est difficile de faire la fine bouche vu ce qu’il sort dans le milieu du métal en ce moment et ce qui a du succès. On peut féliciter les deux filles d’avoir de bonnes références, comme Marquee qui ressemble à du Slipknot à leur début ou encore Dead Man Walking qui rappelle indéniablement Otep, groupe déjà cité auparavant et qui propose un vrai solo de guitare.

Au final, Take It Like a Man, le deuxième album des Butcher Babies, est une semi-réussite, comme il peut être perçu comme une semi-déception. Alternant entre des morceaux bourrins sans aucun sens et d’autres plus intéressants avec une alternance entre growl et chant clair, l’album se veut moins féminin qu’il pourrait l’être. Et c’est dommage quand on voit les qualités vocales de chacune des chanteuses et le talent du guitariste qui peut faire mieux que des riffs de débutant. Bref, un album pa si concluant que ça, qui mise beaucoup sur sa performance scénique et la plastique de rêve de ses deux chanteuses.

  1. Monsters Ball
  2. Igniter
  3. The Cleansing
  4. The Butcher
  5. Gravemaker
  6. Thrown Away
  7. Never Go Back
  8. Marquee
  9. Blood Soaked Hero
  10. Dead Man Walking
  11. For The Fight
  12. Blonde Girls All Look The samedi

Note: 13/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net